Accident au foyer rural Accidén aou  foyé rural
Dans un chapitre précédent, je vous avais laissé deviner les relations financières qu’il y avait entre la municipalité et le foyer rural, compte tenu de la parfaite santé de celui-ci. En effet la réputation de nos soirées dansantes, nous assurait régulièrement des rentrées de 600 à 800 danseurs. Nous avions 8 à 10 soirées payantes sur l’année. Le café licence 4 autorisant la vente  complète d’alcools, avait été pour nous un avantage incontestable au point de vue recette. Nous avions à l’époque le budget du foyer, supérieur à celui de la commune. Il y avait en accord avec celle-ci, des investissements communs.  Notamment en matière de sanitaires, communs avec l’école, chauffage central au foyer, grand parking du presbytère etc. Assez jalousés, nous devions, compte tenu de notre succès, amenés un peu de confort et d’agrandissement à notre salle. Un projet d’agrandissement sur le côté Est, avec surélévation pour installer chaises et tables pour recevoir les spectateurs, désireux de consommer tranquillement, fut élaboré par la D D E de Mirande. Ces travaux réalisés en Juillet 1969, avaient demandés un étaiement pour séchage, avant appui et couverture. Que se passât-il début Septembre ? Rentrant de congé dans l’Ain chez mon beau frère, et passant embrasser mes parents, avant d’arriver à la maison, nous entendîmes un grand bruit fracassant sans y attacher une grande attention. Ce ne fût, qu’arriver au Bayle que j’appris la nouvelle, je me précipite au Village, et j’aperçois le foyer écroulé. Des jeunes jouaient à l’intérieur, et furent commotionnés, mais pas blessés. Ils furent conduits par mesure de précaution à l’hôpital, et rentrèrent le soir même. Seul le fronton de la façade fut arraché, et mon jeune frère eut son pantalon abîmé (le coup passa très prêt). Imaginé notre émotion, pas de blessés, mais quels dégâts ! Nous avions le financement de l’agrandissement, mais pas du sinistre. La commune fit rapidement un emprunt que le foyer avalisât. Main il y avait plus délicat, c’est que nous avions un calendrier établi, avec des dates impératives. Le 20 octobre nous avions le bal d’ouverture, une réunion fût faite dans la semaine avec la municipalité, les jeunes, les entreprises concernées, et l’ingénieur des ponts et chaussées. Et tous ensemble, nous fîmes un  défi de tenir les délais d’ouverture, ce qui fut fait. C’est cela l’esprit d’un foyer, nous eûmes même droit à la radio régionale débarquer, pour voir le travail collectif qui fût réalisé pour cette prouesse. Une anecdote me viens à l’esprit, l’ingénieur responsable de cette restauration nous obligea à garder des étais, sous une poutre soutenant un avancement, je vois encore la soeur de l’entrepreneur, enguirlander ces étais, afin qu’ils fassent partie de la décoration. Quelle délicatesse, et quelle tendresse Madame Marthou envers votre frère ! Et le 20 Octobre, un grand Orchestre régional venant de Béziers (aujourd’hui, Réné Cool, orchestre de Patrick Sébastien), inaugurait notre salle rénovée et agrandie.  Diguén un chapitré précédént, qué bous aouéy  déchat dévina las rélatious financièros qui aouéouo éntré la municipalitat et lou foyè rural, counté téngut dé la parfaito santat d’aquésté. En éffèt la réputatiou dé nostos souèrados dansantos, nous assuraouo dé chés céns à ouéyt céns entrados. Aouéouon ouéyt a dèt sérados paguantos pèr an. Lou cafè licènço quaté aoutorizan la vénto dé touts alcools, éro éstat éntà nouzaous un aouantatgé incountestablé aou pun de bisto récèto. Qu’aouéouon à l’époquo lou budget dou foyè supériur aou budgèt dé la coumuno.Y aouéouo én accor dab éro, énvestissoméns coumuns. Noutamén én matièro dé sanitaris, coumuns dabé l’éscolo, lou caouhatgé céntral aou foyè, lou gran parkin dou prèsbytèro etc. Prou émbéjats, qué déouéouon, counté téngut dé nosté succès, amia un paou dé confort et d’agréndissomén à nosto sallo. Un proujèt d’agréndissomén suou coustat Est, dabé surélévatioun, entà installa cadièros et taoulos entà récébé lous spèctatous qué bouléouon counsouma tranquilomén, éstè élabourat pèr la  D D E  dé Mirando. Aquéts trabails réalizats én  juillét soixanto naou, démandèn un soutènomén éntà séca, aouan appui é toituro. Quéy ço qués passèc début sètémé ? Tournaoui dé coungèt dé l’Ain 01, ché moun baou fray, é passan ché mous paréns éntaous émbrassa, aouan d’arriba à nosto, qu’énténoun un grand brut fracassant sénsé y pourta uo grano atténtioun. N’éstéc, qué quan arribèn aou Baylé, qu’appréngoun la noubèlo, qu’ém précipitèy aou billatgé, et qu’apèrcéboui lou foyè à tèrro. Jouénés jougaouon à l’intériur, éstèn coumoutiounats, més pas blèssats. Qu’éstèn counduits pèr mésuro dé précaousioun à l’éspitaou, é réntrèn lou sé mèmo. Soul, lou frountoun dé la façado cédèc, é moun jouén fray aouou soun pantaloun abijmat (lou cop passèc dé proché). Imaginat nosto émoutiou, nat blèssat, més quinés dégâts Quaouéouon lou finançomén dé l’agréndissomén, mès pas dou sinistré. La coumuno hèscout rapidomén un émproun, qué lou foyè avalisèc. Més y aouè més délicat, sè qu’aouéouon un calendriè éstablit, dambé datos impérativos. Lou  vin Octobré aouéouon lou bal d’aoubèrturo, uo rénioun éstèc hèyto diguén la sémano, dabé la municipalitat, lous jouénés, las éntréprézos councèrnados, é l’éngéniur dous pouns é camis. E touts énsémblé  mous baillèn lou défi dé téngué la dato d’aouberturo, ço qu’éstèc hèyt. Qui aco l’esprit d’un foyè, qu’aououn mèmo drét à la radio régionalo, déjbarqua énta bézé lou trabail  coulèctif qu’éstèc réalizat en aquéro prouésso. Uo anecdoto quén bén à l’ésprit, l’éngéniur résounsablé d’aquéro restaouratiou mous aoubligait dé garda étais, débat uo poutro qué susténguéouo un aouancomén. Qué béy éncouèro la so dé l’éntréprénur, engurlanda aquéts étais éntà qué hèscousson partido dé la découracioun. Quino délicatésso, é quino amistat Madamo Marthou émbèr vosté fray ! Et lou vin Octobré, un gran Orchèstré régional qué bénguéouo dé Béziè 34 , ( Aouéy, Réné Cool orchèstré dé Patrik Sébastièn), inauguraouo nosto salo rénaouido é agranido .