La mise en place d’un essai de céréales. Lou bouta én plaço d’un éssai dé Céréalos.
Nous mettions en place environ une dizaine d’essais à répétitions  de Céréales. Nous allons, si vous le voulez bien vous faire vivre la mise en place d’un essai. Au préalable, il fallait, dans une région demandée par nous , et avec le conseiller Agricole du coin, rencontré l’agriculteur intéressé, disposant d’un champ homogène, prêt à suivre notre démarche culturale,  et surtout ayant un bon matériel de culture, et parfait conducteur de tracteur. Vous comprendrez que l’accumulation de tous ces points ne se retrouve dans tous les coins de ferme. Le jour J, après avoir chargé 10 sacs de 15 kgs sur la voiture, la soufreuse, la chaux, les piquets, étiquettes et plans, nous partons vers le lieu de rendez vous. Ce jour là par exemple, c’est le trajet Masseube Lectoure (50 Kms). Arrivé chez l’agriculteur, ou nous attend souvent le conseiller Agricole, nous nous dirigeons vers le champ, ou  nous découvrons notre chantier. Comme nous avons nos habitudes  avec Robert, nous dirigeons nos opérations chacun de notre côté, le technicien et l’agriculteur interviennent comme manœuvres. Le champ est vaste, nous prenons nos aises, nous prenons une bordure de 15 m,  nous traçons une parallèle par rapport à la route avec un cordeau, matérialisé immédiatement par de la chaux, dirigée avec la « soufreuse à vigne ». Nous prenons l’équerre gauche, et nous tirons un cordeau sur 110 m. Notre essai comporte 10 Variétés répétées 6 fois, soit 60 parcelles plus 4 parcelles de bordures pour protéger celui-ci, soit 64 parcelles, (un peu compliqué ? non !) La largeur du semoir de l’agriculteur fait 2 m. Nos parcelles feront donc 100 m². Notre essai sera donc implanté : 32 parcelles, plus 32 parcelles en dessous. L’équerre est ensuite fait sur le côté droit, et marqué au cordeau et chaux, comme le seront toutes les parcelles. Sur le sens du semis on marque 50m plus 10 pour les manœuvres, et plus 50m pour les parcelles en dessous. On effectue ensuite les lignes des 50 m, et les pourtours son terminés. A l’intérieur de notre « cirque» les tracés se font tous les deux passages. Maintenant un piquet est placé a l’intersection de chaque parcelle, accompagné un peu plus tard, du N°, et de la variété, ceci à partir d’un plan préalablement préparé au bureau, après tirage au sort des variétés, et de leur emplacement. Intervenait maintenant l’agriculteur, avec son tracteur et son semoir. Tout d’abord on mettait la variété dans le semoir et on effectuait sur une allée tassée un réglage, de la densité. Nous mettions en terre 300 grains au m², un comptage linéaire était la manière la plus fidèle a ce travail. Cela était effectué pour chaque variété. Selon des gestes convenus avec le chauffeur, toutes les parcelles étaient correctement semées, il ne restait plus a l’agriculteur, de continuer à  terminer son champ, qui allait être suivi jusqu’à la récolte à la moyenne d’une visite tous les 15 jours jusqu’à la récolte. Cela vous a certainement paru fastidieux à la lecture, mais pour moi un devoir de mémoire me demandait de mettre en valeur, la relation de ces conseillers agricoles, et ces agriculteurs, qui nous ont aidés à transmettre l’évolution des variétés nouvelles. Qu’ils en soient sincèrement remerciés.  Qué boutaouon én plaço a pu prèts,uo dètzéo d’éssais à répétitiouns dé Céréalos.Qué ban, sat boulét bièn, bous hai bioué la bouto én plaço d’un éssai. Enta couménça, qué caléouo, diguén uo régiou caouzido,pèr nouzaous, é dab lou counseillè agricolo dou couén, rencountrà l’agricultur éntéréssat, dispouzan d’uo pèço homogèno, prèch à ségui nousto démarcho culturalo, é surtout aoué un boun matérièl dé culturo, é parfait conductur dé tractur. Coumprénguérats qué l’accumulatioun dé touts aquérés punts, nous trobon pas diguén cado cour dé fèrmo. Lou jour J,après aoué cargat dèt saquéts dé 15 kilos sur la voituro, la soufruzo, la quaouzéo, lous piquéts, étiquétos é plans, moum ban aou loc dé rencountro. Aquét jour èro lou trajèt Masséoubo Lèctouro (50 Kms).Arriban ché l’agricultur, oun nous attén soubén lou Counseillè agricolo, moun ban décap à la pèço oun déscoubrin nosté chantiè. Coumo n’aouén l’habitudo dabé Robert, mous diritjan cadun diguén lan nostos occupaçious, lou tèchnicièn é l’agricultr aydon coumo manobros.La pèço i bèro, poudén préngué nostés ayzés, mous prénguén uo bourduro dé quinzé mèstrés, traçan uo parralèlo pèr rapport à la routo, dab un courdèt, matérializat dabé caouzéo, dirijado dabé la « soufruzo à vigno ». Prénguén l’ésquayré à gaoucho, é tiran un courdèt sur cén dèt mèstrés. Nosté éssai counporto dèt variétats répétados chés cops, soun soixanto parcèlos més cuaté parcèlos dé bourduro enta proutétja aquésté, dounc soixanto quouaté parcèlos ( un paou coumpliquat ? nou !)  La larjou dou sémouèr dé l’agricultur hazéouo dus mèstrés. Las parcèlos hazéouon dounc 100 m². Nosté éssai séré dounc implantat : trénto duos parcèlos, plus trénto duos parcèlos én bébat. L’ésquayré èro haiyt après suou coustat drét, et marquat aou courdèt é a la caouzéo, coumo séran toutos las parcèlos. Suou séns dou sémis marquon  cinquanto mèstrés plus det mèstrés éntà las manubros, et plus cinquanto mèstrés éntà las parcèlos dé débat. Effèctuan après, las lignos dous cinquanto mèstrés, é lous pourtours soun tèrminats. A l’intériur dé nosté « cirqué », lous traçats sé hèn toutés lous dus passatgés. Après plaçan un piquét à l’intersectioun dé cado parcèlo, accoumpagnat un paou més tard, dou N°, é dé la variétat, aço à parti d’un plan préparat aou burèou, après tiratgé aou sort dé las variétats, é dé sous émplaçomén. Intèrvén açi l’agricultur dabé soun tractur é soun sémouèr. Tout d’abord, boutan la variétat diguén lou sémouèr, é éfèctuan sur uo alléo drin duro, un règlatgé dé la dénsitat. Qué boutan én tèrro très cén gragnous aou mèstré carrat, lou countatgé linéairo èro la manièro la més fidèlo, entà aquét trabail. Aquo èro éffectuat entà cado variétat. Séloun gèstés coumbénguts dabé lou chauffur, toutos las parcèlos èron sémouados corrèctomén, nou démouraouo pas més à l’agricultur, qué contunua sa pèço. Aquéro pèço serà séguido  tous lous quinzé jours dinco la récolto. Aquo bous aoura parut cèrtainomén péniblé à la lècturo, més un déoué dé mémouèro énta jou, én démandaouo dé bouta én balou, la rélatioun d’aquéts counseillès agricolos, ét aquéts agriculturs, qui mous an aydats à transmété l’évoluçioun dé las variétats naouèros. Qu’én sion sincéromén rémèrçiats.