Entre nous Entré nouzaous
Nous sommes aujourd’hui le 16 septembre 2011, il y aura 6 mois dans quelques jours que le « blog » fonctionne.26 chapitres ont été rédigés en français : traduits en patois Gascon. 20 d’entre eux étaient rédigés il y a une vingtaine d’années. J’ai  eu à ce jour 381  visites qui ont parcouru 1089 chapitres : pas si mal pour un débutant !  Je voudrais remercier chaleureusement tous ces lecteurs, ils sont pour moi un réconfort, à la cause que je défends. Par contre je manque de critiques, ceci est très important pour l’avenir, il faut que je ressente l’intérêt, l’orientation à donner, la manière peut-être de se rencontrer, soit de travailler un peu plus a visage découvert. Je voudrais relater ici avec force ma conviction,  avant de continuer ce travail qui m’est cher, au service des Gascons désirant continuer à parler le Patois Gascon.

1° La Gascogne est un pays encerclé par la Garonne, avec comme frontière les Pyrénées et l’Océan.

 2° La langue parlée du Gascon » la lénguo Mayrano » est le Patois Gascon.

3°Pour vous transmettre ce patois, je me sers d’un fil conducteur : la vie d’une famille dans le haut Astarac 32170  pour les 25 1ers chapitres, et dans l’Astarac 32300 pour la suite.

4°Vous pouvez imaginer les discussions que j’ai subies «  par les puristes » gascons occitans .je leur répond qu’il ne faut pas mélanger deux choses :

a) l’occitan est une langue écrite et parlée en Occitanie.

b) La Gascogne parle le Patois Gascon, qui a des variantes selon ses régions, mais il ne s’écris pas.

5°Si j’ai accepté, a partir d’une autobiographie vécue, d’une famille et de sa région, de faire la traduction en patois parlé, sans tenir compte d’aucune orthographe, m’intéressant seulement au phrasé,en soulignant l’intonation. Je rappellerais les règles essentielles pour la lecture :

a) la lettre e n’est pas prononcée ; elle est é ou è ,

b) le ou et le ou seront différemment remplacés, ils auront la même intonation.

 c) La lettre en gras donnera l’intonation au mot.

Voilà terminées mes confessions et mes engagements, merci de les avoir lus, souhaitons nous, a vous une bonne lecture, et à moi un travail encore plus attractif pour vous satisfaire, nous referons le point vers les chapitres 50.

 

Qu’ém aouéy lou sétzé dé sétémé dus milo ounzé, y aoura chés més diguén quaouqués jours qué lou « blog » founçiouno. Vinto chés chapitrés soun éstats éscrious én francés : traduits én patouès Gascoun. Lous vin prumès éstèn éscrious ya uo vintéo d’annados. Qu’èy ya dinc’aouéy 381 visitos, é qu’an parcourut 1089 chapitrés : pas trot maou pèr un débutant !Qué bouléri rémèrçia caoutomén touts aquéts lèctous, qué soun énta jou un réconfort, à la caouso qué déféndi. Pér countro qué manqui dé critiquos, aco y rédé émpourtén éntà l’abéngué, qué caou qué résséntisquoy l’intérèt, l’oriéntaciou à bailla, la manièro bélèou dé se rencount, ou trabailla més a vizatjé déscoubèrt. Qué bouléri rélata aci dab forço ma counvictiou aouan dé countinua aquét trabail qué méy agréablé, aou servici dous Gascous, qué bon countinua à parla lou Patouès Gascoun ;

1° La Gascougno éy un pays éncèrclat pèr la Garono, dab coumo frountièro las Pyrénéos é l’Océan.

2° La léngo parlado dou Gascoun, «  la léngo Mayrano » qu’éy lou Patouès Gascoun.

3° Enta vous transmété aquét patouès qu’ém serbichi d’un hiou counductou : la bito d’uo famillo diguén lou haout Astarac 32170 éntaous vinto cin prumès chapitrés, é diguén l’Astarac 32300 pèr la suito.

4° Qué poudét imagina las discussious qu’èy subit pous «  puristos » gascoun occitan. Qué lous réspoundi qué nou q’aou pas mélanga duos caouzos :

a) l’occitan éy uo léngo éscriouto é parlado én occitanio

b) La Gascougno parlo lou patouès Gascoun , qué vario séloun las régious, més nous s’écriou pas.

5° Sèy accèptat, a parti d’uo autobiographio biscudo, d’uo famillo é dé sa régiou, dé hè la traducciou én patouès parlat, sénsé téngué counpté de nado orthographo, m’éntéréssan sulomén aou phrazat ,én soulignan l’éntounaçiou. Qué rappèlérèy las règlos éssentièlos entà la lecturo :

a) la létro e n’y jamés prounounçado ; qu’éy é ou è,

b) Lou ou é lou ou séran différamén rémplaçats, quaouran la mèmo éntounaçiou

c)La létro én gras bailléra l’éntounaçiou aou mot .

Aquiou terminados las mios counféssious é lous més éngagoméns, merçio dé lous aoué légits, souhétémous, a bous uo bouno lècturo, é a jou un trabail éncouèro més attractif éntà bous satisfaizé, tournéran hai lou punt décap aou chapitré cinquanto.