La Vie Agricole en Astarac La bito agricolo én Astarac 
Chaque région a ses coutumes, ses dimensions, sa manière de vivre, donc nous eûmes à apprendre tout cela, car il ne faut jamais oublier que quand on est accueilli dans un pays, on s’adapte à celui-ci. Tout d’abord, nous fûmes surpris de voir les agriculteurs, d’Octobre à Avril prendre leur repas principal à 9 h, un goûter à 13.h30m, et le repas du soir normal. Nous ne connaissions pas cette coutume, mais il est vrai que dans des exploitations plus importantes, on s’adapte aux bêtes de travail, le matin il faut préparer et nourrir celles-ci, effectuer tous les menus travaux, manger et partir pour la journée. Les bêtes ayant besoin de repos et de ruminer à la demi journée, permettaient aux ouvriers de prendre un casse croûte pendant ce temps. Les labours et semis des maïs nous permirent de nous mettre au diapason avec nos voisins. La récolte du foin, de la paille et des battages, compte tenu de la longueur des journées reprenait le cours habituel des repas. Les battages prenaient ici une importance plus grande car en 1948, la moyenne des exploitations à Clermont était de 35 ha, il était de 15 ha à Bastanous. Le battage durait un mois, certaines grosses fermes dépiquaient un jour et demi, il demandait donc un personnel disponible de 25 personnes, et certains agriculteurs prenaient des ouvriers de remplacement, souvent réservés à des jeunes pour arrondir leur porte monnaie. Celui-ci avait lieu au mois d’Août. Il y avait un seul tracteur à la commune (sur 35 exploitations) et il n’avait labouré que le jardin.  On commençait à effectuer quelques déchaumages, en attendant les Vendanges, et après la récolte du Maïs. Ces périodes de travail se faisaient en corvées (de 10 personnes) compte tenu des surfaces, et étaient réservé aux jeunes gens et jeunes filles. Certaines exploitations avaient 3 ha de vignes, donc on réunissait 5 à 6 voisins, plus quelques amis Au moment du goûter qui se prenait dans la vigne, certains plus agiles jetaient un œil sur le bois à champignons, et revenait avec une cordée. Les corvées du maïs se terminaient par la » déspélouquère » déjà citée dans la haut Astarac, avec ces mêmes mœurs et ses mêmes agapes,la saucisse en supplément. Cado régiou a sas habitudos, sa manièro de bioué,sas diménsious,dounc qué dégoun appréngué tout aco, émprémou nous caou jamés désbrémba qué quan èt accueuillit én un pays, qués caou adapta én aquét.Tout d’abord qu’éstèm surprés de bé lous paysans, d’octobré a abriou, dé préngué lou répas principal à naou horos, un bréspail à uo horo é méjo, et lou répas dou sé normal. Nou counéguéouon pas aquéro habitudo, més qui bèrtat qué diguén exploitatious mès impourténtos, qués caou adapta à las bèstios dé trabail. Lou maytin qué caou prépara é néouri las bèstios, règla tout lous pétits trabails, minja, é parti pèr la journado. Las bèstios an bézoui dé répaous é rémia à méjo journado. En mèmo témps lous aoubriès prénguéouon lou bréspail. Lous labours é lous sémis dou milloc mous pèrmétoun dé mous bouta aou pléc dabé lous bézis. La récolto dou hén, dé la paillo, é lous battatgés, counté téngut dé la loungou dé las journados, réprénguéouon lou cours normal dous répas. Lous battatgés açi prénguéouon uo plaço més bèro ;én milo naou cén quaranto ouéyt, la moyèno de las éxploitatious dé la coumuno èron dé trénto cinq hèctaros ; qu’èro dé quinzé hèctaros à Bastanous. Lou battatgé duraouo un mès, certènos grossos bordos battéouon un jour é méy à dus jours, qué démandaouo un pèrsonèl dispouniblé dé vinto cinq pèrsounos, é las grossos bordos préngéouon aoubriès dé rémplaçomén, soubén réservat  as jouénés, entà arroundi lou porto mounédo. Lou battatgé èro counsacrat aou més d’aouch. Y aouéouo un soul tractur à la coumuno (sur trénto cinq éxploitatious) é nou laouraouo qué lou cazaou. Qué couménçaouon dé hé quaouqué déchoumatgé, én atténdén las brègnos, e après la récolto dou milloc. Aquéros périodos dé trabails sé hazéouon souvén én courbados (dé dèt pèrsounos) counté téngut dé las surfaços, é souvén résèrvat à la jouénésso, ( dronlés é dronlos). Certainos bordos brégnaouon très hèctaros dé bignos, dounc réuniouon cinq à chés bézis, més quaouqués amics . Aou moumén dou bréspail, prés à la bigno, certèns més ,agilès, jétaouon un oouéil suou boch à céps é tournaouon dab uo cordado dé céps. Las courbados dou milloc sé tèrminaouon pèr la « déspélouquèro », déjà citado diguèn lou Haout Astarac, dabé las mèmos habitudos, é lou mèmo réssoupét , la saoucisso èn supplémén.