Les prestations Las préstatious
Que voulait dire ce mot barbare en 1950, rien a voir avec les prestations familiales « quoi que » C’était à l’époque en hiver des travaux réalisés sur les chemins ruraux, et endroits publics (cimetière,  exploitations de carrière à graviers, curage de fossés, etc.)Tous les ans le percepteur ( comptable de la Commune) avec le Maire,définissaient les jours de travaux utiles à l’entretien de la voirie et des  services communaux réalisables par les propriétaires, leur bête de trait, et le matériel adéquat. Ceux-ci étaient répartis, en fonction des surfaces d’exploitations, de chaque propriétaire. Certains pouvaient s’acquitter en numéraire. Les travaux étaient répartis par des responsables de quartier en jour de travail, avec attelage, curage de fossés, tombereau de transport, hommes de main avec outil. Il fallait que le responsable du quartier soit très averti pour choisir une période assez sèche pour le curage des fossés. Ce travail durait selon les besoins mais environ une huitaine de jours. Au préalable, chaque propriétaire avait fauché son talus, et fait brûler ou dégager ses herbes ou branches. Ces travaux en groupe étaient l’occasion de se réunir entre voisins, effectuant un même travail, sur un chemin les desservant tous les jours, pour leurs troupeaux, et les travaux des champs. De plus cette réunion d’hommes était animée d’un humour et d’une gaieté incomparables. Que de « costumes » se taillaient lors de ces journées de travail assez pénibles. Je vois encore le laboureur le plus habile (qui était souvent un homme mûr) tracé un léger sillon dans le fossé, dont la terre fraîche était jetée dans le champ, ou chargée dans les tombereaux, si cela n’était pas possible. Les buses d’écoulement des passages étaient débouchées pour faciliter le passage des eaux. Pour le bouchage des trous ou rechargement de chemins, on utilisait du sable de carrière, préalablement piqué dans une carrière voisine ne dépassant pas le Km. Le goûter se prenait en commun, sorti de la musette, c’était également l’occasion de goûter le vin nouveau de chacun, et de se raconter des histoires que seuls des adultes mâles réunis en pleins champs, étaient capables d’écouter. Comme dans toute société il y a toujours le petit malin qui va goûter à la maison, et qui oublie de revenir pour finir sa journée (un vêlage à surveiller ?) ou une course importante demandant de rentrer plus tôt le soir, mais repris à l’ordre le lendemain par ses compagnons. Quelques années plus tard, avec l’arrivée des tracto -pelles pour le curage des fossés, et  des « épareuses pour couper herbes et branches au bord des routes, ont permis de supprimer les prestations. Celles-ci sont aujourd’hui réparties dans les impôts fonciers communaux et payées par les contribuables. Un peu de nostalgie pour ce travail, mais quel progrès ! Qué bouléouo dizé aquèt mot barbaré én milo naou cén cinquanto, rén a bézé dabé las préstatious familialos « quouè qué ». Quéro én époquo d’hiouèr, trabails réalisats sus camis coumunaous, é éndréts publics, (Céméntèri, exploitatiou dé graouèros, curatgé dé barats ect) Cado annado lou pèrcèptou (countablé dé la Coumuno)dabé lou Mairo, définiouon lous jours dé trabail utilés à l’éntrétièn dous camis é dous servicès à la Coumuno, réalisablés pous proupriétaris, « lous paréils » é lou matérièl adaptat. Aquérés jours èron répartits én founçioun dé las surfaços d’exploitatious dé cado proupriétari. Cèrtains és poudéouon aquita én paga lous impôts. Lous trabails èron répartits pèr rèspounsablés dé quartiè én jours trabaillats, dabé attélatgés, curatgé dé barats, tambourèou dé transport, homés dé man dabé utis. Qualéouo qué lou responsablé dou quartié éstèso bien abisat éntà caouzi uo périodo prou séco éntà cura lous barats. Aquét trabail duraouo uo ouéytéo dé jours a pus prèt. Aouan dé couménça, cado proupriétari aouéouo coupat lou talus é l’hèrbo dé soun barat, é hèy brula ou désgadja hèrbos é brancos. Aquéts trabails én groupé,éron l’aoucazioun dé sé réuni éntré bézis, énta hai uo mèmo prèstatioun, sur un camin qu’utilisaouon cado jour, dabé lous troupèts, é lous paréils énta hai les embotos, é las récoltos.Dé més, aquéro réunioun d’homés, èro animado d’un humour é duo amistat éncoumparablés. Qué dé « coustumés » sé soun taillats péndén aquéros journados de trabail prou péniblé. Qué béy éncouèro lou Laourayré lou més adrét,(un homé hèyt) traça uo pétito arégo diguén lou barat, é la tèrro frésquo èro lançado diguén la pèço, ou cargado diguén lous tambourèous,sé nèro pas poussiblé.Las buzos d’éscoulomén dous passatgés èron déjbousouados énta façilita lou passatgé dé l’aygo. Enta boussoua lous traous ou récarga lous camis, utilisaouon lou sablé dé mino, préparat à la piquo diguén uo graouèro bézio, nou dépassan pas un Kilomèstré. Lou bréspail és prénguéouo én coumun tirat dé la muséto, qu’éro l’aoucasioun dé goustà lou bin naouèt dé cado proupriétat, é dé sé racounta histouèros qué soul lous homés réunits aou méy dé las pèços poudéouon éscouta. Coumo diguén touto souciétat y a  toutjour lou pétit malain qué va bréspailla à la maysoun, é qués desbrémbo dé féni sa journado ( un bédéradjé à surbeillà ?) ou alabéts uo courso émpourténto démandan dé réntrà prumè lou sé, més réprés à l’ordé lou léndouman pous coumpagnous. Qaouquos annados més tard, dambé l’arribado dous tracto-palos éntà cura lous barats, é la éparuzos éntà coupà hèrbos é brancos aou bord dé las routos, pèrmétou dé supprima las préstaçious. Aouéy soun répartidos diguén lous impôts founciès coumunaous, é pagat pous countribuablés . Un paou dé nostalgio pèr aquét trabail, mès qu’in progrès !