Les travaux des champs (suite) Las embotos ( én ségui)
Un minimum d’une heure était utile pour faire la route, et il était bien 9 heures à la montre à gousset de mon père quand nous tracions le 1er sillon. Si je vous dis nous, c’est que je faisais partie de l’équipe de labour, chargé d’aiguillonner les deux paires de devant, et surtout en bout de raie de faire retourner l’attelage dans le sillon fraîchement labouré.Le rythme du travail à cette époque était dicté par les bêtes, donc les repas se prenaient pendant la pause de celles-ci. Une demi-heure était indispensable ;donc entre 9h 30 et 10 h. Assis sur le timon du tombereau nous »cassions la croûte)avec Pain jambon fromage et fruit, j’utilisais un couteau de poche Pradel, signe distinctif du futur laboureur.Le travail était repris de plus belle, et il fallait encourager cet attelage pendant deux heures consécutives, et  vers 13 h

c’était le grand repas avec assiette et couverts qui durait 45 m, il permettait aux vaches de se reposer, on leur distribuait des épis de maïs vert qu’elles  consommaient à leur poste de travail

Le labour reprenait vers 14 h et ceci jusqu’à 15 h, a ce moment l’ouvrier occupé jusque là par ailleurs, venait passer la herse sur le terrain fraîchement, labouré, et mon père du geste auguste du semeur,épandait engrais et semences, qui étaient recouverts dans la foulée.

On considérait que le travail réalisé (labour plus semis) dans une journée, correspondait à un « journal », c’est pour cette raison que ce système métrique  était adapté aux différentes régions en fonction de la pénibilité des terres, et aussi des animaux de traction utilisés :

25 ares dans l’Astarac, 27 ares dans l’Armagnac, etc. etc. Apres le retour à la maison à la nuit tombante, tout ce bétail était desjoints et conduit à la pâture celle-ci réservée pour la période des labours et la plupart du temps clôturée.

Le repas du soir était pris en famille, vers les 7 h ;avant le repas et à la nuit noire le grand plaisir de notre père était de nous prendre dans la « crémère » voiture légère à deux roues,et nous partions chercher dans des champs se trouvant à 500m « la millouquère », c’était un maïs très épaistrès nourrissant puisque comprenant l’épi pâteux, distribué à l’auge il complémentait très bien pendant les travaux d’automne, les bêtes de trait.

L’aller et retour durait bien une bonne demi heure, et mon père qui avait une très belle voix, (mais qui ne chantais jamais en public) nous apprenais des chansons militaires, ainsi que quelques chansons grivoises, et les jeunes auditeurs de 7 4 3 et 2 ans n’aurions pas loupé cette sortie nocturne qui avait lieu tous les 2 jours.

Un minimum d’uo horo èro utilo énta hè la routo, é quèro bièn naou horos qu’an aoubriouon lou promè arrégat. Sé vous disi nousaous, sè qué hazéoui partido dé l’équipo dé labour, cargat d’aguilloua lous dus parrélls de daouan, et surtout aou cap dé l’arrégat dé rébira l’attélatgé diguén lou souc qué béngéouon de hè .Lou rytmé dou travail én aquéro époquo èro dictat pèr las bèstios, dounc lous répas sé prénguéouon péndén lou soun répaous.Méjo horo éron éndispénsablés, dounc éntré naou é méjo é dèt horos, sétuts suou timoun dou tanbourèou qué « coupaouon la crousto » dambé pan jamboun froumatgé é uo fruto. Qu’aouéoui un coutèt Pradel sinné marcat dou futur laourayrè.Lou  trabail èro réprés dab éntrèn, é qué caléouo éncouratja aquét attélatgé péndén duos ouros en ségui, é décap trétzé ouros

qu’èro lou gran répas dambé assiètos é coubèrts qué duraouo très quart d’horos, qué pèrmétéouo aou béstia dés répaousa, qué lous  baillaouon cabeils dé milloc vert qué minjaouon attélados. La junto réprénguéouo dé quatorzé à quinouros,

én aquét moumén lou baylét occupat aillurs,véngéouo passa la hèrso, sur la tèrro larourado é moun payré dou gèsté counégut dou sémouayré ,jétaouo guano é blat,qu’èron coubèrts én ségui.

Qué counsidéraouon qué lou trabail réalisat(laoura é sémoua) én uo journado courréspoundéouo à un « journaou » qué pèr aquéro razoun  aquét systèmo dé mésuro éro adaptat a différéntos régious, én founctioun dé la pénibilitat dé la tèrro, é tabé, dé las bèstios dé tractiou utilisados.

Vinto cinq aros én Astarac ,vinto sèt aros én Armagnac etc etc. Après lou rétour à la maîsouaou soureil couchat, tout aquét béstia qu’èro désjun é amiat aou  péchédé résèrvat enta la périodo d’embobé, quèro soubén clouturat  .

Lou répas dou  sé èro prés én famillo, décap à sèt ouros, aouan  lou répas, é à la néy néro lou gran plazé dé nosté pay èro dé mous préngué diguén la « crémèro » tambourèou léougè à duos arrodos, é qué partiouon collé én pèsos à cinq  cént mèstrés « la millouquèro » ; quèro un milloc éspés  é néourissén  dab un cabéil én lèyt distribuat à la minjadéro ; Qué coumplétaouo rédé bièn péndén las sémouèros, las bèstios dé trabail.

Ana é tourna duraouo bien uo bouno méjourado,é moun payré  qr’aouéouo uo béroyo bout,( més nou cantaouo jamès én public) mous cantaouo cansous militairos, é quaoucuo drin «  salados, » é lous éscoutayrés de sèt cuaté trés et dus ans ,n’aourén pas mancat aquéro sourtido, qu’aouéouo loc cado dus jours.