Anniversaire.      Anniversari.
Et oui ! c’est le 25 Mars   2011, que j’ai eu le plaisir d’ouvrir ce blog, et de venir  vous présenter mon ambition, qui était de   vous raconter la vie d’une famille de paysans dans le haut Astarac, et   ceci  en traduction patois, qui   est «  nosto lénguo Mayrano ».Merci chers locuteurs, qui en un an   avez totalisé 2700 Visites, et   parcourus 5400 Chapitres. Si mon   souhait de transmettre cette langue qui nous est chère, a été partiellement   atteint, sachez que j’en suis très honoré ; ce qui m’oblige a être   demain plus disponible, et surtout plus performant. Car partager le savoir,   et surtout sauvegarder le passé, est notre devise à tous.Nous avons entrepris pendant deux   mois, de faire une réunion hebdomadaire à la salle Beaudran, et malgré   l’enthousiasme d’une petite équipe, nous n’avons pu continuer faute de   participants. Nous remercions l’Office de tourisme, et la Municipalité, de   l’accueil enthousiaste, avec lequel ils nous ont hébergés.

Laissons un peu de temps, peut être   pourrons nous envisager ces rencontres, sous d’autres formes, en d’autres   lieux, en d’autres heures ? Tout est ouvert, remercions par la même   occasion Thérèse, et Ginette pour leur collaboration.

Et maintenant place à   l’avenir : vous allez vous apercevoir d’une nouvelle présentation du   blog, avec certainement une nouvelle adresse, un projet de photos illustrant   la véracité des chapitres, notre envie de dialogues avec vous, afin   d’améliorer l’intérêt  de correspondre.   C’est pour cela, et peut être à l’encontre de certains bloggeurs, je ne me   cacherais jamais sous un pseudonyme, et mes coordonnées seront connues de   tous.

Vous pouvez imaginer que, compte   tenu de mon âge, et de mes compétences en informatique, je sollicite de   l’aide. Je souhaite qu’avec Nicolas de Mango   Technologies, nous puissions mener à bon terme notre collaboration, et   par avance je l’en remercie, et que vive « Lous   patouès dé  Mirando »

Georges PERES
A l’Embarrat
Chemin des Gaillats.
32300. MIRANDE.
Courriel : gorges.peres@ouanadoo.fr

 

 

 

 Et oui, qui lou vinto cinq dé Mars dus milo ounzé,   qu’aououy lou plazé dé vous présenta la mio émbiçiou, quèro dé bous  racountà   la bito d’uo famillo dé payzans diguén lou Haout Astarac, é aco én traduccioun patouès, qu’éy  «   nosto lénguo Mayrano ».Mèrçio amics locutayrés, qué én   un an aouét totalizat dus milo sèt cén bisitos, é légit cinq milo quaté  cén chapitrés.   Sé moun souhait dé transmété aquéro lénguo qué mous i   caro, y éstat partièlomén aboutit, sabéts qu’én soy rédé   hounourat ; ço qué m’aoubliguo a èsté douman éncouèro més dispouniblé, é surtout més   pèrfourmén. Emprémou partatja lou sabé, é surtout garda lou   passat, y nosté réprouè a touts.Aouén éntréprés péndén dus més, dé hè uo réunioun pèr semmano à la salo Beaudran, é malgré l’énthousiasmé d’uo pétito équipo, n’aouén pas poudut countinua faouto dé participants. Qué rémèrçian   l’aoufficé dou Tourismé, é la munuçipalitat, dé l’accuil énthousiasté, dé   nous aoué hébèrgeats.

Qué  ban décha passa lou témps, bélèou pouyran énbizatja aquéros réncountros én d’aoutos formos, én d’aoutés   locs, én d’aoutos horos ? Tout y aoubèrt, rémèrçién pèr la mèmo aoucasioun, Ginètto é Thérèzo pèr la   suo coulabouraçioun.

E aro plaço à l’abéngué :   Qué vous bat apèrcébé d’uo naouèro préséntaçioun dou   blog, dab cèrtènomén uo naouèro adrésso, un proujèt dé   photos illustran la bèrtat dous chapitrés, nosto hamé dé dialougua dabé bous aous, énfin d’amélioura l’intérèt dé   courrèspoundé.  Y émprémou d’aco, é bélèou a l’encountro dé cèrtains   blouggurs,  nou m’éscounérèy jamés détras un pseudonymé, é las mios couourdounados séran counégudos dé   touts.

Qué poudét imagina, qué counté téngut dé moun atgé, é dé mas coumpéténços   én informatiquo, qué solliçiti aydo. Qué souhaiti qué   dab Nicolas dé Mangou Technologies,   qué pousquan amia à boun tèrmé nosto   coulabouratioun, é pèr aouanço qué l’én rémèrçii, é qué vivo « Lou Patouès dé   Mirando ».

Lou Georges dou Cadét
A l’Embarrat
Camin dous Gaillats
A MIRANDO