Evolution dans la famille Evouluçioun diguén la famillo
La ferme continue à se développer normalement, bien équilibrée avec l’entreprise agricole, et le travail avec mes frères, et quelques employés éventuellement. L’œil du père étant toujours là pour parer à toute surprise. J’avais entrepris la représentation de matériel Agricole avec une certaine réussite ; Je suivais quelques marchés, et participait avec mes concessionnaires à quelques expositions, notamment le salon de l’Agriculture à Paris. Un jour de Mars 1953, rentrant de la foire d’Auch avec la voiture avec mon père, je trouvais celui-ci penseur et énervé, et à 2 Kms de la maison me dit tout gêné : il va y avoir du nouveau à la maison, maman est enceinte, et tu auras un petit frère en Octobre ; qu’est ce que tu en penses ? Un peu surpris, mais lucide et spontané je lui répondis : Tu as élevé 4 enfants, nous en élèverons bien un de plus ensemble, et je ne vois pas en quoi cela me regarde (la majorité était encore à 21 ans) il me dit : je te remercie, et je me sens bien soulagé. Ce fut pour moi aussi une année à surprise, mais à laquelle je m’attendais.  J’avais passé fin 52  mon conseil de révision, et avait arboré la fameuse breloque » bon pour le service ». Début d’année 53  je fus convoqué a Toulouse, caserne Compans et déclaré : « exempté de service militaire ». Mes vertèbres lombaires avaient inquiétés la médecine. J’ai en effet toute ma vie, souffert de mon dos, et je  ne pense pas que mes deux premières années de tracteur, effectuées sur un siège de faucheuse (C’était encore le cas en 1952), aient arrangés mes vertèbres. En 1956 mon frère Germain effectue ses 18 mois en Algérie, et en 57 mon frère Pierre se trouve à Mourmelon 51400 ; nous avons pendant 6 mois deux soldats sous les drapeaux. Mon 4ème frère jean louis mobilisé à Carcassonne 11000, remplacera Germain en 1958, en Algérie Auparavant, en Mars 1958, je prenais pour épouse ma Voisine Lucienne (fréquentée) pendant 7 ans :que ce mot sonne mal aujourd’hui. Un deuil récent de son grand père, deux de mes frères sous les drapeaux, firent que le mariage fût très familial, avec les voisins et les proches parents. Les voisins ont une place très importante dans nos campagnes. Il fût célébré à Lourdes, à l’église paroissiale, par notre curé du Village. Notre beau repas de noce fût servi à Bétharam 64800. 3 jours de voyage noces dans le Pays Basque clôturèrent notre début d’aventure. Car aventure il y eu en 1958 1959, nous aurons l’occasion d’y revenir au prochaine chapitre, si vous le voulez bien. La bordo countinuaouo as déveloupa normalomén, bièn équilibrado dab l’éntréprézo agricolo, é lou trabail dabé mous frays, é quaouqué aoubriè dé téms én téms. L’ouéil pou pay éro toutjour  aquiou éntà para à touto surprézo. Qu’aouèy entreprés la réprésentatioun dé matérièl agricolo, dab uo cèrtaino réussito. Qué séguioui quaouqué marcat é participaoui dabé lous concessiounaris à ; quaouquo éspouzisiou, noutamén aou saloun de l’agriculturo à Paris . Un jour dé mars milo naou cén cinquanto très, tournaouon d’Aouch én auto dab moun pay, é lou troubaoui pénsiou é énervat, é a dus Kilomèstrés dé la maïsoun ém dit tout gênat : y ba aoué cambiomén à nosto, ta may qui éncénto é bas aoué un pétit fray ,én Octobré, qu’én pénsos ? Un paou surprés, més lucidé é rapidé lou réspunouy : Qu’as éjléouat quaté dronlés, n’éjléouéran bien un dé més énsémblé, é nou béy pas én qué més m’arrégardo (la majoritat èro éncouèro à vinto un ans) . Em réspounou : Qu’ét rémèrci, é qu’ém séntichi bièn soulatjat.Qu’éstè énta jou tabén uo annado à surprézos. Qué m’y atténdéoui un paou. Qu’aouèy passat, fin milo naou cén cinquanto dus, moun conseil dé révizioun, é aouèy arbourat la famuzo insigno « bon pour le service ». Début d’annado milo naou cén cinquanto très, éstèy counvoucat à Toulouso casèrno Compans é déclarat « éxémpat dé sèrviçi militari » Las vèrtèbros lombèros aouèn inqiétat la médécino. Qu’èy én éffèt touto ma  bito, souffèrt dé la réo, é nou pénsi pas qué las duos prumèros annados dé tractur éffèctuados sur un siètgé dé dalluzo ( quèro éncouèro lou cas én milo naou cén cinquanto dus,) aoujon arrénjat las mios vèrtèbros. En milo naou cén cinquanto siés moun fray Germain éffèctuo sous dèzo ouéyt més én Algério, é én milo naou cén cinquanto sèt, moun fray Pièrro és trobo à Mourmelon 51400 ;qu’aouén péndén siés més, dus souldats débat lous drapèous. Moun quatrièmo fray Jean louis moubilizat à Carcassouno 11000. rémplacérà lou Gèrmain én milo naou cén cinquanto ouèyt én Algério. Justé aouan éspouzaoui la mio bézio Lucienne (fréquantado) péndén sèt ans : Qu’aquét mot souno maou aouéy. La mort récénto du gran pay dé la nobio, dus frays à l’armado, hèscoun qué lou maridadgé éstè famililal, dambé lous bézis, é lous prochés paréns. Lous bézis ténguén uo plaço rédé émpourténto én nostos campagnos. Qu’éstè célébrat à Lourdo, à la glèyzo paroissialo, pér nosté curè dou billatgé, qu’aouè batizat la nobio. Nosté boun répas dé noço éstè prés à Bétharram 64800. Très jours de biatgé dé noço diguén lou pays basquo cloturén nosté début d’avénturo. Emprémou avénturo y agou, én milo naou cén cinquanto ouéyt, milo naou cén cinquanto naou. Aouram l’aoucasioun d’y tournà aou prouchain chapitré, sé boulét bièn.