N° 80.- Mi-temps.(1974-1975.)

 Ce titre peut paraître bizarre, il prend   aujourd’hui toute sa valeur 38 ans après. A   Après  mes vacances en Bretagne, ou j’avais   décelé quelques anomalies dans mon comportement, une grande fatigue s’était   emparé de moi.

Discrètement, et presque à l’insu de mon épouse, j’avais   consulté un neurologue, qui me conseilla d’arrêter mon travail, et qu’il   allait m’hospitaliser pour effectuer une cure de sommeil. Evidemment je pris   peur, je n’en dis mot à mon épouse, et lui raconta que le neurologue m’avait   demandé de prendre 8 jours de repos en montagne. Je partis donc me reposer au   fond d’une vallée pyrénéenne  pendant   une semaine. Cela me permis de faire le vide, dans ma tête, de voir ou j’en   étais de mes engagements, ce qui pouvait être lâché très vite, un peu moins   vite, et à terme plus éloigné, une réorganisation de ma (deuxième mi-temps).  

Mon épouse avec des amis, vinrent me retrouver, me sentirent apaisé, et je   leur promis de revenir en fin de semaine. Les engagements que je pris sur   moi-même (et qui furent tenus), m’apaisèrent totalement, J’avais pu mesurer   ma  surcharge de responsabilités, Ma   profession de Technicien Agricole qui était mon gagne pain, devant toujours   passé en premier.

C’est donc en hiver 74 qu’Henri accepta la présidence du   Foyer rural, (mon cœur fut un peu déchiré !), car former des jeunes, qui   vous le rendent bien, est très gratifiant. Par contre une autre décision   avait été prise également, mais celle-ci ne fut communiqué que fin 75   (c’est-à-dire 15 mois avant l’échéance, afin d’organiser si possible la   succession), je ne me représenterais pas à la Mairie pour un deuxième mandat,   et je m’en expliquerais.

Une autre décision fut prise également courant   l’année 75, après le stage de Bernard, futur Ingénieur Agricole de l’école de   Purpan. Toulouse 31. Ceci  constituait   un programme plus lointain de deux ans qui n’existait qu’au plus profond de   mes réflexions. J’avais deviné la valeur de ce jeune homme et son   enthousiasme, et je souhaitais quitter l’ITCF fin 79 (après 20 ans de bons et   loyaux services). Je souhaitais vivement voir ce jeune homme un jour, prendre   ma place à l’ITCF, et lui confier mes chers départements.

Je puis vous   raconter en préambule ce qui se passa en 1978, alors que j’annonçais au   Directeur de l’ITCF, mon intention de quitter cette maison : (non   seulement vous m’annoncez votre futur départ, mais vous me dites qui je dois   embaucher !) j’en conviens, c’était assez présomptueux de ma part.

Je   sentais monter en moi une orientation, qui tout en me faisant plaisir, me   permettait de rendre d’autres services. En effet j’acceptais de prendre la   présidence des propriétaires de gîtes ruraux du Gers, au double titre des gîtes   communaux et particuliers, la commune avait en 1975 3 gites communaux, et 3   gîtes ruraux particuliers. Ce capital foncier de vieilles fermes non   restaurées, et qui laissait des valeurs architecturales d’une génération   paysanne disparue, me faisait mal au cœur

. Ce qui guidera plus tard ma   deuxième orientation professionnelle, qui dans mon esprit était   complémentaire de la première.

               Travailler à aider le monde   rural.

Entracto. (1974-1975).

Aquét titré, pot paréché bizarré, qué prén   aouéy touto sa balou trénto ouéyt ans après. Après las bacansos én brétagno oun   aouèy troubat quaouquo   anoumalio, a moun coumpourtomén, uo grano fatiguo s’èro émparado dé jou.

Discrètomén,   é prèsqué à l’énsus    dé Lucièno, qu’angouy counsulta un Neurologuo, qu’ém   counsèllè d’arrèsta moun trabail, qué m’anaouo   hospitaliza é ém prèscri uo curo dé souméil. Evibamén qué préngouy poou, n’oun digouy arré à la maysoun,   é racountèy qué m’aouéouon ourdounat ouéyt jours dé repaous én Mountagno. Partichcouy   dounc mé répaouza aou houn d’uo valéo Pyrénéèno péndén uo sémano. Qu’én   héchcou bièn bén dé hai lou bouéy diguén lou cap, dé bézé  aounèri   dous més éngadjoméns, ço qué poudéoui abandouna rapidomèn, un paou mès tard, é éncouèro més tard, uo réourganizaçioun dé   la (ségoundo éntracto).

La hénno dabé amics, én béngoun trouba, én   réncountrèn cambiat, é lous proumétouy dé tourna én fin dé sémano. Lous   éngadjoméns prés sur jou,  (é qu’éstèn ténguts) én déchèn sérén totalomén, qu’aouèy poudut mézura ma surcargo dé rèspounsabilitats. Moun mèstié dé Technicièn   Agricolo, quèro moun gagno pan déouéouo toujours passa én prumé. Qui dounc én hiouèr   soixanto quatorzé qu’Henri accèptà la présidénço dou Foyè Rural ( moun co éstèc un paou déchirat !) émprémou   qué fourma jouèns, qué dous at réndén   bièn, qui gratifiant. Pér countro uo aouto déciziou éstèc prézo, més n’éstèc   coumunicado qué fin soixanto quinzé( c’est à dizé quinzé més aouan l’échéénço, éntà organiza la succèssioun), n’oun   prézéntéri pas à la Mairio éntà un ségoun Mandat, é qué m’én expliquérèy.

Yaouto décizioun éstèc prézo courén soixanto quinzé, après lou statgé dé Bernard, futur éngéniur Agricolo dé  Purpan Toulouse 31. Aco counstituaouo un programo dé més   dé dus ans, qué n’èxistéouo qu’aou   més prégoun dé ma pénsado. Qu’aouèy dévinat la balou d’aquét jouén homé, é soun   ana toujours countént, é coumo souhaitaoui quitta l’ITCF fin   soixanto dèzo naou,(après vint   ans dé bounos rélaçious é serviçis). Qué souihaitaoui   bièn bézé aquét jouén homé un jour   préngué ma plaço, é lou counfià   lous dus départoméns tan carits.

Qué bous baou racounta , bièn aouan l’horo co qu’és passèc én   soixanto dèzo ouéyt alabétz qu’announçaoui aou  Directur   dé l’ITCF, dé quitta la Mayzoun : (noun sulomén qué mous boulét quitta, més én plus   qu’én dizét qui qu’aou énbaouchà !).Qu’én coubéngui,   qu’èro prou culoutat dé ma part.

Qué séntioui mountà én jou uo oriéntaçiou, qué én tout mé hai plazé, én pèrmétéouo dé réndé d’aoutés sèrviçis. En éffèt qu’accèptèy dé préngué la prézidénço   dous proupriétaris dé gîtos Ruraous dou Gérs, aou doublé titré dé gîtos Coumunaous é particuliès, la Coumuno aouè très Gîtos coumunaous, é très   gîtos Ruraous particuliès. Aquét capitaou founciè dé viéllos   bordos à l’abandoun, qué déchaouon balous   architecturalos, d’uo génératioun payzano disparudo, én hazéouo maou aou co.

Co qu’é guidérà més tard, ma ségoundo oréntaçiou profèssionèlo, qué,   diguén moun èchprit, y coumpléméntario dé la prumèro :

 Trabailla énta ayda   lou moundé Paysan.

 

 

Que les Pyrénées sont belles en Automne

 

Le beau travail de nos montagnards Pyrenéens