Un rêve Un soungé
Intéressé comme tout citoyen responsable, de l’avenir de notre pays, et de l’élection du futur président de la république, j’ai fais un rêve révélateur, que je vous transmet. J’aurais l’occasion après, d’y ajouter quelques commentaires. : 1° Nous aurons besoin d’un homme honnête, travailleur, sincère, bon gestionnaire, économe, et parlant vrai. 2°Il faut savoir que les capitaux sont détenus par 10% des citoyens français, mais il reste 90% de salariés et travailleurs.

3° Si seulement 90 % de Français s’exprimaient par les urnes au lieu de jacasser dans les rues leurs commentaires négatifs, cela changerait la face du pays.

4° On ne peux relever et dynamiser notre pays qu’à partir de la base, le S M I G doit donc passer d’urgence à 1500 Euros minimum.

5° La hiérarchie des salaires doit être sérieusement resserrée .

6° Le bénéfice des entreprises doit être réparti 1/3 pour le capital, 1/3 pour l’investissement, 1/3 pour les travailleurs.

7° Le financement de l’état doit être complété par 10 % de prélèvement des bénéfices des Sociétés, 10 % sur les bénéfices bancaires, 10 % de prélèvement sur les bénéfices de la fortune privée.

8° Les banques nationales seront sous contrôle de l’état, avec participation de celui-ci.

9° Tout cela demande une coordination, avec un ministre des finances européen.

10° Ces conditions sont indispensables à l’actuel président, s’il veut conserver son poste, et s’il l’applique immédiatement. Dans le cas contraire, il sera battu, et le nouveau Président devra prendre les mêmes dispositions.  Dans le cas contraire, je préfère ne pas augurer de ce qui se passera en 2013.

Un peu interloqué par ce rêve, et après avoir réfléchi, j’ai voulu commenter très sommairement ces propos assez directs.

Pour le point 1 un homme possédant toutes ces qualités, est assez difficile à trouver.

Pour le point 2 gare, si on ne réparti un peu mieux les richesses, et pouvoir vivre décemment.

Pour le point 3 Celui-ci est très important, il démontrerait le civisme des citoyens, cela serait un premier pas à la réponse attendue.

Le point 4 est un impératif, c’est par là que commencera le redressement. Tout le monde au travail, mais bien payé.

Pour le point 5, il est grand temps de rapprocher un peu «  le général du Caporal » sur la fiche de paye.

Le point 6 est tellement évident  qu’on ne le discute pas.

Je trouve la proposition du point 7 évidente, elle éviterait ces petits coups de râpe a droite et à gauche, permettrait de réembaucher, et surtout de mettre en place des contrôles sérieux, pour éviter la triche et la fraude, assez communs à notre pays.

Le point 8 coule de source, et ne demande aucun commentaire.

 Le point 9 me parait assez évident, et je ne saurait le commenter.

Le point 10 est tellement explicite, que je ne peux que l’approuver, et mon souhait le plus cher, est que l’année 2013 soit une bonne année.

Entéréssat, coumo tout citoyèn réspounsablé, dé l’avéngué dé nousté pays, é dé l’éllèctiou du futur présidén dé la républiquo, qu’èy hèyt un soungé révélatur, qué vous vouy tranmété. Qu’aourèy l’aoucasioun après, d’y ajouta quaouqué couméntari :1°Qu’aouran bézouy d’un homé aounèsté, travaillur, sincèré,  boun gestiounari, économo, é parlan franc.2° Qué caou sabé qué lous capitaous soun ténguts, pèr dèt pèr cén dous citoyens françés, més qué démoro qouaté vin dèt pèr cént dé salariats é travaillurs.

3° Si sulomén qouaté vin dèt pèr cén dé Francés s’èxprimaouon pèr las urnos, aou loc dé tartailla diguén la ruo dé couméntaris négétious, cambiéré déjà la faço dou pays.

4° Nou poudén réléoua é dynamiza qu’a parti dé la bazo : Lou S M I G déou passa d’urgénço à Milo cinq cén Euros minimum.

5° La hiérarchio dous salaris déou èsté sériouzomén réssèrado.

6° Lou bénéfiçi dé las éntréprézos déou èsté répartit : un tièrs éntaou capitaou, un tièrs éntà l’énvèstissomén, un tièrs éntaous travaillurs.

7° Lou finançomén dé l’Estat serà coumplétat pèr : dèt pèr cén dé préllèouomén suou bénéfici dé las souciétats,dèt pèr cén suou bénéfiçi dé las bancos, dèt pèr cén suou bénéfici dé la fourtuno privado.8°Las bancos nationalos séran countroulados pèr l’Estat, dambé participatioun d’aquésté.

9° Tout aco démando uo courdinaçiou, dab un ministré dé finanços Européèn.

10° Aquéros counditious soun éndispénsablos a l’actuèl présidén, sé bo counserva soun posto, é sé  las appliquo dé suito. Diguén lou cas countrari, qué sérà battut, é lou naouèt  Présidén déourà préngué las mèmos dispouzitious. Diguén lou cas countrari,  qué préfèri nou pas pénsà a so qu’és passérà én dus Milo trétzé. Un paou ségoutit pér aquét soungé, é après aoué réfléchit, qu’èy boulut couméntà léygèromén aquéts puns prou dirècts.

Entaou punt 1 un homé possédan toutos aquéros qualitats, y prou difficilé a réncountrà.

Entaou punt 2 Atténtioun sé nou répartim un paou méllou las richéssos, entà poudé bioué normalomén.

Lou punt 3 : Aquésté qui émpourtén, qué mountré lou civismé dous citoyèns, qué séré un prumè pas à la réspounso atténdudo.

Lou punt  4 Qu’éy un impératif, qui pèr quiou qué couméncéra lou rédréssomén. Tout lou moundé aou travail, més bièn pagat.

Entaou punt 5  i gran témp dé rapproucha «  lou général dou Caporal » sur la houéillo dé pago.

Lou punt 6 i tèlomén évidén qué nou lou discutan pas.

Qué trobi la proupouzitioun 7 normalo, qu’ésbitéré aquéts pétits cops dé raspo à dréto è a gaoucho, pèrmétéré dé rémbaoucha, é surtout dé bouta én plaço countrolés sérious, énta éjbita la tricho é la fraoudo coutumièro dé nosté pays.

Lou pun 8 coulo dé sourço , é nou démando nat couméntari.

Lou punt 9 ém parés prou évidén, é nou lou sabéri trop couménta.

Lou punt 10 y tèlomén éxplicité, qué nous lou podi qué approuba, é moun souhait lou mès prégoun, i qué l’annado dus milo trétzé, sio uo bouno annado.