L’Alambic L’Alambic
Il n’était pas rare dans les années 60, de trouver dans l’Astarac, des fermes ayant entre deux ou trois  hectares de vigne, les plus petites couvrant largement la consommation en vin et eau de vie. C’est bien de celle-ci que nous allons nous entretenir. Chaque agriculteur possédant de la vigne, avait un droit préférentiel de distillation de vin, équivalant à vingt litres d’eau de vie à 50 ° (correspondant après refroidissement et vieillissement à 40° consommable). C’est le distillateur ambulant (nommé le bouilleur de cru) qui venait s’installer pour une huitaine deJours ouvrés, sous un appentis Communal, afin de recevoir sa clientèle. Il arrivait le soir, à la sortie de la classe, car les premiers spectateurs étaient les écoliers. Voir arriver tiré par une grosse camionnette un appareil jaune cuivre, rutilant aux derniers rayons de soleil un soir d’automne, était, il est vrai un beau spectacle. L’appareil muni de deux gros chaudrons de cuivre, était installé sous l’appentis, nivelé, on mettait une bâche coupe vent, et on se quittait jusqu’au lendemain matin. Car le lendemain une demi heure avant la classe, ils étaient tous là, ces bambins pour voir le déroulement des opérations. Au préalable le bouilleur avait allumé sa chaudière afin d’être fin prêt a recevoir son premier client. Le village avait été prévenu par le facteur, de l’arrivée de l’Alambic, et les clients s’étaient faits inscrire pour avoir leur tour de rôle. Arrivait donc le premier viticulteur avec sa barrique de vin posée sur un fagot de paille, dans son tombereau , tiré par deux vaches, trois grosses bûches étaient également apportées pour alimenter la chaudière. Le vin était alors pompé dans la grande marmite, et on regardait la température, et se faire expliquer que les vapeurs très chaudes, allaient traverser un serpentin très froid, et produire de l’eau de vie. En effet voilà qu’une demi heure après, coule dans un seau de cuivre la première goutte, un alcoomètre mesure la teneur en degré, et il oscille entre 40 et 50°.Les écoliers qui le souhaite on droit de goûter dans une petite cuillère remplie d’une main experte par la pipette du bouilleur. On tord un peu le nez, mais sa passe et c’est bon. Dans la huitaine passait une où deux fois le contrôleur « des indirectes » il venait vérifier la tenue des registres, et acceptait volontiers de  goûter la « blanche », pas avec la petite cuillère, mais avec un petit verre. Le bouilleur était en principe quelqu’un de jovial, aussi les agriculteurs étaient toujours contents de venir discuter, et rouler une cigarette en sa compagnie. Les vignes ont disparues petit à petit, il doit rester dans l’Astarac  une à deux vignes par commune, donc petit a petit à disparu aussi le bouilleur ambulant. Je pense qu’a Clermont,la dernière année Olivier vint une seule journée. L’Alambic, le battage, le tue cochon, la jogue, les vendanges, la déspélouquère, le plumage des oies, le triage du blé :Ah !, nostalgie quand tu nous tiens !Allons allons ! réveillons nous ! : C’était dans les années 60 ! N’èro pas raré, diguén las annados soixanto, dé trouba én Astarac, bordos dabé duos ou très hèctaros de vigno, las més pétitos coubriouon largomén la counsoumaçiou én vin, é én aygo dé bito. Qui bièn d’aquésto, qué mous ban éntréténgué. Cado agricultur poussédan vigno, aouè un drét préférentièl dé distillatioun dé vin, équivalén à vin litros d’aygo dé bito à cinquanto dégrès ( courrèspoundan après réfrédissomén é viéllissomén à quaranto dégrès counsoumablo ).Qu’èro lou distilatur émbulan ( noumat lou brulaïré), qu’és bénguéouo installa pèr uo ouéytéo dé jours trabaillats, débat un appéntis coumunaou, énta récébé sa clientèlo.Qu’arribaouo lou sé,à la sourtido dé l’éscolo, é lous prumès spèctatous èron lous éscouliès. Vézé arriba, tractat pèr uo grosso camiounétto un apparèil jaouné cououré,é qué luziouo aous darrès rayous dou souréil d’aoutouno, èro, y bèrtat un poulit spèctaclé. L’apparèil munit dé duos grossos marmitos dé couyré, èro énstallat débat l’appéntis, nibélat, qué boutaouon uo bacho coupo vént é sé quittaouon dinc’aou léndouman maytin. Emprémou qué lou léndouman, mèjo horo aouan l’éscolo, éron touts aquiou, aquéts galapians éntà bézé lou déroulomén dé las aoupératious. Enta couménça lou brulaîré aouéouo allugat la chaudièro éntà èsté fin prèst a récébé lou prumè client. Lou billatgé èro éstat prébéngut pou factur, dé l’arribado dé l’Alambic, é lous clients s’èron hèyts énscrioué éntaou tour dé rolé. Arribèc dounc lou prumè viticultur, dambé sa barriquo dé vin paouzado sur un hèch dé paillo, diguén soun tambourèou tirat pèr un pareil dé bacos, très grossos chasclos èron égalomén pourtados éntà aliméntà la chaudièro. Lou vin èro alabét poumpat diguén la grano marmito, é qu’éspiaouon mounta la tampératuro, é sé hai expliqua qué las vapous rédé caoutos, anaouon traouèssa un serpéntin rédé frét, é proudui l’aygo dé bito. En éffèt aou cap d’uo méjourado après, coulèc diguén un hèrrat dé couyré la prumèro goutto, un alcoomèstré mésuro la téngou én dégrès é ouscillaouo éntré quaranto é cinquanto dégrès. Lous ésccouliès qué souhaitèn, aoun lou drét dé gousta dab uo pétito cuillèro garnido d’uo man expèrto, pér la pipétto dou brunlayré. Qué hai torsé un paou lou nas, més qué passo, é qui boun. Diguén la ouéytéo, passaouo un ou dus cops lou countroulur «  dé las indirèctos », qué vénguéouo countroula la téngudo dous régistrés, é qu’acceptaouo volountiè dé gousta « la blanco », més dab un pétit béyré. Lou brunlayré éro én principi quaouqu’un dé  bouno coumpagnio, tabé lous paysans èron toujours counténs dé véngué discuta, et rounlà uo cigarétto dambét. Las bios an disparut pétit à pétit diguén l’Astarac, én déou démoura uo ou duos pèr coumuno, dounc pétit a pétit à disparut tabé lou brunlayré ambulan. Qué pénsi qu’a Claramount, la darrèro annado Olivier véngout un soul jour. L’Alambic, lou battatgé, lou pélo porc, la joguo,  las brégnos, la déspélouquèro, la plumado dé las aouquos, lou pourguadé :  Ah ! noustalgio quan mous téngués !; Aném Aném ! , d’ésbeilloté !, quèron diguén las annados soixanto !