Inondations à   Clermont. Avril 74.

Les travaux de remembrement, avec leur   difficultés imaginables, et l’importance de leurs travaux, compte tenu de   leurs échelonnements, pour continuer à cultiver les terrains, se terminaient.   Quand au gros œuvre d’assainissement et de parcellaire, il restait un peu de   drainage, et de réseau d’irrigation.

 Ce fut pour moi une année assez pénible,   en Mars je fis un voyage d’études en Bavière, avec les jeunes agriculteurs,   comme responsable des gites de France qui me pris 10 Jours, et me laissa   assez fatigué. Mon travail professionnel, plus le remembrement commençaient à   peser un peu sur mes épaules, mais il fallait assumer.

Voilà qu’en Avril nous   subissons des pluies torrentielles,60 mm en deux jours, ce qui est assez rare,   quand à la brutalité dans le temps. Et dans le malheur, c’est là que nous   pûmes vérifier l’efficacité sur le travail effectué, quand au calibrage des   rivières, et des gros ruisseaux adjacents.

Il était remarquable de voir l’eau   dans son lit, dans les sites remembrés et l’eau recouvrant la vallée sur la   Commune voisine. Vous aurez l’occasion de voir illustrer mes propos, par deux   photos prises du pont du Trinque, clic à droite la vallée sur Clermont :   clic à gauche la vallée sur Loubersan. C’est a ces moments là, malgré les   efforts endurés, que l’on est quand même fier du travail accompli, et de   partager tous ces moments avec toute l’équipe, qui a travaillé pour la   postérité.

Ce moment de satisfaction du travail accompli, fut peut-être pour   moi un moment de réflexion important (j’en juge aujourd’hui avec une autre   maturité), n’avais je pas trop entrepris ? Des collègues Maires   m’avertirent, et me firent comprendre qu’un remembrement laisse des traces   dans une carrière. Alors que chez nous, nous avions ajoutés le calibrage des   rivières, et l’assainissement, et l’irrigation. Nous étions sur le bateau, il   fallait tenir le cap.

 La famille à ce moment là est une aide précieuse, on   doit s’appuyer dessus. Il n’y avait pas à l’époque les structures   actuelles : un Orage : et le Maire allait déboucher les grilles   d’évacuations au Village. Les toilettes de l’école avaient des problèmes, et   le Maire s’y rendait immédiatement. Il n’y avait pas d’employé Communal a   cette époque.

A moitié de mon mandat j’avais à réfléchir. Il restait encore   beaucoup à faire, et on n’abandonne pas des amis, on termine le travail   ensemble. Et voilà comment,  après un   bon examen de conscience, en solitaire, mais avec un peu plus de calme dans   l’action, se passa ce cap un peu difficile.

Trois mois se passèrent sans   histoires, partageant mon temps entre la fin des travaux qui s’annonçaient   très bien, nos récoltes de Céréales, et l’irrigation de nos Maïs, me laissant   un peu de place pour le programme des Gîtes de France qui me tenait également   a cœur. Je me sentais quand même assez fatigué, et mon collègue Pierre s’en   était aperçu lors de visites de champs de Céréales, il me conseilla de   prendre des dispositions pour arrêter deux semaines.

Il m’offrit sa villa en   Bretagne. Voila pourquoi la semaine prochaine nous irons dans la région de   Paimpol.

 

Inoundatious à   Claramount Abriou 74.

Lous trabails dé   rémémbromén, dabé las difficultats imaginablos, é   l’émpourténço dous trabails coumté téngut, dé   l’échelounomén éntà décha cultiva las térros, sé tèrminaouon. Quant aou més   gros, dé l’assainissomén, é dou parcèlari, démouraouo un paou dé drainatgé, é dé lignos d’irrigatioun.

Estèc éntà jou uo annado prou péniblo, én Mars hésquouy   un bouyatgé d’éstudis én Bavro, dabé lous jouénés   Agriculturs, coumo respounsablé dous Gitos dé Franço, qu’ém   préngout dèt jours, é qu’ém déchè prou fatigat. Moun trabail   profèssionèl, plus lou rémémbromén couménçaouo à péza un paou sur mas éspaoulos, més qué caléouo   assuma.

En Abriou qué subiscoun ploujos tourrenti²los, dé soixanto mm   én dus jours, ço qui prou raré   quant à la brutalitat diguén lou témps. Et diguén lou   malhur, qui aquiou qué poudoun vérifià   l’éfficacitat dou trabail éffèctuat, tant aou calibradgé   dous arrious é dou Séssoun.

Ero rémarquablé dé bézé l’aygo diguén soun léy, aous éndréts rémémbrats, é l’aygo récoubri la valléo sur la coumuno bézio. Qu’aourat l’aoucasioun dé bézé illustrat pèr duos photos prézos dou pount du Trénquo,   clic a dréto : la valléo sur Claramount, clic à guaoucho   la valléo sur Loubersan. Qui en aquéts mouméns, malgré lous éfforts éndurats, qu’on y   quand mèmo fièr dou trabail accoumplit, é dé partatja aquéts mouméns dabé touto l’équipo qu’a trabaillat   éntà l’abéngué.

Aquét moumén dé satisfaccioun dou trabail   accoumplit, éstèc bélèou  éntà jou un moumén dé   réflexioun impourtén, (qu’at jutji aouéy dab yaouto maturitat) : n’aouéoui pas   trop éntréprés ? Quaouqués collèguos Mairo, m’abertiscoun, é én haizoun coumpréngué qu’un   rémémbromén dècho traços diguén uo carrièro. Alabét qué nouzaous, y aouéouon ajoutat lou calibradgé dé   las ribèros, é l’assainissomén, é l’irrigatioun. Eron suou batèou, caléouo téngué la barro.

La famillo én   aquét moumén éy d’uo aydo préçiouzo, on s’i déou appua. N’y aouè pas à l’époquo las   structuros actuèlos. Un aouratgé : é lou Mairo anaouo   déjboussoua las grillos d’éjvacuassiou aou Villatgé, Las toilètos dé   l’éscolo aouèn un probmo, é lou Mairo s’y réndéouo dé suito. N’y aouè pas émplégats cumunaous à l’époquo.

A la mèytat dou mandat, qu’aouèy à réfléchi. Qué démouraouo éncouèro rédé à hai, é n’abandounon   pas lous amics, qu’on tèrmino lou trabail énsémblé. Et voilà   coumo qué, après un boun examèn dé counsiénço, én   soulitari, més dab un paou més dé calmé diguén l’actioun, passèc aquét passatgé un  paou   difficilé.

Très més sé passèron sénsé histouèros,   partatgean moun témps éntré la  fin dous trabails qué s’announçaouon   bièn, nostos récoltos dé céréalos, é l’irrigatioun   dé nostés millocs, én déchan drin dé   plaço éntaou programo dous Gitos dé Franço, quén ténguéouo   égalomén à co. Qu’ém séntioui quand mèmo drin fatiguat, é lou colguo   Pierre s’én èro apércébut qu’an visitaouon las pèços dé Céréalos, qu’ém counseilléc dé préngué dispousitious   éntà arrèsta duos sémanos.

M’aouffrisquou la suo villa én Brétagno. Voilà pèrqué la sémano prochaino m’oun   iram diguén la régioun dé Paimpol.

 

Clic gauche; le Sousson s’étale sur Loubersan.

Clic droit: Le Sousson calibré sur Clermont.