La fête des   Fleurs à Masseube.32140. 

Dans les manifestations d’antan, et dans notre Astarac, il   en est que l’on ne peut oublier, et qui malheureusement ne se sont pas   perpétuer, je veux parler de la fête des Fleurs de Masseube. Cette   manifestation floristique avait lieu en Mai- juin, et rassemblait des   dizaines de milliers de personnes venues de tous les départements   limitrophes.

C’était à l’époque, et de très loin, le rassemblement gersois le   plus important, nous parlons ici des années 1960-1980. La mobilisation locale   était permanente, il fallait regrouper tous les responsables de chars, se   partager les thèmes par quartier ou par communes, car 5 à 6 communes des   alentours participaient également, (la Communauté de Communes avait déjà été   inventée). Une vingtaine de chars étaient présentés tous les ans au défilé,   et les structures étaient fabriquées pendant l’hiver. 

Chaque responsable de   char s’occupait de la composition florale ou arbustive, et il n’était pas   rare, dans les discussions, d’entendre parler de tel semis de trèfle incarnat   (le farouch) réservé à telle équipe réalisant un char. Cette fleur fourragère   étant propice à la confection des toitures. Les fermes avoisinantes de la   Ville et possédant de grands jardins participaient à la fourniture des   espèces demandées, et quand aujourd’hui on réfléchi à ce qu’était l’entraide,   et la participation, à la réalisation d’une fête de cette envergure, cela est inimaginable aujourd’hui. Parmi les principales   feuilles ou fleurs utilisées, il y avait la laurière, qui était collée sur de   la jute formant les socles des chars, la « langue de chat » feuille   argentée et soyeuse avec laquelle on recouvrait les murs,

Venaient ensuite   les fleurs un peu plus délicates collées du Samedi midi au Dimanche midi  précédent le défilé, comme le genêt (fleur   jaune éclatant), les petits œillets blancs, la marguerite des prés (jaune et   Blanc), et surtout la rose (plusieurs couleurs). Car et ceci est très   important, il n’y avait pas à Masseube un seul décor en papier, ce qui faisait   de cette floralie unique dans la région son succès, et la reconnaissance du   travail effectué.

Car du travail il y en avait, imaginez en hiver les soirées   passées dans des grands hangars mal isolés, des charpentiers amateurs   structurant leur char avec bois et grillages recouverts de toiles de jute.   Quelques uns motorisés étaient ainsi bloqués pendant 3 ou 4 mois, il fallait   voir le génie utilisé pour que les prises d’air pour les radiateurs et les   échappements soient très discrètes pour être efficaces, car en mai il fait   souvent très chaud, et la marche en vitesse lente ne convenait pas aux   moteurs automobiles de l’époque.

La dernière semaine était toujours une   semaine de folie et stratégique, car il fallait coller tout ce qui était le   moins fragile : Laurière, langue de chat, farouch pour les toitures,   aller repérer les fleurs fragiles, et recruter les personnes devant les   ramasser et ramener auprès de chaque char le Samedi à Midi.

Le déroulement du   Corso était très bien organisé quelques cliques et majorettes égayaient   celui-ci, souvent une grande vedette clôturait ce défilé. Mais la vedette,   chers Amis massylvains et des alentours c’était vous ! Et si j’ai voulu   relater cette fête unique en son genre    c’est pour souligner votre opiniâtreté, votre courage, la camaraderie   qui unissait les quartiers, ou les communes    qui n’avaient comme récompense (au début) en fin de journée ; que   le tourteau et le vin blanc servis en commun.

Puisse ces quelques lignes   relatées par une personne étrangère à ces manifestations, qui les a vécues de   l’extérieur, mais qui se souviens et qui a apprécié, et qui apprécie encore,   ce qui peut être aujourd’hui ne serait pas réalisable.

La télévision, les   occupations soi disant plus importantes aujourd’hui, (ne travaillions donc   nous pas à l’époque) ?

Il n’est pas dans mes habitudes de citer des   personnes, mais il m’est difficile de dissocier la Fête des Fleurs de   Masseube, du regretté Marcel Dussart.

 

La hèsto dé las   Flous à Masséoubo. 32140.

En las manifèstatious d’aouan, é diguén l’Astarac, qué n’y a qué nous sé podén déjbrémba, é qué malérouzomén nou sé soun pèrpétuados, qué bouy parlà dé la hèsto dé las flous à Masséoubo. Aquéro manifèstatioun floristiquo aouè loc én May-juin, é rassémblaouo dètzéos  dé milès dé pèrsounos béngudos dé touts lous départoméns limitrofos.

Qu’èro à l’époquo, é dé louy lou réssémblomén Gèrsouès lou més émpourtén, qué parlan açi dé las annados Milo naou cén soixanto-Milo naou cén qouaté vint. La moubilizatioun èro pérmanénto, qué caléouo régroupa toutés lous respousablés dé cars, sé partatgea lous thèmos caouzits pèr quartié ou pèr Coumuno, y aouè cinq à chés coumunos bézios qué participaouon égalomén, (la Communautat dé Coummunos èro déjà énbéntado). Uo bintéo dé Cars èron préséntats cado nado aou défilat, é las struturos èron fabriquados péndén l’hiouèr.

Cado rèspounsablé dé Car s’occupaouo dé la coumpousiçioun floralo ou arbustivo, é n’èro pas raré diguén las discussious d’énténé parlà dé taou sémis dé trèflé rougé (lou farouch) résèrvat à t’èlo équipo réalizan un Car. Aquéro flou fourratgèro èro éntéréssénto à la counfèccioun dous téoulés. Las Bordos bézios dé la Bilo, qué poussédaouon dé grands cazaous, participaouon à la fournituro  dé las éspèços démandados, é quan aouéy on réfléchich à ço ,qu’èro l’éntraydo, é la participatioun d’uo hèsto d’aquéro diménçioun, aco y inimaginablé aouéy. Parmi las prénçipalos houéllos ou flous utilizados, y aouè la laourèro, qu’èro coulado sur la juto qué fourmaouo lou soclé dous cars, la «  lénguo dé gat » houéllo argéntado é péludo, qué serbiouo à récoubri lous murs.

Bénguéouon après las flous més délicatos, coulados dou disatté méyjour aou diméché méyjour aouan lou défilat, coumo la gnèsto (flou jaouno d’or), lous pétits ulléts blancs, la Marguérito dous prats (blanc é jaouné), é surtout la Rozo (pluziurs coulous). Aco y rédé émpourtén, n’y aouè pas à Masséoubo un soul décor én papè, ço qué hazéouo d’aquéro flouralio uniquo diguén la régioun, aco èro soun succès, é la récounéchénço dou trabay éffèctuat.

Trabay n’y aouéouo, imaginat én hiouèr las souèrados passados diguén dé granos grangeos maou izoulados, lous charpentiès amaturs strucrurà dabé bouès é grillatgés coubèrts dé télo dé juto. Quaouqués cars motorisats èron blouquats péndén très ou qouaté més, qué caléouo bézé l’éngéniouzitat utilizado énta las prézos d’ayré éntaous radiaturs, é entaous éscapoméns, discrètos més éffacaços, aou més dé may hè soubén calou, é la marcho én vitésso lénto nou coumbénguéouo pas aous moturs dé las autos dé l’époquo.

La darrèro sémano èro uo sémano pèguo, dé stratégio, qué calléouo coula tout ço qu’èro lou méns fragilé : la Laourèro, la lénguo dé gat, lou farouch éntaous téoulés, ana répéra  las flous fragilos. é récruta las pèrsounos qué las déouéouon amassa, é las pourtà aou proché dé cado car lou dissatté à méyjour.

Lou déroulomén dou Corso èro bièn organizat, quaouquos cliquos é majouréttos animaouon la roundo, soubén uo grano vedètto clouturaouo lou défilat. Més la vedètto amics dé Masséoubo é dous aléntours qu’èro bouzaous ! S’èy voulut racountà aquéro hèsto uniquo én soun geanré, qui éntà souligna vosto bouléntat, vosté couratgé, l’amistat qu’uniouo lous quartiès ou las Coumunos, qué n’aouéouon coumo récoumpénso (aou début) én fin dé journado, qué lou tourtèt é lou bin blanc sèrbit én coumun.

Pousqu’én aquéros lignos, rélatados pèr uo pèrsouno éstrangèro én aquéros manifèstatious, biscudos dé l’èxtériur, mès dount sé brémbo, é qu’aouè appréçiat, é qu’appréçio éncouèro, ço qué bélèou aouéy nou séré pas réalizablé.

La télévisioun, las occupatious soi disant més émpourténtos aouéy, (nous trabaillaouon dounc pas à l’époquo) ?

N’y pas diguén las mios habitudos dé cità pèrsounos, més qué m’éy difficilé dé dissousià  la Hèsto dé las flous à Masséoubo, dou régrétat Marcèl Dussart.

 

l’Institut Agricole St Christophe.

 

Le Carrosse de la reine.