Retour à Clermont Rétour à Claramount
C’est donc en Septembre 61, que nous retournons à Clermont après avoir effectué mon stage dans un groupement d’Agriculteurs hautement qualifiés. Je me préparais donc à faire mes débuts à ITCF (Institut Technique des Céréales et des Fourrages) a l’école St Christophe à Masseube 32140 .J’entreprenais en même temps, de restaurer une maison au village, propriété de mon épouse, et inhabitée depuis plus de dix ans. Travaux de première nécessité rondement menés, car le déménagement de Nogaro effectué par camion le matin, et le soir nous couchions dans notre lit à Clermont .Je vois encore l’œil étonné de Mr Dubroue le déménageur, déposant les meubles demandant si nous allions habiter cette maison tant l’état était délabré. Mais quand on a 28 ans, on ne connaît pas ses limites. Tout d’abord l’électricité, prise chez un voisin en attendant le compteur EDF. Je vois encore l’électricien Alexandre me demander de ne par tirer les fils trop fort, entre les deux maisons, afin que la nôtre ne s’écroule. En attendant l’eau était prise à la fontaine, et la lessive se faisait avec l’eau de la mare. Campement rudimentaire qui dura deux bons mois, mais Popol le maçon, et le plombier de Seissan, firent que la Noêl se passa dans un nid presque douillet. Revenons un peu a mon travail, Mr Ducousso me présenta donc à un jeune Ingénieur Michel Rieuneau chargé de suivre les collections fourragères de St christophe, de la Mirandette a Masseube, et de Maubourguet 65700. Ces collections, en micro parcelles de 10 m2 comprenant  des Graminées et des Légumineuses, au nombre d’une quarantaine par collection, permettait a condition d’une notation par semaine, de connaître les précocités et le rendement, et de déterminer le rendement potentiel de chaque variété (en gros la carte d’identité). Il avait en plus la responsabilité des départements 32 et 65  en ce qui concerne les applications sur le terrain des  céréales, en collaboration avec les conseillers agricoles quadrillant le secteur. Je devins donc son adjoint Technique, et il  m’apprit assez rapidement qu’il ne resterait pas longtemps sur le secteur. Je devais donc me préparer a lui succéder. Je gagnais à Nogaro 90 000 Francs, et je fus embauché à l’ITCF 75 000 Francs, salaire des adjoints Techniques. En Janvier 62,  je retrouvais le salaire de 90 000 Frs qui correspondait un peu mieux au travail demandé. Quand on aspire à une situation, il faut savoir faire des sacrifices. Qui dounc én Sètémé soixanto un, qué tournan à Claramount après aoué éffectuat un statgé diguén un groupomén d’agriculturs hautomén qualifiats. Qu’én préparaoui dounc à hai mous débuts à l’ITCF ( Institut téchnico dé las céréalos é dous fourratgés) à l’éscolo Sén Christopho dé Masséoubo 32140. Qu’éntréprénéoui én mêmo témps, dé restaoura uo mayzoun aou villatgé, proupriétat de la mio hénno, é inhabitado démpuch més dé dèt ans. Trabails dé prumèro nécéssitat roudomén amiats, lou déjménatgomén dé Nogaro éffèctuat pèr camiou lou maytin, é lou sé qué droumiouon diguén lou nosté léyt à Claramount. Qué béy éncouèro l’ouèil éstounat dé Mu Dubroue lou déjménatgur, déspaouzan lous moblés, démanda s’anaouon habita aquéro maysoun, tant èro déjlabrado. Més quant on a vinto ouéyt ans, nou counéguén pas sas limitos. Tout d’abord l’élèctricitat , prèzo chés un bézin én aténdan lou coumptur EDF. Qué béy éncouèro l’élèctricièn Alexandre én démanda dé pas trop éstira lous hious trop fort, éntré las duos mayzous, énta qué la nosto nous caygo pas. En atténdan l’aygo èro prézo à la hount, et la léssivo hèyto dambé l’aygo dou clot. Campomén rudiméntari qué durèc dus bounés més, més Popol lou maçoun ,é lou ploumbiè dé Chichan,  hazoun qué Nadâou sé passèc diguén un nizè prèsqué douillét. Tourném un paou à moun trabail, Mu Ducousso én préséntèc dounc à un jouén éngéniur Michel Rieuneau, éncargat dé ségui las coulèctious fourratgèros, dé St Christopho, La Mirandétto à Masséoubo, é dé Maoubourguét 65700. Aquéros coullèctious, én pétitos parcèlos dé dét mèstrés carrats, coumpréguéouon graminados é léguminouzos,aou noumbré d’uo quarantéo pèr coulèctioun , pèrmétéouon à counditioun d’uo noutatioun pèr sémano, dé counégué la précoucitat é lou réndomén, é dé détermina lou réndomén poténtièl dé cado variétat ( én gros la carto d’idéntitat). Qu’aouéouo én plus la responsabilitat dous départoméns 32 é 65, én ço qué councèrno las applicatious suou tèrrén dé las céréalos, én coullabouraçioun dabé lous conseillès agricolos quadrillant lou sectur. Qué débéngouy dounc soun adjoint Techniquo, é qué m’appréngou prou rapidomén qué nou démouréré pas lountémp suou sèctur. En déouéoui dounc prépara aou succèda. Qué gagnaoui à Nogaro quaté vin dèt milo Francs, é qu’éstèy émbaouchat à l’ITCF à soixanto quinzé milo Francs, salari dous adjoints Tèchniquos. En janviè 62 qué rétroubèy lou salari dé quaté vin dèt milo qué courrèspoundéouo méillou aou trabail démandat.Quand on aspiro a uo situatioun, qué caou sabé hè quaouqué sacrifici.