L’interrogation ? L’Entérrougaçioun ?
Comme raconté il y a quelques chapitres,  en Novembre 1958 naquit notre 1er fils Alain. Quand à moi je continuais a passer de la propriété, au tracteur de l’entreprise, à la vente de tracteurs, et a ma formation Agricole. Fin 1958 mon frère  Pierre  est libéré du service militaire, reviens à la maison, participe aux travaux de l’exploitation, et de l’entreprise. Il est très intéressé par l’exploitation, je le ressens très bien et je commence à me poser beaucoup de questions. La réforme du service militaire est pour moi un sujet de réflexion qui me chagrine, suis-je capable, avec mon handicap, a assumer les gros travaux de l’exploitation, plus l’entreprise, un peu responsable de mes problèmes. Un jour d’ailleurs il me pose carrément la question : avec la formation que tu es en train d’acquérir, tu peux peut-être faire un peu mieux qu’un paysan ! Cette interrogation pourrait aujourd’hui être prise dans le sens que vous voudrez, quand on sait la formation utile à un Agriculteur, mais à l’époque, et compte tenu du désir que j’avais de me former, cela m’a fait réfléchir. En hiver 58, avec l’amabilité de  Mr Lagarosse Directeur du Foyer de Progrès Agricole de Mirande, j’eus la possibilité, a mes moments libres de me documenter, et de profiter de son expérience. J’eu la possibilité, lors de rencontres avec des agriculteurs intéressés par la culture du Maïs, de Mr Ducousso « l’homme à la pipe » et j’eu avec lui également la possibilité de me perfectionner chez son oncle, ou il avait son bureau, je lui dois beaucoup, car c’est lui un peu plus tard me mit sur la route de ma nouvelle carrière. J’avais eu comme vous le voyez l’occasion de prendre ma décision et de m’en confier à mon frère, et à mon père. Je cédais donc l’exploitation à mon frère Pierre qui en fut très satisfait, et la 1èreoccasion, je saisirais une embauche, mon épouse restant sur l’exploitation avec le bébé en attendant. En Mars 1959, je fus embauché par le service de la répression des fraudes, pour effectuer le contrôle des semences de Maïs, dans l8 départements du sud Ouest, et par la suite les Céréales, et toutes semences.  Par la suite, ayant passé mon concours de conseiller Agricole, Mr Ducousso Ingénieur de l’association générale des producteurs de blé (AGBP) voulut m’intégrer à l’équipe, mais il me fut demandé, d’effectuer ma 1re mission dans un Groupement de productivité Agricole. Et en Mars 1960, toujours avec l’aide de mon « coach » Je débutais au GDA du Bas Armagnac à Nogaro. Je me vois encore effectuant mon 1er déménagement, avec épouse et enfant, et surtout le chagrin de mon père pleurant, bien sûr le départ de son premier petit fils, mais également celui de son fils. (Nous avions la complicité de deux frères) Nous fûmes très bien reçus à Nogaro 32110, il nous fut alloué un appartement neuf, un bureau place de l’église, qui comprenait le magasin de l’Union des producteurs de Bas Armagnac, dont mon épouse assurait la vente pendant mon absence. Nous avons gardé de ce court passage dans l’Armagnac des souvenirs indélébiles. Par contre mon travail fut assez difficile, car dans les 60 Agriculteurs composant le groupement, j’avais 15 bacheliers et 5 doubles bacheliers. Pour le petit jeunot de 27 ans que j’étais ce fut assez difficile. Vigne et Maïs étaient leur passion, et je reconnais que j’ai été plus leur collaborateur que leur Technicien. Mon rôle consistait plus à faire la liaison entre les Agriculteurs, et à dynamiser leur centre qui était Nogaro, que je trouvais un peu éteint. Je me souviens a avoir créer la foire de Noêl 1960 accompagnée d’un concours de gras, suivie d’une Tombola avec lots à retirer chez les Commerçants. Elle est devenue huitaine commerciale, et c’est avec un pincement au cœur que tous les ans je suis le déroulement de cette manifestation. Il y a 51 ans. Coumo racountat, y a quaouqués chapitrés, én nouvémbré cinquanto ouéyt nésquou nosté prumè hill Alain. Quand a jou, qué continuouaoui à passa dé la proupriétat, aou tractur dé l’éntréprézo, à la vénto dé tracturs, é a ma fourmaçioun agricolo. Fin cinquanto ouéyt moun fray Pièrro libérat dou sèrviçi militari, tourno à la maysoun, participo aous trabails dé l’èxploitatioun, é dé l’éntréprézo. Qui bièn éntéréssat pèr l’exploitatioun, qu’at résséntichi rédé bièn, et jou qu’ém couménçi am paouza quèstious. La réformo  dou serviçi militari y énta jou, un sujèt dé réflèxioun qu’ém chagrino : soy capablè dambé moun handicap a asuma lous grossés trabails dé l’èxploitatioun, plus l’éntréprézo un paou rèspounsablo dous més problèmos ? Un jour d’aillurs qu’ém paouzo carromén la questioun : dambé la fourmaçioun qu’ès én trèn d’acquéri, qué pouyrés hai bélèou méillou qu’un payzan ? Aquéro éntérrougaciou, pot èsté prézo aouéy coumo bouillats ; quand on sab la fourmaçioun utilo à un agricultur, més à l’époquo, é coumpté téngut dé la hamé qu’aouéoui d’ém fourma, aco én héscou réfléchi. En hiouèr 58, dab la géntillésso dé Mr Lagarosse, dirèctur du foyè dou progrès agricolo dé Mirando, qu’aououy la poussibilitat d’ém documéntà, é dé proufita dé la suo éxpériénço. Qu’aououy la poussibilitat, à l’aououcaziou dé réncountros d’agriculturs éntéréssats pèr la culturo dou milloc Mr Ducousso « l’homé à la pipo », é qu’aououy dambét tabén la poussibilitat d’ém pèrfèctiouna ché soun ounclé oun aouéouo soun burèou. Qué lou déoui rédé, émprémou qui ét, un paou més tard, qu’ém boutèc sur la routo dé la mio naouèro carrièro. Qu’aouèy coumo bézét, l’aoucaziou dé préngué ma décizioun, é dé m’én counfia à moun fray, é a moun pay. Qué cèdèy dounc l’exploitatioun à Pièrro, qué n’éstèc rédé satisfait, et a la prumèro aoucazioun, qué sazirèy uo émbaoucho, la hénno démouréra sur la bordo dambé lou pétit én atténdan . En  Mars cinquanto naou, éstèy émbaouchat pou sèrviçi dé la réprèssiou de las fraoudos, éntà éffèctua lou countrolé dé las séménços dé milloc, diguén dèzo ouéyt départoméns dou Sud Ouèst , é pér la suito las céréalos, é toutos séménços. Pèr la suito, après aoué passat lou concours dé  Counsèillè Agricolo, Mr Ducousso, Engéniur dé l’assouciassioun généralo dous producturs dé blat (AGPB) ém boulou éntégra à l’équipo, més qué m’éstè démandat d’éffectua ma prumèro missiou diguén un groupomén dé productivitat agricolo. E én Mars Soisanto, toujours  aydat pèr moun « Coatch », qué débutèy aou GDA dou bach Armagnac à Nogaro . Qu’ém béy éncouèro, prépara moun prumè déjménatjomén, dab hénno et dronlé , é sur lou chagrin dé mou pay plouran, lou départ dé soun prumè pétit hill, més égalomén dé soun hill ( quaouéouon la coumplicitat dé dus frays) Qu’éstèm bièn récébuts à Nogaro 32110, qué mous loutgèn diguén un appartomén tout naou, un burèou plaço dé la glèyzo, iaouéouo lou magazin dé l’uniou dous producturs dous Bach Armagnac, é la mio éspouzo bénéouo l’armagnac péndén la mio absénço. Aouén gardat d’aquét court passatgé diguén l’Armagnac un souvénir prégoun. Pèr countré moun trabail éstèc prou difficilé, diguén lous 60 agriculturs qué coumpousaouon lou groupomén, qu’aouèy quinzé bachéliès, é cinq doublés bachéliès. Pou pétit jouénot dé vinto sèt ans quéri, qu’éstè prou difficilé. Vio é milloc èro la passiou d’aquéts agriculturs, é qué récounégui qu’èri més , lou collabouratur, qué lou technicièn. Moun rolé counstitaouo més a hè la liaisoun éntré lou groupé, é dé dynamisà lou céntré vital quéro Nogaro, é qué troubaoui prou mort. Qu’én brémbi dé iaoué créat la hèyro de Nadaou soisanto, accoumpagnado d’un concours dé gras, séguido duo tombola dabé lots, a rétira  ché lous coumèrçants. Qué béngou après ouéytéo coumerçialo, et qui dab un pinçomén aou co, qué cado annado, séguichi lou déroulomén d’aquéro manifèstatiou. Quèro ya cinquanto un an.