L’élevage des «  Patous » L’Ejllèouatgé dous «  Patous »
Il faut savoir, tout d’abord, que nos chiens Pyrénéens de Montagne, sont divisés en deux races : Le grand blanc montagne est connu, dans le pays sous le nom de « Patou », et le petit berger des Pyrénées est dénommé «  Labrit »Le Patou est un chien qui habitait avec le troupeau, qui participait a tous ses déplacements, et qui avait surtout pour mission de protéger son troupeau contre tous ses prédateurs, notamment à l’époque l’Ours, qu’il arrivait même à attaquer en cas de besoin. Le Patou était équipé d’un gros collier a crocs, lui permettant de se battre pour la défense de ses moutons.Le Labri était le vrai chien du berger capable de rassembler le troupeau, de faire suivre la brebis égarée, et d’être aux ordres de son maître, et de remplacer un peu ses jambes. Autant le Patou est calme, autant le Labri est vif, et bruyant. Je me souviens, que quand nous arrivions dans une foire avec nos chiens pour aller à notre emplacement, nous écoutions le coin le plus bruyant, c’est là que se trouvait les Labris, toujours voisins des box des Montagnes.

Revenons donc à nos Patous avec lesquels nous avons passés une douzaine d’années de bonheur, mais aussi de soucis. Cet élevage est difficile, car onéreux, il faut un parc clôturé de 2 m de hauteur avec grillage cimenté au sol, des loges pour chaque animal, des quantités de nourriture assez conséquentes, un dossier administratif assez onéreux et la reconnaissance des qualités ne peut se faire qu’en expositions, donc déplacements et frais de journée assez conséquents, mais c’est un choix, une vocation, mais pas un revenu.

Les foires expositions constituaient au moins une fin de semaine par mois. Et les places de Tarbes, Auch, Agen, Marmande, nous permettaient de présenter un ou deux chiens. Nous avions à l’époque une Mercedes qui avait une malle assez grande, et le menuisier nous avait aménagé une hausse qui permettait de transporter deux de ces imposants animaux.

Les foires permettaient également de repérer le chien pour « marier » sa chienne, afin d’améliorer ses aptitudes, et d’éviter la consanguinité. Il n’était pas rare de faire 120 Kms, avec sa chienne pour la faire couvrir.

Notre petit élevage n’a jamais dépassé 3 adultes, mais avec les chiots on arrivait en pointe, à six ou sept. Les adultes se sortaient séparément, souvent seuls, mais avec un minimum de surveillance, c’est Lucienne, et notre fille à partir de l’âge de deux ans, qui s’occupaient de l’élevage.

Notre chien Urgel a accompagné tous nos enfants à l’école du village le matin, et pour rentrer passait par l’épicerie et la boulangerie, et venait se recoucher à la maison. Mais comme ces chiens sont des chiens de nuit, il faut les rentrer tôt et je vois encore mon épouse appeler après son chien qui ne détournait même pas sa tête, mais quand même après plusieurs appels et menaces arrivaient lentement se faire accrocher la laisse à son collier.

Il a fallu beaucoup de patience, compensée par les expositions, et le plaisir procuré par ces bêtes.

Qué caou sabé, tout d’abord qué nostés cas Pyrénéèns dé Montagno, soun dibizats én duos raços : lou gran blanc mountagno éy counégut, diguén lou  Païs suou nom dé « Patou », é lou pétit bèrgè de las Pyrénéos y dénoumat « Labri ».Lou Patou éy un can qu’abito dab lou troupèt, qué participo a tous sous désplaçoméns, é qu’aouéouo surtout missioun dé proutètga soun troupèt countro touts lous prédaturs, noutamén à l’époquo dé l’Ours, qué l’arribaouo mèmo d’attaqua én cas dé bézouy. Lou patou èro équipat d’un gros couliè à crocs, lou pèrmétéouon d’és baté éntà déféndé sous moutous.Lou Labri èro lou véritablé can dé gayto capablé dé rassémbla lou troupèt, dé hè ségui l’aouéllo pèrdudo, é d’éscouta soun mèstré, é rémplaça un paou sas camos. Aoutan lou patou i calmé, aoutan lou Labri éy biou, é bruyén. Qu’én brémbi, qué can arribaouon én uo hèyro dabé nostés cas, énta ana a nosté émplaçomén, qu’éscoutaouon lou couèn lou més bruyén, i aquiou qués troubaouon lous Labris, toutjours bézis dous Mountagnos.

Tournén à nostés Patous dambé quinés aouén passat uo doutzéno d’annados dé bounur, més tabén forço souçis. Aquét éjlléouatgé y diffiçilé, é caré, qué caou cloutura un parc dé dus mèstrés dé haout dabé grillatgé ciméntat aou sol, lotgos éntà cado animaou, quantitat dé néourituro counséquénto , un doussiè administatif prou caré, é la récounéchénso dé las qualitats nous pot hè qu’én éspouzitious, dounc désplaçoméns é frais dé journado prou carés ; més qui un chouès, uo voucatioun, més pas un rébéngut.

Las hèyros èspouzitious constituaouon aou mèn, uo fin dé sémano pér més. E las plaços dé Tarbo, Aouch, Agén, Marmando, nous pèrmétéouon dé préséntà un ou dus cas. Qu’aouéouon a l’époquo uo Mercedes qu’aouéouo uo grano malo, é lou ménusè nous aouè aménatjat uo haouso qué pèrmétéouo dé transpourta dus, d’aquéts animaous émpouzéns.

Las hèyros pèrmétéouon égalomén dé répérà lou can éntà « marida » sa cagno énfin d’améliourà las aptitudos, é d’éjbita la counsanguinitat. Ero pas raré de hai cén vint Kilomèstrés dabé sa cagno entà la hai coubri.

Nosté pétit élléouatgé n’a jamés dépassat dus ou très  adultés, més dabé lous jouéns arribaouon én punto, a chés ou sèpt. Lous adultés sé sourtiouon soubén souls, més dabé un minimom dé surbéillénço, qui la Lucièno, é nosto hillo à parti dé l’atgé dé dus ans, qué s’occupaouon dé l’éjléouatgé.

Nosté can Urgel a accoumpagnat toutés lous nostés dronlés a l’éscolo dou villatgé lou maïtin, é aou rétour pasaouo à l’épicério, é à la boulangério, é sé bénguéouo  coutcha à la maysoun. Més coumo aquérés cas, soun cas dé néyt, qué lous caou émbarra dé douro, é qué véy éncouèro Lucièno apérà après soun can, qué nou biraouo mèmo pas lou cap, més après quaouqués appels répétats, arribaouo léntomén sé hai accroucha la cordo aou couliè.

Qu’a calut rédé patiénço, coumpénsado pèr las éspouzitious,é lou plazé procurat pèr aquéros bèstios.