Les travaux des champs Las Embotos

 

Il est difficile d’imaginer de nos jours, une exploitation de 13 Ha avec les champs éparpillés dans un cercle de 2 Kms de diamètre, entrelacés par les champs des voisins, souvent sans clôture naturelles, (haies)les champs mesurant de 25 ares à 1 ha : et j’ai vécu sur cette ferme jusqu’à l’âge de 15 ans.Les labours  préparations de terre, récoltes, se faisaient par traction animale, et particulièrement avec des vaches ; car porteuses de veaux destinés à la bouche attélatgérie, et au renouvellement du cheptel. Trois paires de vaches étaient nécessaires pour les gros labours, les préparations et charrois se faisaient avec une seule paire(la mieux dressée et la plus robuste).

Je voudrais relater ici, avant qu’il ne soit trop tard, et que les mémoires contemporaines de cette époque aient disparues ,une journée de semis de Blé en Octobre 1940.

Mon père se levait à 5 h du matin pour donner à manger aux bêtes de travail, ensuite il prenait son petit déjeuner, reprenait son travail à l’étable, la préparation  du grain de semence, et du sac d’engrais. Il était alors 7 h30m, il fallait conduire les bêtes à l’abreuvoir( la mare se trouvant assez près de l’étable).

Venait ensuite le rituel de joindre les vaches. Ayant 7 ans à l’époque, j’avais donc droit le jeudi(jour de vacance) de détacher les vaches : la gauchère d’abord, et la droitière ensuite, le tout accouplé par un joug et des courroies.

Il faut voir avec quelle dextérité, et surtout avec quel talent était enserré la tête de l’animal. C’est au serrage et au bouclage des courroies que l’on reconnaissait un bon bouvier.

Apres avoir joint les trois paires, on attelait le tombereau préalablement chargé avec les sacs cités plus haut, ainsi que le timon et les chaînes de traction, sans oublier les repas de la journée.

Car les champs éloignés de 1 km ne permettaient pas le retour de cet imposant attelage.

Qui difficilé d’imagina, à nousto époquo uo Exploitasiou de trétzé hectaros dabé pèsos Esparpillados diguén un cérclé de dus kilomèstrés, entrélaçados dabé lous bésis sénsé baraillos naturèlos (sègos), la pèsos qué mésuraouon de vinto cinq aros, à uo hèctaro : et qu’èy biscut sur aquéro bordo dinco l’atgé quinzé ans.Lous labours, prépara la tèrro et las récoltos,sé hazéouo dambé las vacos,én mèmo téms  hazéouon bédèts dèstinats à la vénto, é aou rénoubèlomént dou bestia.Trés paréys de vacos énta laoura,la préparasioun et lous carréys, sé hazéouon dab un paréy (lou méllou dréssat et lou més fort.

Qué bouléri raconta aci, aouan qué nous sio trop tard, é qué las mémoouèros dé nousto époquo aoujon disparut , uo journado d’embotos én Octobré milo naou cént quaranto .

Papa és léouaouo à cinq oros dou maïtin enta apastura lous paréys, après qué déjunaouo, réprénguéouo lou travay à l’éstablo, prépara lou gran dé sémé é lou sac dé guano . Quèro alabét sèt oros é méjoQué caléouo hè béoué (lou clot quèro prou proché dé l’éstablo)

Véngéouo après l’habitudo dé jugné lous très paréys. Quaouèy sèt ans à l’époquo, qu’aouéy lou drét lou ditjaous ( dio de bacansos, dé déstaca las bacos ; la gaouchèro d’abord, é la drétèro après accouplados pèr uo jouato et per courréjos.

Qué caléouo bésé dab quino adrésso, é surtout la forso éntà sèrra lou cap dé  la baco. Quèro aou sèrratgé et aou coulatgé dé la courréjo sur la calliouo qué récounéguéouon lou boun bouè.

Après aoué junt lous très paréys qu’atélaouon lou tambourèou déjà cargatdou tiradé, é dé las chainos é lous sacs citats aou déssus, sénsé déjbremba lous répas dé la journado.

Emproumou qué lou chantiè éjloignat dé un kilomèstré nou pèrmétéouo pas lou rétour d’aquét émpourtén attélatjé.