Noces et fêtes locales,  en Astarac Noços é hèstos localos, én Astarac
Il est intéressant je pense, de se rappeler ce qu’étaient ces évènements dans les années 50 avec leur ferveur, leur coutume, et j’oserait presque dire leur faste. Tout d’abord le mariage, il se préparait au moins un an avant. Du côté de la mère, du ou de la mariée, il fallait prévoir les volailles, et le jardin pour approvisionner pour la date fixée des épousailles. Confit et foies d’oie en quantité suffisants, car un repas pour 80 personnes était assez courant dans les grandes familles. A l’époque les invitations se faisaient au moins deux mois avant, par rencontres et visites par les futurs époux, pour les gens assez proches, et par courrier pour les autres (le téléphone n’était pas répandu dans les campagnes).Parmi les invités prioritaires étaient choisis garçons et filles d’honneur constituant la suite des mariés. Ceux-ci étaient classés en fonction du degré de parenté avec les mariés. Le 1er garçon d’honneur avait un peu la charge protocolaire de la Cérémonie. Il avait aussi, après  concertation avec ses collègues, de choisir et retenir l’Orchestre pour la matinée et soirée, qui animeraient la cérémonie, le repas, et le bal. J’ai eu l’honneur, dans ma jeunesse, d’être 3 fois 1er garçon d’honneur, je puis vous assurer que ce n’est pas que du plaisir. Un mariage avec 15 couples d’honneur derrière les mariés était assez courant. Quand aux orchestres animant ces grandes noces, je citerais pour mémoire, et rafraîchir celles de mes contemporains, Les chemises rouges de Villecomtal, Les Papillons verts d’ l’Arros, l’Orchestre musette de St Médard,et l’Orchestre Auscitain « Souing ». Les grandes familles, mariant surtout des enfants uniques, faisaient souvent deux jours de noces. Il fallait voir les préparatifs la semaine avant, par les jeunes gens et jeunes filles de la commune, participant  aux festivités, pour que tout soit fin prêt pour le Samedi matin. Il était aussi de tradition que le Marié ne devait découvrir la mariée, qu’a la rencontre à la Mairie. Us et coutumes des fêtes locales. 

 Celles-ci, pour la plupart avaient lieu à la belle saison Printemps,  été, en matinée et soirée. Elles étaient souvent organisées par les conscrits : 20 ans. Dans le haut Astarac, la commune allouait une somme pour la fête (souvent un peu maigrichonne), selon le dynamisme des conscrits, et leur envie d’avoir une belle fête, ils conviaient l’orchestre à 14 heures le Dimanche, et juchant les musiciens sur une plate forme de camion,  partaient avec ceux-ci effectuer une aubade musicale autour des familles, et faisaient une quête auprès des nombreux invités. Car à l’époque, 25 invités pour la fête locale était chose courante. Ce qui permettait d’avoir des Orchestres plus complets, comme ceux cités plus haut, dans les cas contraire on se contentait de deux ou trois musiciens.  Dans notre Commune les jeunes faisaient  uns quête un mois auparavant.

Qui éntéréssén, qué pénsi , dés brémba so quèron, aquéts évènoméns diguén las annados cinquanto, dab la fervou, las habitudos, é qué gaouséri prèsqué dizé l’amplou. Tout d’abord lou maridadgé, qués préparaouo aou mén un an aouan. Du coustat dé la may, d’où nobi ou de la nobio, qu’aléouo prévézé la pouraillo, et lou cazaou éntà approuvisiouna entà la dato fixado dé la noço. Coufit é hidgé d’Aouco én quantitat suffizénto, un répas dé quouaté vin pèrsounos èro prou courént diguén las granos famillos. A l’époquo, las énbitatious sé hazèouon aou mén dus més aouan, pèr réncountros é visitos dous futurs nobis, ou pèr courriè éntaous aoutés (lou téléphono n’èro pas bièn répéndut diguén las campagnos)Diguén lous invitats prioritaris éron caousits lous dronlés é dronlos d’aounou, qué counstituaouon la suito dous nobis, quèron classats pèr ordé dé paréntat dous maridats Lou primè garçoun d’aounou aouéouo la cargo protocolairo dé la cérémonio. Qu »aouéouo tabé, après coouncèrtaçiou, dabé sous copèns, dé caouzi é réténgué l’Orchèstré entà la mâytiado é la sérado, qué déouéouon anima la cérémonio lou répas é lou bal. Qu’èy agut l’aounou, diguén la mio jouénésso, d’èsté très cops prumè garçou d’aounou, qué bous podi asségurà qué n’y a pas qué plazé. Un maridadgé dabé quinzé couplés d’aounou darrè lous nobis èro prou courén. Quan aous Orchestrés qu’animaouon aquéros granos noços, citérèy én mémouèro, é rafrèsqui las dou mén adgé,Las camizos roujos dé Villocountaou, Lous Parpayos vérds dé l’Arros, L’Orchestré musèto dé St Médard, et l’Orchèstré Auscitain   Souing »Las granos famillos qué maridaouon hill ou hillo unico, hazéouon soubén dus jours dé noço. Qualéouo bézé lous préparatifs la sémano aouan, pous jouénés, dronlés é dronlos, énbitats à la noço. Tout déouéouo èsté prèst éntaou dissabté maîtin. ;quéro tabé dé tradiçioun que lou nobi nou déouéouo déscoubri sa proumézo, qu’a l’éntrado de la mairio.

Habitudos é manièros dé las hèstos localos. 

Aquéstos pér la plupart aouéouon loc à la bèro sazoun, Printèm, Estiou l’après mèyjour, é lou sé. Quèron soubén  organizados pous councrits :vint ans. Diguén lou haout Astarac, la coumuno allougaouo uo soumo énta la hèsto( soubén un paou magrichouno), séloun lou dynamismé dous counscrits, é l’émbéjo de hai uo poulido hèsto, inbitaouon l’orchèstré éntà duos horos lou diméché, é boutaouon lous musicièns sur uo plato formo dé camioun, partiouon hai uo aoubado musicalo à cado famillo, é hazéouon la quêto aouprès dous énbitats. A l’époquo éro courén dé réncountrà vinto cinq énbitats pèr famillo éntà la hèsto localo.  Qué pèrmétéouo d’éngadja Orchèstrés mès coumplèts, coumo lous quaouén citat més haout. Diguén lous cas countrari és counténtaouon dé dus ou très musicièns. A nousto coumuno, lous jouénés hazéouon uo quèto un més aouan .