On restaure le Bayle. Qué rèstauran lou baylé
C’est donc dans le courant de l’année 62, qu’il fallu s’organiser entre la restauration de la maison, et la mise en place de ma carrière d’agronome, auprès de la notation de mes collections fourragères, réparties sur deux départements. Il fallu  aussi préparer les plannings d’installations des démonstrations de variété nouvelles de céréales, également sur les deux départements, et préparer la liaison de réunions avec les conseillers agricoles concernés. L’année fut assez difficile, mais l’ingénieur Rieuneau était encore là, en attendant son départ. Celui-ci nous quitta en 63, et fut remplacé par Robert, Aide technique de l’ITCF.Je me suis imposé, toute ma vie une discipline de l’horaire, et pourtant nous avions une liberté de manœuvre dans notre travail qui était très intéressante, il fallait par contre être très strict avec les rendez vous pris, et cela permettait des moments de liberté. Dans mon nouveau métier il y avait une chose que j’avais déjà, et qui m’a servi énormément, c’est le contact. Je dus par contre, être plus attentif à l’observation, car noter les maladies sur les plantes fourragères ou céréales, ne s’improvise pas, et là j’avais eu un grand professeur, nous nous complétions très bien. Mon temps était organisé pour que je puisse contrôler les travaux de la maison, qui avançaient a vitesse normale. D’autre part il fallait que je recolle avec mes copains du village, et à la commune que j’avais quittée pendant deux ans. Un incident assez sérieux vint, au cours de l’année, perturber le planning de mes projets ; mon beau père, après une grave opération resta complètement aveugle il avait seulement 61 ans. Bien que la propriété soit petite, il fallu prendre des dispositions pour continuer les travaux. Fin décembre dans un lit un peu plus douillet qu’a notre arrivée, nous pûmes accueillir Serge notre fils cadet. C’était le  30 Décembre. Quand on mesure aujourd’hui avec le recul, les travaux réalisés en cette année assez difficile, malgré de sérieux problèmes, on reste ébahi. Mais on avait trente ans, et on n’était pas aux 35 heures.
 
Qui dounc,diguén lou courén dé l’annado soixanto dus, qu’és calou organiza, éntré la rèstouraçioun dé la maysoun, é la miso én plaço dé ma carrièro d’Agronomo aouprès dé mas coulèctious fourradgèros, répartidos sur dus départoméns.Qué caléouo tabén prépara lous plans d’énstallatioun, dé démoustratious dé variétats naouèros dé céréalos, égalomén sur lous dus départoméns, é prépara la liaisoun dé las réunious dabé lous counseillès agricolos councèrnats. L’annado éstè prou difficilo, més l’éngéniur Rieuneau èro éncouèro aquiou, én atténdan soun départ. Qué mous quittéc én sooixanto très, é qu’éstèc rémplaçat pou Robert, Aydo Techniquo ITCF. Qu’ém soy émpaouzat, touto ma bito uo diçiplino dé l’ourari, é pourtant qu’aouéouon uo libertat dé manubro, diguén nosté trabail, rédé intéressénto. Qué caléouo èsté strict dabé lous randé vous prés, é aco pèrmétéouo mouméns dé libertat. Diguén aquét naouèt méstié y aouéouo uo caouzo qu’aouèy déjà, é quèm sèrbiscout bougromén, quèro lou countact.Qué dégouy pèr countro, èsté més atténtif à l’observatioun, émprémou qué nouta las maladios sur las plantos fourratgèros ou las céréalos, nou s’émproviso pas, é aquiou qu’aouèy agut un gran proufèssou, mous coumplétaouon bièn. Moun témps èro organisat éntà qué poudoussi coutroulà lous trabails dé la maysoun, qu’aouancaouon à, vitésso normalo. Dé yaouté coustat, jou qué caléouo tabén,  qu’ém réadaptèssi aous jouénés dou villatgé, qu’aouèy quittat péndén dus ans. Un éncidén prou sérious aou cours de l’annado, vingou pèrturbà lou déroulomén dé nostés projèts ; moun baou pay, après uo aoupératioun émpourténto, démourè couplétomén abuglé, qu’aouè sulomén soixanto un an.Bièn qué la proupriétat éstèssé pétito, qué calou préngué dispouzicious énta countinua lous trabails. Fin Décémbré, diguén un léyt un paou més douillét qu’a nosto véngudo, qué poudoun acceulli lou Sèrge, nosté hill catdèt. Qu’èro lou trénto décémbré. Quant on mésuro aouéy, dab lou récul, lou trabail réalizat aquéro annado prou diffiçilo, dabé dé sérious problèmos, quén démouran éstounats. Més qu’aouéouon trént ans, é n’aouéouon pas las trénto cinq horos.