I.T.C.F. Les Moutons I.T.C.F. Lous Moutous
Dans ma   carrière professionnelle, je pense que    le travail le plus important    fut l’expérimentation  des   fourrages, par l’exploitation animale production de viande. La nourriture en   plein air fut comparée à la nourriture en bergerie. La durée de l’expérimentation   s’est étalée sur trois ans  1964, 65,   et 66 ; je me suis investi énormément dans cette tâche avec mon   collaborateur Robert, et un stagiaire trois mois au printemps, et elle me   consacra Ingénieur en Agronomie, après présentation d’une thèse sur ce   travail.

 Je réaliserais donc trois   chapitres sur cette expérience, mais afin de ne pas lasser le lecteur,   ceux-ci seront alternés par des temps de vie différents. Le troupeau retenu   fut un troupeau de 50 brebis laitières de race Lacaune, choisies dans un   troupeau plus important, prêtes à agneler dans le mois et alimentées en sec   sous notre conduite. L’expérimentation débutant à la mise à l’herbe après   composition des lots similaires.

 La prairie avait été mise en   place en 1963, et avait demandé un travail minutieux, pour un semis de 6   variétés (2 Fétuques, 2 Dactyles, 2 Fléoles) qui permettaient d’échelonner la   précocité avec une légumineuse commune : le trèfle blanc. Tout ceci   subdivisé pour la fauche, et  pour la   bergerie, et la pâture pour le troupeau qui allait passer 3 mois dans la   prairie, sous un abri coulissant très rudimentaire qui était tiré par un   tracteur tous les 3 jours.

 Cette importante mise en place   par l’Institut Technique des Céréales et des Fourrages,I.T.C.F. avec la   collaboration, de la recherche Agronomique I.N.R.A. productions animales,La Fédération Nationale  Ovine F.N.O.

 Nous ne remercierons jamais   assez L’INSTITUT Agricole St Christophe qui gratuitement, pendant 3ans a   participé aux semis, entretien, créations d’attelages spéciaux, et je me dois   de citer des noms comme frère Xavier, frère Irénée, et frère Lucien, Mr   Dufau, il fallait une telle structure pour nous accueillir.

 Le but final était de conduire   un troupeau de brebis pour la production de l’agneau de 100 jours au   printemps (Avril à juillet) pendant la poussée de l’herbe : et de   mesurer  les résultats en poids, en   qualité, la consommation d’herbe, et le chargement potentiel à l’hectare en   comparaison Pâture, et  Bergerie.

 

Dé ma carrièro   prouffésiounèlo, qué pénsi qué lou trabail lou més   émpourtén y éstat l’éspériméntaçioun dous fourratgés,   pèr l’èsplouétaçioun animalo, prouduccioun dé biando.   La néourituro én plén ayré coumparado à la néourituro   à la bèrgério.La durado dé l’éspériméntaçioun   s’énstallè sur très ans, milo naou cén soixanto   qouaté, soixanto cinq é soixanto chés. Qué ménbétichqouy   diguén aquét trabail dab moun coullabouratur Robert, é un stagiairo   très més aou printéms, é qu’ém counsacrè Ingéniur   én Agronomio, après préséntaçioun d’uo thèzo,   sur aquéro èspériméntatioun.

Qué réalisérèy dounc,   très chapitrés sur aquéro échpériénço, més én fin dé   nous pas fatigua lou lèctou, aquéstés séran   alternats pèr chapitrés différéns. Lou troupèt   réténgut éstèt un troupèt dé cinquanto aouéllos   lèytèros dé raço Lacouno, caouzidos diguén un   troupèt més émpourtén, prèstos à aouélla diguén   lou més, é aliméntados à séc débat nosto counduito.   L’expériméntatioun débutaouo à l’hèrbo après coumpouzitioun   dé lots similaris.

La prairio éstè   sémouado én soisanto très, é aouè démandat un trabail   minutious, éntà hé un sémis dé chés variétats( duos   Fétuquos, dus Dactylés, duos fléolos) qué pèrmétéouon   d’échelouna la précouçitat dab uo léguminouzo coumuno :   lou trèflé blanc. Tout aco subdivizat  éntà la dalhuzo et la bèrgério,   é éntaou péchédé éntaou troupèt qu’anaouo   passa trés més diguén lou prat, dab un abrit léougè   coulissant, rudiméntari, éstirat cado trés   jours éntà cambia dé parcèlo.

Aquéro émpourténto   énstallaçioun boutado én plaço pèr l’énstitut   Tèchnico dé la céréalos é dous fourratgés I.T.C.F., dabé   la coulabouraçioun dé la résèrco Agronomiquo I.N.R.A   prouductioun animalo , La fédératiou Nationalo ovino   F.N.O.

Nous né rémèrçiéran jamès   prou l’INSTITUT Agricolo St Christophe qui gratuitomén,   péndén  très ans  à partiçipat aous sémis,   éntrétien, créatioun d’attélatgés  approupriats, é qu’ém déoui dé   çita quaouqués noms, coumo Frère Xavier, Frère Irénée,   Frère Lucien, Mu Duffau ; qué caléouo uo structuro coumo   aquéro éntà mous accueilli.

Lou but final èro dé counduis   un troupèt d’aoueillos éntà la prouduccioun d’agnèt   dé cén jours à l’hèrbo aou printéms(abriou à juillét)   é dé mézura lous rézultats én pés, én qualitat,   la counsoumaçioun d’hèrbo, é lou cargomén pouténcièl   à l’hèctaro, en coumparaizoun Paturatgé, é Bèrgério