Les années « étain » de notre couple (58-68) Las annados « étain » dé nosté couplé (58-68)
Ce fut, comme en général pour pas mal de couples de 30 ans, des années bonheur, car à ces époques les fardeaux sont moins lourds, et l’argent n’est pas le seul argument de la vie. Donc comme les autres, nous étions heureux, occupés à embellir notre maison, et son environnement.Nous avions l’avantage d’être à l’entrée du village, et l’inconvénient d’en être les hôtes accueillants. Nous nous devions, de savoir recevoir : on pouvait faire confiance à Lucienne. Nos deux enfants poussaient à merveille, mon épouse allait avec son solex rendre visite journellement à ses parents, et vaquait à différentes occupations, paroissiales, et éventuellement la cantine à la maison, et surtout son jardin et ses fleurs.

Quand à moi je partais le matin à 7h 30 m, et rentrais le soir à 19 h, mon repas de midi était pris à Masseube, ou dans mes différents déplacements. L’animation du foyer rural  occupait pas mal de mes loisirs, ce qui me passionnait  énormément. J’étais membre du conseil d’administration  FDFR du Gers, cela était également formateur pour moi, en tant que conduite de groupe, et formation de jeunes ruraux.

Alain a commencé l’école primaire en  Octobre1963. De fait, il avait déjà fait un jour d’école en Espagne en Septembre, mais ceci est une autre histoire. Quand à moi entre les stages à Paris en Janvier, le stage en Mars à Montpellier, les réunions avec les Agriculteurs, cela me faisait une vie un peu bohême, mais dans la vie il faut savoir ce que l’on veut, et l’assumer.

Lucienne avait maintenant sa 2 CV d’occasion, ce qui lui permettait d’être un peu plus autonome  avec les enfants, et ses parents. Nos fins de semaine se passaient souvent au Foyer rural, ou se préparaient pendant l’hiver, des théâtres qui permettaient aux jeunes et moins jeunes, de monter sur les planches.

L’expérience aujourd’hui me démontre qu’on reconnaît assez facilement des personnes qui ont eu l’avantage de faire cette expérience. La présidence du Foyer rural me fut demandée au Printemps 1967. C’est cette année là que je perdis mon père, décédé brutalement, il avait 58 ans.

Ce fut pour moi un déchirement indescriptible, tant nous avions été complices, de 18 à 30 ans. Cette peine fut apaisée par la  naissance de notre petite Mireille, venue compléter la famille en 1968.

Qu’éstè, coumo én général, éntà pas maou dé couplés de trénta ans, annados dé bounur, car én aquéros époquos las cargos soun més léougèros, é l’argén ni pas lou soul argumén dé la bito. Dounc coumo lous aoutés, èron hèyrous,  occupats à émbèli nosto maysoun, é soun énvirounomén.Aouéouon l’aouantatgé d’èsté  à l’éntrado dou bilatgé, é l’incounvénién dén èsté lous acceuilléns. Qué mous déouéouon  dé sabé récébé, enta aco poudéouon hai counfiénço à Lucièno. Lus dus dronlés poussaouon bièn, la hénno anaouo dabé soun Solex réndé visito cado jour à sous paréns, é hazéouo différénts trabails, à la parouèsso, la cantino dou éscouliès, à la maysoun, é surtout soun cazaou, é sas flous.

Quand à jou partioui lou maytin à sét ouros é méjo, é tournaoui lou sé à dèzo naou houros, lou méyjour minjaoui à Masséoubo, ou aous différéns désplaçoméns. L’animatioun du foyè rural occupaouo forço tém dispouniblé, é quém passiounaouo. Quéri mémbré dou counséil d’administratiou dé la fédédératiou départoméntalo du Gérs, quéro égalomén fourmatur éntà jou, én tén qué counduito dé groupé, é fourmatioun dé jouénés à la campagno.

Alain couméncèc l’éscolo primairo én Octobré soixanto très. Dou fait aouéouo déjà hèyt un jour d’éscolo én Espagno én sètémé, més aco y yaouto histouèro. Quant à jou, éntré lous stagés à Paris én janviè, lou statgé én mars à Moutpéliè, las réunious dabé lous Agriculturs, aco én hazéouo  uo bito un paou bohèmo, més s’agis dé sabé so qu’on bo diguén la bito, é at caou assuma.

Lucièno aouéouo aro sa dus chibaous d’aoucazioun, so qué lou pèrmétéouo d’èsté més autonomo dab lous dronlés é sous paréns .  Nostés fin dé sémano sé pasaouon aou foyè rural oun préparaouon  péndén l’hyouèr, théâtrés , qué pèrmétéouon aous jouénés é aous maduts, dé mountà sur las planchos.

L’éspériénso aouéy én déjmountro qué recounéguén prou façilomén las pèrsounos qu’an aouut l’aouantatgé dé hai aquéro èspériénço. La prézidénço dou Foyé m’éstèc démandado aou printéms soixanto sèt. Quéy aquéro nado qué pèrdouy moun pay mort brutalomén, qu’aouéouo cinquanto ouéyt ans.

Qu’éstèc énta jou un déchiromén indéscriptiblé, tan éron éstats coumplicés, dé dèzo ouéyt à trénta ans. Aquéro péno éstèc apayzado pér la néchénso dé nosto pétito Mirèillo, véngudo coumpléta la famillo én Soisanto ouéyt.