La bicyclette La Bicyclétto
Je pense qu’a elle seule, et tout ce qu’elle a représenté pour la jeunesse de l’époque, elle mérite un chapitre particulier.1er moyen de déplacement pour les jeunes gens et jeunes filles dans les années 50. Elle était la consécration de pas mal d’examens, ou d’entrée dans la vie active des jeunes de 15 à 20 ans. De plus à l’époque les rares voitures réservées  aux possesseurs de permis de conduire, passé à 20 ans. De plus peu de véhicules  roulaient sur les routes. La bicyclette était pour les jeunes, un  moyen d’aller aux foires et marchés de la région, cela se faisait souvent en groupe par quartiers. On peut citer pour notre village les déplacements aux foires du 1er de l’an, Pâques, Pentecôte, 15 Août, St Denis, Ste Catherine à Mirande , et Mardi Gras et Ste Lucie à Trie s/ Baïse, Mercredi des cendres à Lannemezan (pour les plus sportifs 65300 ),et Samedi de Ste Lucie a Castelnau Magnoac 65230, en Décembre sans oublier la foire d’AUCH en Septembre, et le Vendredi Saint  à Seissan 32260.Tout ceci pour expliquer qu’elle importance avait la bicyclette pour la sortie des jeunes, et les marchés étaient l’ occasion de rencontres et de  réjouissances, car les dates citées étaient de grandes foires renommées, avec manèges et bals de jour. De façon assez classique la bicyclette permettait de faire facilement 20 Kms de rayon,  a tout jeune normalement constitué. Nous arrivons maintenant aux sorties nocturnes, en bandes, réservées aux garçons, car à l’époque les jeunes filles étaient invitées chez des copines, donc pas sur les routes de nuit avec les garçons. Les fêtes locales étaient très prisées et par bandes de 7 à 8 le soir après dîner, nous nous rendions à vélo avec éclairage. J’ai souvenance d’un soir de Septembre fête à Seissan, nous nous rendions en bande de 5 à 6 avec mon jeune frère de 14 ans, qui lui, n’avait pas d’éclairage. Nous l’avions placé au milieu du groupe afin qu’il voit bien, et que les gendarmes toujours vigilants ne le repèrent pas. Arriva ce qui devait arrivé, nous fûmes arrêté, et mon jeune frère fut réprimandé ; j’eu le malheur de dire aux gendarmes qu’ils étaient « vaches » de lui infliger un procès verbal, et c’est moi qui fut verbalisé : j’appris ce jour là, qu’il fallait savoir tenir sa langue. Gilbert qui était derrière nous, et qui lui non plus n’avait de lumière, monta sur ses pédales, et  a fond de train traversa le groupe, en disant un grand « Pardon Messieurs » et rentra dans un champ de maïs, il nous fut demandé si nous le connaissions, évidemment non !! Les gendarmes se postèrent pour l’attendre, et nous le retrouvâmes deux heures plus tard à la fête. Il avait fait un détour à travers champs d’au moins deux kilomètres. Une autre fois pour la fête de Lagarde hachan, nous rentrions à 2 H du matin, j’ai cassé le cadre de mon vélo à 2 Kms de la maison ; qu’a cela ne tienne, Aimé m’a pris sur son cadre, et Marcel a pris mon vélo sur son épaule, et nous sommes arrivé à la maison. C’était cela les péripéties de la Bicyclette. Qué pénsi, qu’a éro soulo, é tout so qu’a réprézéntat éntà la jouénésso dé l’époquo,qué mérito un chapitré particiliè. Prumè moyèn dé désplaçomén éntà dronlés é dronlos diguén las annados cinquanto. Quèro la counsécrasiou dé pas maou d’éxamèns, ou d’entrado diguén la bito activo dous jouéns dé quinzé à vint ans. Dé més, a l’époquo las raros voituros résèrvados as pouséssous dou pèrmis dé counduizé, passat à vint ans. Dé més poc dé vehiculos rounlaouon sur las routos. La bicyclétto èro éntas jouénés un moyèn d’ana à las hèyros é marcats dé la régioun, aco sé hazèouo souvén én groupé pèr quartiès. Qué podén cita éntà nosté bilatgé lous désplaçoméns à las hèyros du prumé dé l’an,Pasquos,Péntocousto, quinzé Aouch, Sén Dénis, Sénto cathérino, à Mirando. Carnabal é sénto Luçio à Trio s/baïso. Las céndrés à Lannomézan,( éntà lous més sportifs)é lou disatté après sénto luçio a Castatnaou én Décémbré. La hèyro d’aouch én sétémé et lou dibés sant à Chichan. Tout aco éntà éxpliqua quino émpourténço aouè la bicyclétto éntà las sourtidos dous jouénés. Lous marcats éron l’aoucasioun dé réncountros é réjouissénços, las datos citados èron dé granos hèyros rénoumados dabé manètgés é bals dé jour. Dé faysoun prou classiquo pèrmétéouo dé hè vint kilomèstrés dé rèyoun,à tout jouén normalomén counstituat. Qu’arriban aro à la sourtidos dé néyt, én bandos, résèrvados as dronlés,à l’époquo las dronlos èron énvitados ché las copinos, dounc pas sur la routo dé néyt dambé lous dronlés. Las  hèstos localos èron réssèrcados,é pèr bandos dé sèt à ouéyt lou sé après soupa, mous y réndéouon én vélo dabé éslayradgé. Qu’én brémbi d’un sé dé sètémé hèsto à Chichan, mous réndéouon én bando dé cinq à chés dabé moun fray cadèt, dé quatorzé ans,qui ét néouait pas ésclaiyradgé. L’aouéouon plaçat aou méy du groupé entà qué bézousso bièn, é qué lous gendarmés toujours abizats, nou lou répérèssén pas. Arribét so qué déouéouo arriba, éstèn arrèstats, et moun fray éstè répriméndat ; qu’aouy lou malur dé diaous gendarmés quèron « vacos » dé lou drèssa procès verbal, é qui jou qu’éstèy verbalisat. Qu’appréngouy aquét jour qués caléouo sabé téngué la léngo. Lou gilbèrt quèro très ou cuaté mèstrés darrè nous aous, é qué ét tapoc n’aouéouo pas lut, montèc drét sur las pédalos, traouéssait lou groupé é d’un gran « Pardon méssieurs » éntrèc diguén la pèço de milloc, disténto dé quaouqués mèstrés. Mous démandèn sé lou counéguéouon ; évidamén qué nou. Lous gendarmés és poustèn entà l’atténdé, é mous vénguou réjouégné duos horos més tard à la hèsto. Aouéouo hèyt un détour d’aou mén dus kilomèstrés à traouès las pèços. Yaouté cop entà la hèsto de Lagardo hachan, moun tournaouon a duos horos dou maïtin. Qu’én coupèy lou cadré dou vélo à dus kilomèstrés dé la maysoun, qu’importo, l’Aimé qu’ém préngouc sur soun cadré, et lou Marcel préngout lou mén vélo sur l’éspaoulo, é arribèn à la maysoun. Quéro aco las péripésios dé la bicyclétto.