Le Facteur Lou Factur
Quand on arrive dans un village, qu’elle est la personne que vous voyez en premier dans votre cour, c’est le facteur. 

Porteur de bonnes et mauvaises nouvelles il participe souvent à vos joies, et compatis à vos peines, car en 1958 le facteur à encore le temps. Le facteur m’a toujours un peu fasciné : 1er personnage en tenue, et à l’époque quelle tenue ! Je le vois encore les jours de pluie, arrivant sur son vélo avec son grand ciré, qui lui enveloppait bras et jambes, tellement qu’on ne voyait pas son vélo, ni son grand sac en cuir.

Je me rappelle notre mère à notre petite jeunesse, nous menaçait, si nous n’étions pas sage, de nous mettre dans le grand sac du facteur. Sacré mollets que devait avoir Paulain, qui accomplissait tous les jours sa tournée de 29 Kms, quelles que soient les conditions, pluie, vent, neige.

Je me souviens étant plus jeune, dans le haut Astarac, ou il neigeait, avoir vu le facteur à pied avec sa canne et sa grosse pèlerine qui arrivait aux souliers, effectuer gaiement sa tournée, accompagnée souvent d’un bon verre de rouge, qui donnais du cœur aux jambes.

Le facteur également rendait de menus services, soit des commissions orales, entre voisins, ou des commissions plus conséquentes quand le courrier partait d’un bourg important. Je ne peux m’empêcher de vous raconter une anecdote vécue, à Miramont d’Astarac, quartier de Verdié ou nous avions été faire des labours à l’entreprise. Au moment du repas pris chez les propriétaires, nous apercevons le facteur arrivé avec son sac évidemment, mais en plus un pain rond de 4 Kg dans chaque sacoche, plus du tabac, et quelques menues courses.

Evidemment également le facteur mangea avec nous, mais imaginez le service rendu à cette ménagère. C’était cela aussi le facteur, en ces temps pas si éloigné.

Pas habitué à donner des noms, vous m’en excuserez : c’était Mr Patat. Imaginez cela aujourd’hui avec toutes les restrictions, et contraintes de l’administration. Quoi que ? Pourquoi pas ? il s’en parle !.

A la tue cochon en hiver, le facteur était invité par tous les fermiers, sa tournée ce jour là était organisée en fonction du repas qui l’attendait , toujours avec son sac à portée de main ; rigueur de métier oblige.

L’hiver également le facteur organisait sa tournée, en fonction des calendriers à distribuer, et il faut reconnaître que la reconnaissance des services rendus, n’avait pas souvent rapport avec la somme pour les étrennes.

Souvent les petites gens étaient plus généreuses que les personnes un peu plus aisées, mais le facteur aussi avait ses astuces : il avait souvent 3 paquets de calendriers, et il savait lui aussi, donner le lot à choisir en fonction de la largesse de l’agriculteur.

Ah que nous voudrions vous garder braves facteurs ! Tels que vous êtes encore, et nous trouvons qu’on vous a bien éloignés de nous.

Quand arribon diguén un villatgé , quino éyt la pèrsouno qué bézét én prumé diguén vosto cour, qu’éy lou factur.Pourtayré dé bounos é machantos nouvèlos, qué participo souvén a bosto jouès, é coumpatich a bostos pénos, émprémou én milo naou cén cinquanto ouéyt, lou factur a éncouèro lou témps. Lou factur m’a toujours un paou façinat ; prumè pèrsounatgé én téngudo, é à l’époquo quino téngudo ! qué lou béy éncouèro lous jours dé ploujo, arriba sur soun vélo dambé soun gran cirat, qué l’engouloupaouo bras et camos, tèllomén qué nous bézéouon pas soun vélo, ni soun gran sac dé coué.

Qu’én rappèlo nosto may, a nosto pétito jouénésso, nous ménaçaouo, sé n’èron pas sagés, dé mous bouta diguén lou gran sac dou factur.Sacrés mouléts qué déouéouo aoué lou Paulain, entà accoumpli cado jour sa tournado dé vinto naou kilomèstrés, quinos qué sion las counditious, ploujo , vént, nèou. Qu’én brémbi, èri més jouén, diguén lou haout Astarac, oun nèouaouo,aoué bich lou factur à pè, dabé sa canno é sa grosso pélérino qué l’arribaouo aous souliès, éffectua guillérét sa tournado, accoumpagnado d’un boun béyré dé rougé, qué ballaouo co à las camos.

Lou Factur égalomén réndéouo pétits serviçis én paraoulos,éntré bézis, ou coumissious més counséquéntos, quand lou courriè partiouo d’un bourg impourtén. N’oun podi pas émpécha dé vous racountà uo anecdoto biscudo à Miramount d’Astarac, Quartiè dé vèrdiè oun anaouon hé labours à l’éntréprézo.Aou moumén dou répas prés ché lous proupriétaris, apèrcébén lou factur arriba dambé soun sac évidamén, més én plus, un pan round dé quaté kilos diguén cado sacocho, plus lou tabac, é quaouquos bricolos.

Evidamén lou factur minjèc dambé nousaous ; més imaginat lou servici réndut én aquéro ménatgèro. Quèro aco tabé lou factur, én aquérés témps pas trop éloignats.

 

Pas habituat a bailla noms, qué m’én éxcusérat Quèro Mu Patat.

Imaginat aco aouéy, dambé toutos las rèstrictious é countréntos dé l’administraçioun. Quouè qué ? pèrqué pas ? Qué sén parlo !.

Aou pélo porc én hiouèr, lou factur èro émbitat a cado bordo, sa tournado aquét jour èro organizado én founçioun dou répas qué l’atténdéouo, toujours dabé soun sac à pourtado dé man ; rigou dou méstié aoubliguo.

L’hiouèr égalomén lou factur orgonizaouo sa tournado, én fonctioun dous calendriès a distribuà, é qu’aou récounégué, qué la récounéchénso dous sèrvicis rénduts,n’èron pas soubén én rapport dabé l’éstréo récoultado.

Soubén las pétitos géns èron més générouzos qué las pèrsounos ayzados, més lou factur aouéouo tabén sas astuços : aouéouo soubén très paquéts dé calandriès, é qué sabéouo ét tabén, bailla à quaouzi én founcioun dé l’éstréo récébudo.

A coumo vous voulérén guarda  brabés facturs ! Tèl qu’èts encouèro, é qué trouban qué bous an bièn éloignats dé nousaous.