La fête du printemps La hèsto dou Printémps  
Elle se situe toujours 15 jours après Pâques, en patois la jogue. Les ouvriers venaient se louer pour la saison d’été, c’est ce que raconte la légende. Fête très importante dans la commune, et qui avait un grand succès. Le printemps était là, les beaux jours et les bourgeons aussi, et comme le laisse sous entendre « la jogue :les jeux ». Aussi fallait-il faire preuve d’imagination, d’une part pour recruter des actrices et des acteurs, d’autre part trouver des jeux attractifs, et intéressant les spectateurs très nombreux pour cette fête. Je citerais par priorité, le casse cruche à l’aveugle par les jeunes filles, la course à la grenouille sur brouette à fond plat par les jeunes filles (plus adroites de leur mains), la course au sac pour les enfants emmaillotés dans un sac de jute, le manger de crème à l’aveugle, à la cuillère, servi par le partenaire, et vice versa, la course à l’œuf soit à pied avec un oeuf dans une cuillère serrée entre les dents, soit en vélo. Et pour clôturer ; la course à l’œuf ; une douzaine d’œufs étaient disposés de part et d’autre de la route un panier à chaque bout, et deux jeunes filles partaient du panier respectif, et allaient chercher l’œuf à l’autre bout et le ramenait dans son panier, la plus véloce au douzième œuf ramené au panier ouvrait le bal. Le bal avait lieu sur la route l’après-midi et au grenier de la boulangerie (propriété du maire de l’époque) après souper. Je voudrais raconter ici une histoire vraie (des contemporains peuvent s’en souvenir encore). Jeune arrivé dans la commune, j’avais été chargé de faire un peu de publicité, aussi me rendant à Mirande je vais rencontrer le correspondant de la dépêche qui me toise depuis son bureau et me dit : Je suppose que comme notre journal, vous êtes animé par un esprit républicain, et que nous pourrons faire confiance à vos articles : abasourdi par ce langage et un peu apeuré, j’eu quand même la répartie de lui demander de rédiger la 1ère insertion. Deux jours après, veille de la fête, j’eu la surprise de lire sur la rubrique de la fête du printemps relatant les festivité et les jeux, notamment pour le casse cruche  « ces demoiselles les yeux bandés armées d’un bâton devront faire attention de ne pas casser la leur », rien de méchant, mais le jour de la fête j’avais été rebaptisé par ces demoiselles : je m’appelais Cruchon. Et oui ! C’était en 1949, J’avais 16 ans. Qués situo toutjour quinzé jours après Pasquos, en patouès : La joguo. Lous aoubriès és bénguéouon louga enta éstioua, quéy ço qué racounton lous countés. Hèsto rédé émpourténto diguén la coumuno, é qu’aouéouo uo grano rénoumado. Lou printém qu’èro aquiou, lous bèrés jours, é lous bourgeous tabé, é coumo at dècho énténé lou mot la joguo : lous jogs. Tabé caléouo hè probo d’imaginaçiou, duo part, entà recruta actriços é acturs, dé yaouto part trouba jocs pèrcuténs, éntà éntéréssa lou moundé, noumbrous énta aquéro hèsto. Qué citérén prioritat, lou coupo oulos à l’abuglo pèr las jouénos fillos. La courso à la gramouillo sur uo carréto plato, jougat pèr la jouénos fillos (més adrétos dé las mas).La courso aou sac entas dronlés émmalloutats diguén un sac de juto, lou minja dé crèmo  à l’abuglo, à la cullèro servido pou parténari  dé par é  d’aouto. La courso à l’ouéou à pé, ou én vélo, dab l’ouéou sur la cullèro éntré las déns. E énta cloutura ; la courso à l’ouéou, uo doutzéno d’ouéous èron dispousats dé part é d’aouté dé la routo, un payrét à cado cap, cado juéno fillo partiouo dé soun payrét, anaouo coillé l’ouéou lou més éloignat, é lou pourtaouo diguén soun payrét, la més lèsto, aou doutzièmo ouéou, aouéouo gagnat la partido, é qu’éro éro qu’aoubriouo lou bal.Lou bal aouè loc sur la routo l’après méyjjour,é aou gréniè dé la boulangério (proupriétat dou mairo dé l’époquo) après soupa. Qué bouléri racountà açi uo histouèro biscudo ( moundé én bito à la Coumuno s’én podén brémba éncououèro).Jouén arribat aou billatgé, qu’éstèy cargat dé hè la publicitat. M’én angouy à Mirando rencountrà lou courréspoundén dé la Dépêcho, m’éspio drét diguén lous ouéils , sètut darré soun burèou ,é ém dit : qué supposi qué coumo nousté journal, qu’és animat pèr un esprit républicain, é qué pouyran hè coufiénso à tous articlés. Abasourdit pèr aquét léngatgé,é drin jouénot éntaou bièn coumpréngué, qu’aoui quand mèmo la répartido dé lou démanda d’ém rédiga la prumèro insertiou. Dus jours après, beillo dé la hèsto,qu’aoui la surprézo dé légi sur la bubriquo rélatan la hèsto dou Printémps é lous jocs, é én particuliè éntaou coupo oulos, « aquéros démaysèlos lous oueils couberts pèr un foulard, armados d’un barrot, déouran hè atténçioun dé pas coupa la suo ».Arré dé bièn machan, més lou jour dé la hèsto qu’éstèy batizat pèr aquéros jouénos fillos : qu’é mappérèy « cruchon »E oui : qu’éron én  Milo naou cén quaranto naou , Qu’aouéoui sétzé ans .