Notre Exploitation

Nousto Exploitasiou

Une égale répartition en surface pour les Céréales, le maïs et la prairie naturelle 10,5 Ha (3,5×3):1,5 ha de vignes, 0,5 ha de forêt de châtaigniers: 0,5 ha de vergers entouraient la ferme.Le cheptel était composé de 6 à 8 vaches allaitantes pour la production de veaux, 3 ou 4 truies (pour l’élevage de porcelets) 4 porcs gras (2 pour la consommation, 2 pour la vente), une basse cour composée de poules, et poulets destinés à la vente et à la consommation, sans oublier les oies grises (de Masseube) pour le gavage (la vente des foies gras) et les carcasses pour la consommation. 

Les oies grises (7 oies+ 1 jar) étaient réservées à la reproductions d’oisons, ceux-ci étaient vendus au Printemps, sur les marchés de Trie et de Mirande, sans oublier les oies de Guinée et des lapins.

Le grand souci des polyculteurs du haut Astarac, compte tenu des petites surfaces, et en particulier chez nous,  « chargés »d’une famille nombreuse, était de favoriser au maximum ,l’autoconsommation.

Nous retrouvions le même esprit dans les productions végétales, elles étaient consommées à 70%, et en hiver on mettait 2 sacs de Céréales et châtaignes dans la carriole, pour faire le marché.

Le jardin, que j’ai oublié dans le descriptif des surfaces, comptait énormément dans la consommation et vente de légumes et fruits, et j’ai souvenance d’avoir vu partir au marché des carrioles de choux, a faire pâlir aujourd’hui,un professionnel du légume .

 

Uo égalo répartisiou én surfaço énta las Céréalos, lou Milloc, é lou Prat naturèl : dèt hèctaros é méjo (3,5×3):uo Hèctaro é méjo dé Bio ,méjo hèctaro de castagnès,méjo hèctaro dé vergès qu ényouraouon la maîsoun.Lou chèptèl quèro coumpousat dé shés à ouéyt bacos leytèros,entà la productiou dé béthèts,trés ou cuaté troujos énta l’éjléouatgé dous pétits porcs) cuaté porcs grassés (dus énta la counsoumasiou, dus entà la vénto), la pouraillo qu’èro  coumpousado dé garios  et pouléts destinats à la vénto,et à la counsoumaciou, sénsé déjbrénba las aoucos grisos (dé Masséoubo énta émbuca( la vénto dous hitgés gras) é las carcassos énta la counsoumatiou.

Las aoucos grisos (7 aoucos é un guirou) quèron réservados  à la réprouducciou dous aoucats ,tout aco vénut aou printémps, sur lous marcats dé Trio, é dé Mirando, sénsé déjbrémba lous guinéts é lous lapis.

Lou gran souci dous poulyculturs dou haout Astarac, counté téngut de las pétitos surfaços, é en particuliè à nousto, « cargats » d’uo famillo noumbrouso, qu’èro dé favourisà aou maximum, l’autocounsoumasiou.

Qué troubaouon lou mèmo esprit diguén las prouductious végétalos, quèron counsoumados à soixanto dèt pèr cén,é én hiouèr, qué boutaouon dus sacs dé céréalos é castagnos diguén la carriolo entà hè lou marcat.

Lou casaou ,qué m’aouéoui déjbrembat diguén lou dèscriptif  dé las surfaços, countaouo rédé enta la counsoumasioun, é vénto dé fruts é légumés, quém brémbi d’aoué bich parti aou marcat carriolos dé caouléts,A hè pâli ahouéy, un marchand  dé légumés.