Proverbes et Dictons Réprouès é dictouns
Pour la pentecôte le pain d’orge fait de la croûte.Ce qui veut dire que l’orge change de couleur, et deviens blond à maturité. 

Celui-là se noierait dans un crachat.

Se dit d’une personne anxieuse ayant peur d’entreprendre.

 

Le bon Dieu plume les oies.

Il neige.

 

Le rapiéçage fait durer.

Se dit non seulement pour les habits, mais également pour tout ce qui est réparable.

 

Pauvres soyons, mais la vaisselle propre.

Proverbe très important dans la vie, on peut être pauvre, mais bien élevé, et bon et honnête citoyen.

 

Il ne vaut pas les quatre fers d’un chien mort.

Proverbe méchant,  et dégradant la personne au maximum.

 

Elle a fait Pâques avant les Rameaux.

Se disait dans le temps d’une jeune fille enceinte avant le mariage.

 

Il est bien pauvre, celui qui ne peut pas promettre.

Se dit d’une personne sans parole, qui promet tout, et ne donne rien.

 

Mordu par le chien ou par la chienne, c’est la même chose.

Ce qui signifie que dans un choix, d’hommes ou d’idées, on a le même résultat.

 

Il est fort comme une queue d’ail sèche.

Se dit d’une personne sans force, comparée à une queue d’ail sèche, toute rabougrie, et qui s’est laissé tomber.

 

On ne pas être à la procession, et sonner les cloches.

Ce qui veut dire, qu’on ne peut pas faire deux choses en même temps.  

 

Le Vendredi est le semainier, le plus beau ou le plus vilain.

Proverbe très utilisé en campagne, mais difficile à vérifier.

 

IL a plus de gueule que de sac.

Se dit d’un gros mangeur, qui a toujours peur d’en manquer, et qui n’arrive pas à le finir.

 

Chacun sait ce qui bout dans son toupin.

Proverbe bien justifié, les apparences ne veulent rien dire, chacun connaît sa situation.

 

Il est plus vite mort celui qui siffle, que celui qui se plaint.

Ce proverbe se suffit à lui-même.

Entà péntocoûsto lou pan d’ôrdi qué hai croûsto.So qué bo dizé qué l’ordi cambio dé coulou é qué bén bloun à madura 

Aquét sé néguéré diguén un escoupit.

Sé dit d’uo pèrsouno éspaouludo, é qu’a poou d’éntrépréngué.

 

Lou boun Diou plumo la aouquos.

Qué nèouo.

 

Lou pédassa qué hè dura.

Sé dit, noun sulomén énta la hardo, més égalomén, énta tout so qui réparablé.

 

Praoubés sian, més la bachèro néto.

Réprouè rédé émpourtén diguén la bito, poudén èsté praoués,, més bièn éjlèouats, é bounés é aounèstés citoyèns.

 

Baou pas lous quaté hèrs d’un can mort.

Réprouè machan, que déjgrado la pèrsouno aou maximom.

 

A hèyt Pasquos aouan lous arrams.

Sé dizéouo diguén lou tém, d’uo jouéno fillo encénto aouan lou maridatgé.

 

I bièn praoué lou qué pot pas proumété. 

Sé dit d’uo pèrsouno sénsé paraoulo, qué proumét tout, é nou baillo arrén.

 

Mourdut pou can ou pèr la cagno, y la mèmo caouso.

So qué signifio, qué diguén un chouès ,d’homés ou d’èydéos, qué baillo lou mèmo résultat.

 

I hort coumo uo couéto d’ail séco.

Sé dit d’uo pèrsouno sénse forço coumparado à uo couétto d’ail séco, touto rabougrido,qué si déchado ana.

 

Nou podém pas èsté à la proucéssion é a las campanos.

So qué bo disé, qué nou podém pas hè duos caousos aou cop.

 

Lou dibés y lou sémanè, lou més bèt ou lou més lè.

Réprouè dé la campagno, difficilé à vérifia, més rédé utilisat.

 

A més dé gulo qué dé sac.

Sé dit d’un gran minjayré qu’a toujours poou d’én pas aoué prou, é après nou sat pot pas féni.

 

Cadun qué sab so qué bourrich diguén lou soun toupin.

Réprouè bièn justifiat, las apparénços nou signifions arré,cadun qué counéch sa situasiou.

 

I més bisté mort lou qué chioulo, qué lou qué pioulo.

Réprouè qué s’éspliquo tout soul.