Lou CABIRAN.                  Il existe   toujours dans nos villages, ou nous avions l’avantage de tous nous connaître,   des personnes sortant de l’ordinaire, qu’elle qu’en soit d’ailleurs   l’originalité.

Je vous   parlerais donc aujourd’hui de Cabiran. Il s’appelait Jacques (je l’ai appris   aujourd’hui), et quand nous sommes arrivés à Clermont, il avait 74 ans, il   est mort en 1949. Nous nous sommes donc côtoyés pendant 3 ans. Mais quels   souvenirs nous gardons de cet homme, qui impressionnait les enfants avec sa   grande moustache relevée, et des yeux énormes on l’appelait   « le merle ». De caractère jovial   avec les jeunes qu’il aimait fréquenter pour parler de « femmes »,   cela faisait partie de son discours préféré.

Marié, veuf   assez jeune, son épouse l’avait laissé avec de nombreux enfants. Métayer dans   la région, il était venu terminer sa carrière de journalier agricole à   Clermont. Les Agriculteurs l’utilisaient pour la taille de la vigne, les   vendanges, (il aimait beaucoup le vin, un peu trop) les corvées de dépiquage,   de charrois avec les bœufs. Il était vraiment très efféminé, et la bouteille   était un peu trop souvent sa compagne. Mais quand on a 17 ans, et que l’on   est 4 ou 5 jeunes du même âge, il était pour nous un bon compagnon.

Nous le   recherchions souvent pour le « brancher » sur ses chapitres   favoris : les femmes. Il était intarissable, tant par son expérience (77   ans), que par ses forfaits, ou ses mensonges. On est encore plusieurs à se   souvenir, quand passait une belle jeune fille ou dame, les paroles   prononcées, les yeux grands ouverts :   Ah mèlodiou mèlodiou, que celui qui en a sorti la force, aurait pu aussi en   sortir l’envie. Ceci bien sur dit en patois Gascon, seule langue qu’il   pratiquait à l’époque.

Il était   notre compagnon du fait qu’il avait un petit loyer au centre du Village, et   nos moments de détente nous ramenaient avec nos vélos, vers (Lou Cabiran)   Nous jouions beaucoup avec lui, mais nous étions souvent aussi assez   désagréables, car il aimait lui aussi, à l’occasion faire  des farces. Je voudrais vous en raconter   deux succinctement, quelques acteurs se retrouveront.

Les Vendanges. C’était une corvée de   Vendanges au Château, un bon repas du soir bien arrosé, accompagné de jeux   divers (cartes, mikado,) et voilà notre Cabiran qui décide de rentrer. La   patronne du château, qui aimais bien la rigolade, nous dit : passez à   travers le parc et allez l’arrêter sur la route. Nous voici parti à cinq,   trois éclaireurs et deux supportrices, et en effet nous l’arrêtons ; il   amenait souvent de la paille fraiche pour mettre dans ses sabots. Je me mets   devant lui, et avec ma pile devant ses yeux je lui crie : Police vos   papiers. Apeuré, il lève un bras et pendant ce temps Paul allume le fagot de   paille, il se met a reculer, donc il allait se bruler ; a ce moment   là  Popol donne un coup de pied sous   son bras, et le feu s’arrêta. Il reconnu certains d’entre nous, moi avec la   pile, et au parler, et il se trompa pour popol qu’il accusa d’avoir mis le   feu. Quand à nos supportrices   Lucienne et Aline, elles s’étaient tenues assez loin de la scène, pour éviter   les problèmes.

Le thermogène. Un Dimanche de   Décembre, alors que notre Cabiran se chauffait tranquillement devant sa   cheminée, Ernest passant par le toit de la maison du voisin, laissa tomber   dans la cheminée de la maison basse, des boulettes de coton thermogène sur le   foyer. Au bout d’un moment nous entendîmes un toussotement, suivi d’une toux   assez puissante, suivie d’une expulsion rapide par la porte de l’occupant.

Voilà comment   nous améliorions nos relations avec cet homme qui nous le pardonnait malgré   tout.

 

 

  Lou   CABIRAN. Qu’èxisto toutjours diguén nostés bilatgés, oun aouéouon l’aouantatgé dé mous counégué   touts, persounos qué sourtiouon dé l’ourdinari, qu’èy qué sio l’ouriginalitat.

Qué bous parlérèy dounc aouéy dou Cabiran. Qué s’apéraouo   Jacques ( qu’aguèy aprés aouéy ), é quan arribèn à   Claramount qu’aouéouo soixanto quatorzé ans,   mouriscout én Milo naou cén quaranto naou. Qué mous èn   dounc counéguts péndén très ans. Més quinés soubénirs gardan d’aquét homé, qu’impréssiounaouo   lous dronlés dabé sa grano moustacho rélèouado, é lous ouéils énormés ( l’apéraouon lou mèrlé )   Dé  caractari jouayous dabé lous jouéns, quaiymaouo fréquentà entà parla ( de hénnos ), aco hazéouo partido dé soun   discours préférat.

Maridat, béouzé prou jouén,   sa hénno lou déchè dabé uo famillo noumbrouzo. Bourdalè diguén la régioun, béngouc tèrmina sa carrièro dé journalè agricolo à Claramount. Lous agriculturs   l’utiliuzaouon entà tailla la bigno, las brégnos, ( Qu’èymaouo bièn lou vin , un paou   trop ) Las batèros, lous carréys dabé lous bouéous. Quèro rédé éfféminat, é la bouteillo èro trop soubén sa coumpagno. Més à   dèzo sèt ans, é qu’on sé rétrobo à quouaté ou cinq dou mèmo atgé, quèro énta nous aous un   boun coumpagnoun.

Qué lou résèrcaouon soubén éntaou «  branca »   sur sous chapitrés favorits :   las hénnos. Qu’èro intarissablé, tant pèr soun expériénço   ( soixanto dèzo sét ans) , pèr sous forfaits,   ou sas méntidos. Qu’én éncouèro qu’aouqués us a moun brémba,   qu’an passaouo uo poulido dronlo, ou hénno, las paraoulos   pronounçados, lous ouéils grans aoubèrts : Ah Mélodèou Mélodéou, lou qué n’a tirat la   forço, qué n’aouousso aoumén  poudut tira   l’émbéjo. Aco bièn ségu dit én   patouès Gascoun, soulo léngo qué praticaouo à l’époquo.

Qu’èro nosté coumpagnoun dou   fait qu’aouéouo un pétit louguè aou céntré dou villatgé, é nostés mouménts dé   déténto mous amiaouon dabé nostos bicycléttos décap (aou Cabiran). Qué mous   amuzaouon d’ét qu’éron mèmo prou désagréablés, qu’aiymaouo ét tabén a   l’aoucazioun dé mous hai qu’aouquo farço. Qué bouléri açi, en racountà dujos   succéntomén.

Las brégnos. Qu’èro uo courbado dé brégnos aou Castet, un bounn   répas dou sé bièn arrouzat, accoumpagnat dé jocs (cartos, Mikado), é voilà   nosté Cabikran qué déçido dé s’én tourna. La patrouno dou Castèt qu’eymaouo   bièn la rigoulado mous dit : passat a traouès lou parc é anat l’arrèstà   sur la routo. Qué moun ban à cinq, très éclairurs et duos supportriços, é én   éffèt qué l’arrèstan ; qué pourtaouo soubén un haich dé paillo frésquo,   énta bouta diguén lous esclops. Qu’ém bouti daouan ét, dabé la pilo sus oueils   é lou cridi :Police vos papiers. Echpaouéntat, qué lèouo un bras é péndén   aquét téms Paul alluguo lou hèch dé paillo, qu’és bouto à récula, dounc qué   s’anaouo brunla ; én aquét moumén préçis, Popol fout un cop dé pè débat   soun bras, é lou houéc s’arréstèc. Qué récounégou cèrtains dé nouzaous :   jou, dabé lapilo é aou parla, més qu’és troumpec éntaou Popol é l’accuzèc d’aoué   foutut lou houéc. Quand a nostos supportriços Lucienne et Aline, qué s’èron   téngudos prou louy dé la scèno, entà éjbita qu’aouqué problèmo.

Lou Thèrmogèno Un Diméché dé Décémbré, alabét qué nosté Cabiran sé   caouhaouo tranquilomén daouan sa chéminéo, Ernest én passan pou téoulé dé la   maysoun  dou bézin, déchè cajé diguén   la chiménéo dé la maysous bacho, bolos dé coutoun  thèrmogèno suou foyè. Aou cap d’un moumén   énténoun un léougè toussit, séguit dé toussits puisséns é répétats, séguits   pèr uo expulsioun rapido pèr la porto,    dé l’occupant.

Voilà coumo améliouraouon las   rélatious dab aquét homé, qué mous at pardounaouo malgré tout.