LOU CAMPANE

LOU CAMPANE.
Il n’est pas possible de continuer nos histoires d’après 60, sans oublier les trois derniers métiers disparus, Lou campanè, lou haouré, é lou pourgayré. Le carillonneur était dans nos villages une figure emblématique, pour plusieurs raisons ; en premier il n’était pas trop éloigné de l’église, il était souvent célibataire, et avait une petite exploitation. La mairie attribuait cette fonction, comme complément d’activité. Souvent il portait les dépêches postales, et il effectuait quelques menus travaux pour la collectivité ; mais il était en premier « lou campanè »titre honorifique s’il en était. Je l’ai vu notre brave Henri, arrivé à la porte du cimetière, sortir la montre à gousset de son gilet, et regarder l’heure pour commencer à sonner le midi. Je me rappelle aussi de l’Angélus du soir, mais là j’étais vraiment jeunot. Habitué a ces cloches, on distinguait très bien la sonnerie aux morts distinctive pour un homme, et pour une femme.  Les trois sonneries avant la messe, permettant de se préparer pour être à la rentrée au troisième coup. Le sanctus était également sonné, il permettait aux personnes absentes, de se recueillir, s’ils en éprouvaient le désir.. Les baptêmes, mariages, enterrements, étaient également sonnés, mais rémunérés par les familles. En fin d’année le sonneur passait avec sa paire de vaches et son tombereau pour récolter les étrennes de son travail qui se payaient en nature, soit en blé, ou en maïs : une ou deux mesures (la mesure = 20 L) selon les capacités de chacun.Le maréchal ferrant  Il était le chausseur de ces vaches et bœufs, indispensables au travail de l’époque.Il n’y avait pas un forgeron dans chaque village, aussi on trouvait souvent dans les quartiers un « métier » qui servait à ferrer le bétail. Souvent le forgeron du coin occupait trois ou quatre métiers, ceux ci avaient été construits par le forgeron et les clients du quartier. C’était le début de la coopération. Cela évitait au bétail à effectuer des trajets trop importants. La bête était entravée par les cornes à un joug, deux grosses sangles passant sous son ventre, permettait de l’a treuiller pour l’élever de quelques centimètres, afin d’attacher ses pattes sur des appuis de travail, pour que le maréchal ferrant puisse effectuer le changement des quatre fers, ce qui prenait au moins une demi heure. Ce métier servait également à effectuer des pansements à des pieds meurtris. Il est vraiment dommage qu’on n’ait pas sauvegarder quelques uns de ces « métiers » certains étaient des pièces de musée, tellement ils avaient été décorés, et surtout placés dans des sites remarquables.

Lou pourguadé  Apres les battages on rencontrait sur la route, notre jean avec son tracteur Babiole tirant un appareil bizarre. Une saucisse sur quatre roues, c’était son trieur, car à l’époque les blés sélectionnés étaient assez rares, et même les agriculteurs de pointe achetaient tous les ans un sac de sélection pour renouveler leur semences, et le reste provenait du trieur à jeannot. Un agriculteur moyen triait entre 20 et 30 hl de Céréales (à l’époque 2 hl à l’hectare). Comme  notre agriculteur avait déjà trié convenablement ses semences, il s’agissait donc de les passer dans cet appareil qui triait les gros grains et moyens grains, qui servaient au semis, et les petits grains, grains cassés, et déchets divers réservés à la volaille L’homme était très soigneux de son matériel, et exigeant pour son placement de travail, il souhaitait toujours se trouver en dessous du grenier, afin que par déclivité le grain arrive dans le boisseau du trieur qui devait faire 60 l. Il fallait autrement amener le grain avec un baquet de bois, ce qui compliquait un peu le travail et l’humeur de notre homme. Notre jean s’occupait également d’un trieur coopératif de petites graines. Celui-ci était installé dans un local séparé de l’école, au village.

Ni pas poussiblé dé countinua nostos histouèros d’après soixanto, sénsé sé déjbrémba lous très darrès mèstiès disparuts :lou campanè, lou haouré, é lou pourgayré. Lou campanè èro diguén nostés villatgés uo figuro émblématico, pèr forços razous ; én prumé èro pas trop éloignat dé la glèyzo, èro soubén célibatari, é aouè uo pétito exploitatioun. La mairio attrbuaouo aquéro founcioun, coumo coumplémén d’activitat. Soubén pourtaouo las dépèchos postalos, é hazèouo quaouqué pétit trabail éntà la coumuno, més èro én prumè : « lou campanè » titré honorifiqué sé n’èro. Qué l’èy bist nosté brabé Henri, arriba à la porto dou céméntèri, sorté la mountro à goussét dé soun gilét, é éspia l’horo aouan dé souna méyjour. Qu’én brémbi tabé dé l’angélus dou sé, més aquiou qu’éri pitchounét. Habituats a las campanos qué distinguaouon bièn las sounérios au mort, différéntos  éntà un homé, é uo hénno. Las très sounérios aouan la mèsso, pèrmétéouon d’és prépara entà èsté a la réntrado aou troisièmo cop. Lou santus èro égalomén sounat, qué pèrmétéouo a las pèrsounos abséntos, dé s’arréstà, sé n’ésproubaouon lou désir. Lous bapthèmos, las noços, lous éntèrroméns, èron égalomén sounats, més, rémunérats pèr las famillos. En fin d’annado lou campanè passayo dabé soun pareil dé bacos attélados aou tambourèou énta récoulta las éstréos dé soun travail qu’é sé pagaouo én naturo, én blat, ou én milloc : uo ou duos mézuros (la mézuro égalo  vint litros) séloun las capacitats dé cadun .

Lou Hèrrayré Qu’èro lou caoussayré dé las bacos é dous bouéous, éndispénsablés aou trabay dé l’époquo. Ni aouéouo pas un hèrrayré pèr coumuno, tabé qué troubaouon pèr quartiès un « méstié » que sèrbiouo à hèrra lou béstià. Soubén lou haouré dou couén occupaouo très ou quaté méstiès  soubén counstruits, pou haouré é pous habitants dou quartiè. Quèro lou début dé la coopératioun. Aco qu’éjtitaouo aou béstià a hai trajèts trop émpourténs La bèstio èro junto pèr las cornos à uo jouato, duos grossos sanglos passados débat lou bénté pèrmétéouon dé la trulla énta l’énlayra dé quaouqués céntimèstrés éntaou éstaqua las pattos sur appuis dé trabail, énta qué lou hèrrayré poudoussé éffèctua lou cambiomén dous quaté hèrs, aco prénguéouo aou minimom uo méjourado. Lou méstié sèrbiouo égalomén énta souégna lous pès bléssats. Qui doumatgé qué n’aoujon pas gardats quaouqué méstié, certains sérén aouèy pèços dé musé,tèllomén èron éstats décourats, é surtout plaçats sur cités rémaquablés.

Lou pourguadé. Après  las battèros qué réncountraouon sur la routo, nosté jean dambé soun tractur Babiole attélat d’un apparèil bizarré. Uo saoucisso sur quaté arrodos, qu’éro lou pourguadé , à l’époquo lous blats sélèctiounats èron prou rarés, é mèmo lous agriculturs « dé punto » croumpaouon cado annado un sac dé sélèctioun, énta rénaoui las séménços, é lou rèsto passaouo pou triur dou Jeanot. Un Agricultur moyèn pourguaouo éntré vint à trénto hèctolitros dé céréalos (a l’époquo dus héctolitros à l’hèctaro). Coumo nosté agricultur aouè déjà préparat sas séménços, qué s’agiouo dounc dé las passa  diguén aquét apparèil  qué triaouo lous grossés grans, é lous moyèns qué sèrviouon a sémoua. Lous pétits grans , lous coupats é lous déchèts èron baillats à la pouraillo. L’homé èro dé souégnous dé soun matérièl, qué souhaitaouo toutjour èsté débat lou gréniè, énta qué pèr déclivitat lou gran arribèsso diguén lou bassiot dou triur, qué déouéouo hai soixanto litros, qué caléouo aoutamén bouta lou gran dab un barquét, ço qué coupliquaouo un paou lou trabail, é l’humou dé nosté homé. Nosté jean s’occipaouo égalomén d’un triur coopératif, dé pétitos gragnos. Aquésté, èro énstallat diguén un local séparat dé l’éscolo aou villatgé.