Où en étions-nous en famille Aou n’èron én famillo
Nous avions pris nos marques dans la Commune, et également dans cette grande maison, qui avait  été la propriété et la consulte d’un docteur .Maison de maître de 10 pièces principales, plus les services, en bon état mais à rafraîchir petit à petit. Mon père pensait aux transformations pour son élevage de truies allaitantes et de l’équipement aux labours de notre 1er tracteur ; Ma mère s’était bien adaptée a sa nouvelle vie de fermière, et à la nourriture et l’entretien de ses 5 hommes, ce qui ne lui avait pas laisser trop de temps pour penser au déracinement de sa maison natale. D’un abord agréable, et l’ouverture à la parole assez facile, elle ne tarda pas a se faire des amies avec ses voisines. Avec mon frère Germain, nous venions de terminer nos cours Agricoles par correspondance (deux ans) et se dessinait déjà d’autres orientations, il partit en apprentissage chez le boulanger du Village ; il y passa 18 mois ensuite, il entra chez un boulanger  pâtissier à Lannemezan 65300, et termina sa formation professionnelle a Cauterets également en boulangerie pâtisserie, cela le conduisit à 20 ans effectuer son service militaire en Algérie, en 1956. Mes deux jeunes frères étaient encore à l’école primaire. Quand à moi ma voie était déjà tracée, je continuais ma formation agricole par des stages et examens : Mécanique Agricole à Seissan 32260 avec diplôme. Arboriculture fruitière sur deux hivers à Mirande avec diplôme, préparation à la vie active Agricole à tous niveaux. J’étais le jeune assez remuant, j’avais adhéré pour améliorer ma formation aux jeunesses agricoles catholiques, et un peu plus tard à la fédération des foyers ruraux dont j’étais devenu le Président Communal, et quelques années plus tard le Vice Président Départemental. Je sentais tout le temps l’envie de me former, car le manque de formation scolaire imputable à ma vue, et aussi à cet accident vertébral me demandait de compléter ma formation d’homme. De ce fait autodidacte, j’ai toujours eu une devise à laquelle je n’ai jamais failli : Je sais aujourd’hui plus qu’hier, mais bien moins que demain.Les circonstances de la vie font souvent évoluer les carrières, cela a été pour moi quelques années plus tard vérifiable, nous aurons l’occasion d’y revenir.

 

Qu’aouéouon prés nostos marquos diguén la Coumuno, é égalomén diguén aquéro grano maysoun, quèro éstat la proupriétat, é la cousulto d’un médéçin. Maysoun dé Maistré dé dèt pèços principalos, més las dé sèrviçi, én boun éstat, més à rafrèsqui pétit à pétit. Moun pay pénsaouo à las transfourmatious énta soun éjléouatgé dé troujos néourissos, et dé l’équipomén dou tractur éntà hai lous labours. Ma may s’èro bièn adaptado a sa naouèro vito dé fèrmièro é a la néourituro ,é a l’éntrétièn dé sous cinq homés, co qué nous lou déchaouo pas trop dé téms énta pénsa aou déraçinomén dé la suo maysoun natalo. D’un abord agréablé, é d’aoubèrturo à la parolo prou façilé, nou tardais pas a sé hè amigos, da las bézios. Dabé moun fray Germain, bénguéouon dé tèrmina lous cours agricolos pèr courréspoundénço (dus ans) é sé déssinaouo d’aoutos oriéntatious,qué partiscou én appréntissatgé aou boulangè dou villatgé ; qui passè dèzo ouéyt més, après qu’éntrè chéz un boulangè patissiè à Lannemézan 65300, é tèrminè sa fourmatioun proféssionèlo à Caoutérés, égalomén én boulangério patissério, aco lou conduiscout à vint ans, éffèctua soun serviçi militari én Algério, én Milo naou cén cinquanto chés. Lous dus jouénés frays èron éncouèro a l’éscolo. Qand à jou ma ligno èro traçado ; qué countinuaoui uo fourmaçiou agricolo dabé statgés é examèns : Mécanico agricolo à Sèissan 32260 dab un diplomo, Arboriculturo fruitièro én dus hiouèrs à Mirando dabé diplomo, préparatiou à la vito activo agricolo à tout nivèou. Quèri lou jouén qué boutjaouo, qu’aouèy adhérat, entà amélioura la mio fourmaçiou à las jouénéssos agricolos catholiquos, é un paou més tard à la fédératiou dous foiouès ruraous, doun èri véngut lou présidén communaou, é quaouquos annados mès tard lou vicé présidént départoméntal. Qué réséntioui toutjour l’émbéjo d’én fourma, émprémou qué lou manquo dé fourmatiou scolairo émputablé a la mio bisto, é tabé à l’accidén vèrtébral, qu’én démandaouo dé coumpléta la mio fourmaçiou d’homé. D’aquét fait autodidacto, qu’èy toujours agut uo déviso, én aquino n’èy jamés manquat : Qué saï aouéy, més qué jé, més pas tant qué douman.Las circounsténços dé la bito hén soubén évolua las carrièros, aquo y éstat én ta jou, vérifiablé quaouquos annados més tard, qu’aouran l’aoucaziou d’y tournà.