Nos chiens Montagne. Nostés cas Mountagno.
Qui ne se rappelle à l’époque, de l’épisode télé de Belle et Sébastien ?. Notre famille aussi, et surtout les enfants admiraient cette belle chienne.Quand à moi travaillant à l’époque dans les pays de Bigorre (65) j’avais pu apprécier le flegme, la prestance, et leur belle robe blanche.C’est donc en 1968 que je fis l’acquisition de ma première chienne Montagne des Pyrénées. Comme dans les affaires il y a un apprentissage, et je m’aperçu un peu trop tard que j’avais acheté le rejeton de la portée.

On peut quand même dire que c’est elle qui communiqua le virus de la race aux enfants et à leurs parents. Elle fut présentée a l’exposition canine d’Auch pour la certification, et c’est au milieu de ces congénères, que nous nous aperçûmes qu’il fallait aller vers d’autres origines, si nous voulions concourir, car nous avions pris l’amour de la compétition.

Un éleveur du Lectourois ayant fait un prix d’excellence à la foire, nous vendit un chiot femelle, qui fut confirmée en 1969 et obtins un prix de jeunes. Nous étions donc partis pour une aventure de 10 ans.

 

C’était en 1970 au mois de mars (vous vous êtes aperçus que j’aimais bien les anecdotes) je reçois un coup de fil d’une dame de Bordeaux, intéressée par l’achat d’un chiot et me demande le prix (nous vendions les chiots à deux mois, inscrits et tatoués 60 000 francs de l’époque).Elle me répondis qu’elle était navrée, mais qu’elle ne disposait pas de cette somme pour investir sur un jeune chiot.

Je lui explique que j’avais la 1ère Communion de mon fils Alain en  Mai, et que moi aussi j’avais besoin d’argent. Elle me fit alors une proposition que j’accepta : Je vous propose 30 000 Francs, et faites moi confiance je vous amène quelques bouteilles de ma cave que vous boirez à la santé du communiant.

Et c’est ainsi que je vis arriver un Dimanche matin,  une limousine d’au moins 6 mètres de long, avec une vielle dame et son chauffeur, avec un grand panier de bouteilles, qui nous dit ne pas vouloir nous déranger, car elle avait aussi amené son déjeuner. Ceci ne faisait pas partie des habitudes de la maison, et elle fut invitée avec nous à partager ensemble le repas.

C’est dans la conversation que nous apprîmes que c’était une châtelaine appauvrie, pour ne pas avoir vendu son château, ayant seulement vendu ses vignes. Après avoir visité son chiot, et payé les 30 000 Francs prévus elle sortit de son  panier une dizaine de Bouteilles, je n’ose pas  vous dire les appellations de toutes les bouteilles, et les années. je citerais en passant, Margaux, Eyquem, St Emilion etc.

Nous nous quittâmes bons amis, et heureux d’un côté comme de l’autre, ce qui est le principal. Lors de la Communion qui eut donc lieu en Mai, je montrais ces bouteilles au beau père de mon frère cadet, seul connaisseur à l’époque, stupéfait il me dit : tu ne devrais pas ouvrir ces bouteilles, elles sont trop chères, et tes invités ne vont pas les apprécier ;  Je lui expliquait la provenance, et qu’elle avaient été offertes pour cette cérémonie.

A l’évidence, bien qu’elles aient été présentées, elles furent bues  sans dégustation ni appréciation, et il fallait voir la figure médusée du beau père, me regardant d’un œil complice.

Quand on voit le chemin parcouru dans la connaissance des vins, à croire que ce fut pour de mes deux fils, un baptême vers l’œnologie.

(Chapitre à suivre sur l’élevage des montagnes)

Qui nous brémbo à l’époquo, dé l’épizodo télé dé «  belle et Sébastièn » ?. Nosto famillo é surtout lous pétits, admiraouon aquéro poulido cagno.Jou trabaillaoui én aquéro époquo diguén lou pays dé bigorro(65), aouèy poudut appréçia lou flègmé, la prèsténço, é lou poulit pélatgé blanc.Qui dounc én milo naou cén soixanto ouéyt qué hésquouy l’acquisitioun dé la prumèro cagno mountagno dé las pyrénéos. Coumo diguén lous ahès ya un appréntissatgé, é m’apèrcébouy un paou tard qu’aouèy croumpat lou répoupét de la couado.

 

Poudén quand mèmo dizé qui éro, qué coumuniquai lou virus dé la raço aous dronlés é aous paréns. Estè présentado à l’éxpousitioun canino  d’aouch, énta la cèrtificatiou, é qui aou méy dous aoutés mountagnos, qué m’apèrcébouy qué caléouo ana décap d’aoutos originos, sé bouléouon countinua lous concours, qu’aouéouon prés gouch à la compétitioun.

 

Un élevur dou Lèctourouès,aouè hèyt un prèt d’excélénço mous vénout uo cagnoto dé dus més, dé la cagno primado, qué hèscoun confirma én soixanto naou, é hèscout un prèt dous jouénés. Eron doun partits pèr uo avénturo dé dèt ans.

Qu’éro én soixanto dèt aou més dé Mars : (bous èt cérténomén apèrcébuts qu’aymaoui bièn las anecdotos), récébi un cop dé téléphono d’uo damo dé Bourdèou, intéréssado pèr l’achat d’un cagnot, é én démando lou prèt  (qué bénéouon lous cagnots à dus més, éscrious et tatouats soixanto milo Francs dé l’époquo). En réspounouc qué nou dispouzaouo pas d’aquéro soumo éntà invèsti sur un jouèn cagnot.

Qué l’éspliquéy qu’aouèy la coumunioun dou mén Alain, aou més dé may é qué jou tabén aouèy bézouy argén. En héscout alabéts uo proupouzisioun, qu’accèptèy. Qué vous propaouzi trénto milo Francs, é hazétmé coufiénço, qué bous porti quaouquo bouteillo dou mén chay, las béouérat à la santat dou coumunian.

E qui ataou, qué dézouy arriba un diménché maytin, uo limouzino d’aou mén chés mèstrés dé loung, dabé uo vieillo damo é soun chauffur, dabé un gran payrét dé bouteillos, qué mous abertich dé nous pas mous  dérénja, qu’aouéouo pourtat soun déjuna. Aquo n’èro pas diguén las habitudos  dé nosto maysoun, é qu’éstèc inbitado à partatja lou répas dambé nouzaous.

E diguén la counvèrsaçioun qu’appréngoun qu’èro uo chatelaino déchudo, pèr nous pas aoué vénut soun castèt, qu’en aouè bénut las vignos.Après aoué visitat soun cagnot, è pagat sous trénto milo francs, sourtiscout dé soun payrét, uo dètzéo dé bouteillos, nou vous gaouzi pas dizé las appélatious é las annados, citérèy én passan, Margaux, eyquèm, St Emilion etc.

Mous quitèm bouns amics, é èyrous d’un coustat coumo dé l’aouté, so qu’èro lou principal. Enta la coumunioun qu’aouou loc én May, qué montrèy aquéros bouteillos aou baou pay dé moun fray caddèt, soul counaissur à l’époquo, stupéfait én digout : nous déouérés pas  aoubrèché aquéros bouteillos, qué soun trop caros, é lous tués invitats nou las ban pas appréçia. Qué l’éspliquéy la prouvénnço, é qu’éron éstados aoufèrtos éntà aquéro cérémounio.

 

Bertat, qué tan éstèn préséntados, éstèn bégudos, sénsé dégustatioun, ni appréçiatioun, é caléouo bézé  la figuro tristo dou baou paou, m’éspian d’un oéil coumpliçi.

Quan béy aouéy lou camin parcourut diguén la counéchénso dous bis, à crézé qu’éstèc énta mous dus dronlés, un baptèmo décap l’oenologio.

(chapitré à ségui sur  l’éjléouatgé dous Mountagnos)