L’Effeuillage du Maïs La Déspélouquèro 
Dans les travaux d’automne la récolte du maïs prenait une grande mportance,quand on pouvait rassembler 5 à 6 personnes, la technique constituait à se mettre à cheval sur un sillon avec attelage et charrette ,ramasser les épis et les jeter dans celle-ci ; conduite par le meilleur bouvier et le plus adroit (en l’occurrence mon père), car il fallait guider l’attelage, ramasser les épis et les lancer adroitement dans celle-ci, les deux personnes de chaque côté des roues avaient le travail facilité, car tout près de la cage qui faisait approximativement 20 hl. Bien souvent la charrette était conduite au champ de maïs, et à moments disponibles un employé avec ma mère remplissait celle-ci, que l’on venait chercher le soir après le labour.Quand on avait entassé sous un hangar relativement abrité pour éviter le froid, environ 100 hl d’épis, on effectuait  avec les voisins venus en nombre (une vingtaine de personnes), l’effeuillage du maïs afin de préparer l’épi auquel on laissait 4 à 5 feuilles pour la mise en cordes.

Le mercredi soir malgré mon jeune âge j’avais le droit de rester avec les grands, et j’étais tout surpris de voir tel garçon se mettre à côté de telle jeune fille sur des bancs autour du tas.Il arrivait que l’on trouve dans le tas des épis de couleur,la personne l’ayant trouvé avait le droit d’embrasser sa voisine (1er baiser volé) d’où le bon emplacement sur le banc.

Malgré la fraîcheur,on buvait bien le coup de blanc, un jeune homme prenait un plat creux avec de l’eau et des verres d’une main, et de l’autre la bouteille de vin blanc, il servait généreusement à boire a tous les despélouquaîres ; je n’ai jamais vu servir de l’eau pour ces travaux ;

Cette corvée commencée vers 20h30m se terminait vers 23h30m,moment auquel avait lieu le réveillon. Ma mère aidée souvent par une voisine, s’était  éclipsée pour faire rôtir les châtaignes, et tout ce monde,après uns sommaire toilette, venait dans la grand pièce commune manger les marrons tout chaud, et boire quelques verres de vin nouveau (bourret) pour faire descendre ce met très goûteux mais assez lourd .Quelques fruits terminait le repas ;

J’ai souvenance, que quelques années plus tard, ces réveillons étaient complétés avec de la saucisse, et du pâté de campagne,chacun prenant le chemin du retour, car le lendemain le bouvier devait donner le foin à ses bêtes, et le soir la déspélouquère recommençait chez un voisin .

Plus tranquille était la corvée de la mise en corde, car plus délicate ; je me souviens que mon père recrutait deux de ses amis pour faire »les cordes »,  autour de ces trois cordayrés 7 à 8 personnes présentaient des paquets de 4 épis avec les feuilles soigneusement relevées afin d’obtenir des cordes bien uniformes et de même longueur.

 C’est le dimanche matin qu’avait lieu sur la façade de la maison et des dépendances la suspente des cordes sur les chevrons de bordures bien abritées contre le mur.

Je n’oublierais jamais ce rituel de mise en place des cordes,aucune feuille volante ne devait apparaître et je compris, un peu plus tard ,l’importance du travail bien fait, et la fierté d’admirer sa récolte

 

Péndén las embotos, la récolto dou milloc prénguéouo uo plaço empourténto, can poudéouon rassémbla cinq ou shés persounos, la technico counsistaouo à boutaà chibaou sur un arrégat l’attélatgé é la carréto, amassa lous cabéils é lous  jéta adrétomén diguén la caisso ; amiado pou meillou bouè é lou més adrét (moun pay)Qué caléouo guida l’attélatgé, amassa lou milloc, é lou lança adrétomén diguén la caisso. Las duos ou trés pèrsounos dé cado coustat dé l’arodo  aouéouon lou travail façilitat, tout proché dé la caisso qué hazéouo aoutour dé bin hèctolitros. Forço cops la carréto èro amiado à la pèso, é à mouménts perduts lou baylét é ma maypléaouon la caisso, é qué la béngéouon collé lou sé après la junto.

Quan aouéouon émpilat débat la granjo bièn abritado éntà éjbita la frét a pus près cen héctolitros de cabéils qué hazéouon dabé lous bésis vénguts numbrous (uo vintéo) la déspélouquèro dou milloc, entà prépara lou cabéil qué déchaouon couaté ou cinq béroyos houéllos entà hè las cordos.

Lou dimècrés sé, mèmo jouénot quaouéoui lou drét dé démoura dab lous grans, é quèri surprés dé vézé taou dronlé sé bouta aou coustat dé talo dronlo sus bans plaçats aoutour dé la pièlo.Qu’arribaouo dé trouva diguén la pièlo cabéils dé coulou, la persouno qué lou troubaouo aouè lou drét d’embrassa la vésio

(prumè poutét panat),  dou la bouno plaço suou banc.

Malgré la fréscuro qué béouéouon bien lou cop dé blanc. Un drounlat prénguéouo un plat dambé aygo é béyrés duo man, é dé l’aouto la boutéillo dé bin blanc, é serbiouo générousomén à béoué toutés lous déspélouquayrés . N’ey jamés bich serbi aygo enta aquét trabail :

Aquéro courbado couménçado à bint oros trénto finiouo à binto très oros trénto ,moumént dé hè lou résoupét. Ma may  soubén aydado pèr uo bésio sèro éclipsado entà hè rousti las castagnos, et tout aquét moundé, après uo pétito toualèto venguéouo diguén la gran pèso coumuno, minja las castagnos toutos caoutos et béoué quaouqué béyré dé bin naouèt (bourrét) énta hè débara aquét plat bièn goustous més un paou lourd. Quaouqué frut tèrminaouo lou répas.

Quén brénbi, qué quaouqués ans après,aqués  résoupéts èron coumplétats dabé saoucisso, é paté de campagno , cadun prénguéouo lou camin dou rétour, emprémou qué lou lundouma maîti, lou Bouè déouéouo souégna sous paréils, é lou sé

la déspélouquèro récouménçaouo éntaou bésin. .

Més tranquilo  èro la courbado enta hè las » cordos » é més délicato. Quém brémbi qué moun pay récrutaouo dus ou très amics enta éncourda,aoutour d’aqués courdayrés sèt à ouéyt persounos préséntaouon paquéts dé cuaté cabeils dabélas houéillos bièn réléouados entà obténgué cordos bien uniformos, et de mêmo loungou.

Quéy lou diméché maîti qu’aouè loc sur la façado de la maïsoun, é de las  dépéndénços lou pénja dé cordos sus cabirous dé las bourduros bien abritados countro lou mur.

Noun déjbrémbérèy jamés lou rituèl dé la pénjo dé cordos, nado houéillo voulanto nou pariouo , é qué coumprénguoui més tard, l’impourténço dou trabail bien hèyt, et la fiertat d’admirà sa récolto.