59. Le Théâtre au  Foyer rural. Lou théâtré aou foyè rural.
Le théâtre   fut dans notre foyer une des premières préoccupations culturelles pour les   responsables d’animations que nous étions.Je crois que la saison d’hiver   64-65 fut le 1er tremplin de préparation à une manifestation en   Mars 65. Il est facile de se souvenir d’une date de Manifestation, mais   combien de soirées, réunions, répétitions, avant d’en arriver là. Les   animateurs étaient presque aussi novices que les acteurs, c’était surtout des   bonnes volontés qui se mettaient au service de la communauté de jeunes et   moins jeunes, car  par exemple la  chorale allait de 20 à50 ans.Nous faisions appel de temps en   temps a des personnes compétentes, surtout pour la chorale, mais toutes les   répétitions étaient effectuées par Yvan pour le Théâtre, et Georges pour la   Chorale. Et bien avec beaucoup de volonté, et un peu d’écoute, nous arrivions   a déplacer la Commune entière (ce qui était déjà le 1er but  à atteindre) car il y avait le voisin, le   fiston, la fille, le papa, la maman, qui étaient sur les planches.Les planches, le voilà le grand   mot : si vous saviez ce que représente pour des animateurs bénévoles que   nous étions, le plaisir de voir monter un individu quel qu’il soit sur une   scène, devant 200 à 300 spectateurs, car   nous savons que les planches vous marquent pour la vie. J’ai eu la chance de   faire en 1943, sur une scène de théâtre devant 300 personnes, au profit des   prisonniers français  en Allemagne, un   duo chanté et mimé « la Pastourelle » avec ma petite voisine, nous   avions 10 ans.

Notre conseiller général actuel   est monté sur les planches du Foyer de Clermont  en Mars 65, quelques années plus tard, il   était animateur de courses cycliste, puis Maire de la Commune, et après   Conseiller Général, voilà ou mènent les planches de Clermont ; n’est ce   pas Francis. Mon frère Michel âgé de 11 ans jouait le prestidigitateur sur la   scène du Village en 1964, il fait en ce moment son 4ième mandat de   Maire, et est Président de la communauté de communes « Vals et Villages   en Astarac. »

Je relate tous ces faits avec   beaucoup d’émotion, et je voudrais vous la faire partager un peu, vous   m’excuserez de personnaliser un peu trop mes propos. Je voudrais vous faire   partager le ressenti de ces années, si chères à mon cœur, car travailler avec   une jeunesse disponible, attentive, et intéressée, était un bonheur. Cela a   durer de 6 à7 ans, qu’elle joie de voir ces jeunes soudés avec des objectifs   précis tant dans leurs études, que dans leur parcours de vie professionnelles   (quelques mariages se sont dessinés sur ces planches) et par la suite nous   avons retrouvé tous ces jeunes, un peu plus armés devant la vie difficile qui   les attendait. Il est évident qu’aujourd’hui    les faits relatés  n’ont pas le   même poids, souvenez vous, nous étions dans les années 60. 

Aurions nous aujourd’hui des   jeunes disponibles et assidus, a accepter ces contraintes de formation que   sont les répétitions, et oser l’humilité de monter sur une scène, quand on   est un petit amateur, croyez-moi mes chers jeunes : c’est payant !

Nous n’oublierons pas le travail   réalisé par notre institutrice, avec ses élèves durant toutes ces années.   Elle a toujours été présente avec sa belle voix, et la préparation de danses   et ballets gracieux, et les beaux costumes créés à l’école. Qu’elle en soit   ici encore une fois remerciée.

 Lou théâtré éstè diguén lou foyè uo dé las prumèros préocupatious   culturèlos, éntaous rèspounsablés d’animatious qu’èron.Qué créy qué la sazoun d’hiouèr soixanto quaté –soixanto cinq héstè lou prumè tremplèn dé   préparatioun à uo manifèstatioun én Mars soixanto   cinq. I façilé dés brémba d’uo dato dé manifèstatioun, més quand dé souèrados,réunious, répétitious, aouan d’én arriba aquiou ? Lous   animaturs èron prèsqué aoutan naouvicés qué lous acturs,   qu’èro surtout bounos vouléntats qués boutaouon aou sèrvici dé la communoutat dé jouénés é dé  méns jouénés, Pèr èxémplé la choralo anaouo dé vint a cinquant ans.Hazéouon appèl dé téms én téms à pèrsounos coumpéténtos, surtout éntà la choralo, més las répétitious   èron éfféctuados pèr Yvan éntaou théâtré, et Georges énta   la choralo. E dabé rédé vouléntat, é un paou d’éscouto, arribaouon a   désplaça la coumuno éntiéro,(so quèro lou   proumè but à réussi) émproumou y aouéouo lou bézin, lou dronlé, la hillo, lou pay, la may,qu’éron sur las planchos.Las planchos, voilà lou gran mot : sé sabéouot so qué réprézénto    entaous animaturs bénévolos qu’èron, lou plazé dé bézé à mounta, uo pèrsouno quino qué sio, sur uo scèno, daouan dus à très   cént pèrsounos, émprémou qué sabén qué las planchos   bous marquon pèr la bito. Qu’aououy la chanço én milo naou cén quaranto très, sur uo scèno   dé théâtré, daouan  tré cént pèrsounos, aou proufit dous prisouniès françés én Allémagno, un duo cantat et mimat   « la Pastourèlo » dabé la mio pétito bézio, qu’aouéouon dèts ans. 4

Nosté Counseil Général actuèl y mountat sur las planchos dou Foyé dé   Claramount èn Mars soixanto cinq, quaouquos annados més   tard, animaouo dé granos coursos cyclistos, après Mairo dé la coumuno, é   après Counseillè général, voila oun amion las planchos dé Claramount.   Y bèrtat Françis ?  Moun fray   Michèl atgat dé ounz ans, jougaouo lou prèstigitatur sur la scèno dou bilatgé én milo naou cén soixanto quaté, qué hai én   aquésté moumén soun quatrièmo mandat dé Mairo, é qu’éy Présidént dé la coumunoutat des coumunos «  Vals et villages   en Astarac ».

Qué rélati touts aquérés faits dab forço émoutiou, é   qué  la bous bouléri hai partatga un  paou,   qué m’éxcuzérat dé pèrsounaliza un paou trop moun parla.   Qué vous bouléri hai partatja lou résséntit d’aquéros annados, tan caros à moun co, trabailla   dabé uo jouénésso atténtiounado, é   éntéréssado, èro un bounur. Aco durait chés ou sèt   ans, quin plazé dé bézé aquéts jouénés soudats, dabé un objèctif préçis tant éntaous éstudis, qué diguén lou parcours dé bito   proffèssionèlos (quaouqué maridadgé sèron déssinat sur las planchos)  é pèr la suito tournèn trouba tout aquérés jouéns, un paou més armats daouan la bito difficilo qué lous atténdéouo. Quéy  évidén qu’aouéy aquérés faits rélatats n’an pas lou mèmo pés, brémbat bous èron las annados soixanto.

Es qué aourén aouéy jouénés dispouniblés, é   atténtiounats, a accèpta las countréntos dé fourmatiou   qué soun las répétitious, é aouza l’humilitat dé mounta sur uo scèno, quan ès un pétit   amatur, crézét- mé, més carés jouénés, :Aquo qué pago.

Nou mous déjbrémbéran pas   lou trabail réalizat pèr la régénto, dabé sous   éscouliès duran aquéros annados. Y toutjour éstado présénto dabé sa poulido bout, et   lou trabail dé préparatiou dé dansos et balléts gracious, et lous béroys coustumés créats à l’éscolo. Qu’én sio asi éncouèro un cop rémèrciado.

Le Président Yvan

Georges, l’Animateur de la Chorale