Foires  et marchés. Hèyros é Marcats.
Je voudrais essayer de retracer ici, même en survolant le sujet, les foires et marchés, et les moyens de locomotion que constituaient les cars, qui desservaient notre commune dans l’époque 1960- 1968.Une étude de l’époque, a laquelle j’avais participé démontrait que nous avions 3 pôles d’attraction pour les déplacements : Mirande, Seissan et Masseube. Ce qui explique l’égale distance des 3 marchés, avec Seissan un peu plus près.

Les deux marchés les plus importants étant Seissan et Mirande. La comparaison de ceux-ci peut se faire sur les volailles, et les veaux de lait. Les marchés aux veaux de Mirande se sont arrêtés entre 1965- 1970, et ceux de Seissan entre 1970-1975.Les marchés à la volaille ont durés jusqu’aux années 2000, se transformants en marchés aux gras l’hiver, avec une spécialisation plus soutenue pour Seissan , qui perdure aujourd’hui.

Je me souviens dans les années 1962 à 1965, du car Portespane chargeant les paires de Volailles sur l’impériale, et les veaux dans la grande remorque. Tout le monde n’avait pas encore sa voiture, et encore moins la remorque qui n’était pas très familière. Le Samedi c’était le car Daran qui faisait la liaison avec la préfecture à Auch, à l’époque le Samedi les administrations étaient ouvertes, et les vignerons du coin allaient vendre leurs vins, place de la maison de Gascogne actuelle, ainsi que rencontrer les courtiers en petites graines. Il était très amusant de voir sortir de leur poche les petites bouteilles de vin (échantillons) et pour les autres les sachets de graines ; le marché se concluait de cette façon (quelle confiance !).

Pour le bétail, revenu très important dans une ferme, deux grandes foires qui avaient toutes les deux les mêmes destinations : Animaux de boucherie et de travail (celui-ci étant sur le déclin), les tracteurs pointaient leur nez, surtout pour les labours. Les deux pôles d’attraction étaient la foire de la Madeleine à Montesquiou (22 juillet), et la foire St christophe à Masseube (le Ier Aout).

Les « maquignons » venaient, en ce qui concerne les bêtes à viande, acheter a ces deux grandes foires, des  animaux à finir dans les pâturages de montagne. Quand au marché pour les bêtes de travail, il y avait encore une place assez privilégiée.

Je me souviens d’avoir vu passer

des troupeaux de 50 à 60 vaches précédées par la  « Marraine », vache âgée menée par une corde. Le troupeau était accompagné par des « attoucaïrés », jeunes gens embauchés pour la conduite du troupeau par les petits chemins vicinaux, la, ou les, journées, qui se terminaient par un repas payé par le maquignon. Il était de Loubersan, et était un des plus importants du Sud du département du Gers.

 

Qué bouléri énsaja dé rétracà açi, mèmo én surboula lou sujèt las hèyros é marcats, é lous moyèns dé locomouçioun qué counstituaouon lous autobus, qué déssèrbiouon nosto coumuno én l’époquo milo naou cén soixanto-milonaou cén soixanto ouéyt. 

Un éstudi à l’époquo én aquin aouéoui participat, déjmountraouo qu’aouéouon très polos d’attraccioun éntaous désplacoméns : Mirando, Masséoubo é Chichan. So qué ésplico l’égalo disténço dous très marcats, dabé Chichan un paou més proché. Lous dus marcats lous més émpourténs èron Chichan é Mirando.

La coumparaisoun d’aquéstés sé pot hai sur la pourraillo, é lous béthèts.Lous marcats aous béthèts s’arréstèc à Mirando éntré soixanto cinq é soixanto dèt, lous dé Chichan éntré soixanto dèt é soixanto quinzé. Lous marcats à la pouraillo durèc dinco las annados dus milo, sé transfourmèn én marcats aou gras l’hiouèr, dab uo spécializasiou més susténgudo éntà Chichan é qu’èxisto toutjours aouéy.

Qu’ém brémbi diguén las annados soixanto cinq à soixanto ouéyt, dé l’autobus dou Portespano, cargant lous pareils dé pouraillo sur l’impérialo, é lous béthèts diguén la grano rémorquo. Tout lou moundé n’aouè pas éncouèro sa vouaturo, é éncouèro méns la rémorquo, qué n’èro pas rédé familièro. Lou dissatté qu’èro lou car Daran qué hazéouo la liaisoun dabé la préfècturo à Aouch, à l’époquo las administratious èron aoubèrtos, é lous vignérous dou couén, anaouon béné lou bin, plaço dé la maysoun dé Gascougno actuèlo, é tabé las pétitos gragnos. Qu’èro éntéréssén dé bézé sorté dé la pocho pétitos fiolos dé vin (las mustros) é lous aoutés las saquétos dé gragnos ; lou marcat sé hazéouo sur aquéros bazos (quino counfiénso).

 

Entaou béstia, rébéngut  impourtén diguén uo fèrmo, duos granos hèyros qu’aouéouon toutos duos las mèmos dèstinatious : Bèstios dé boucherio é dé trabail (aquésté èro sur la fin) lous tracturs puntaouon lou nas, surtout éntaous labours. Lous dus polos d’attractioun èron la Héyro dé la mataléno à Mountèsquiou ( vinto dus juillét), é la hèyro dé st christopho à Masséoubo (prumé aouch).

Lous maquignous vénguéouon, én so qué councèrno las bèstions à biando, croumpa én aquéros duos grossos hèyros, bèstios à fini diguén lous paturatgés dé mountagno. Quand aou marcat dé las bèstios dé trabail, i aouè éncouèro uo plaço prou pribilégiado,

 

Qu’ém brémbi aoué bich passa troupèts dé cinquanto à soixanto bacos darrè uo »marraino » , vaco atjado amiado pér uo cordo. Lou troupèt èro accoumpagnat pèr « attoucrés », jouénés émbaouchats éntà counduizé lou troupèt pèr pétits camis coumunaous, la, ou las, journados sé pèrminaouon pèr un répas pagat pou maquignoun. Qu’èro dé Loubersan, et èro l’un dous mès émpourténs dou sud dou départomèn dou  Gérs.