La Ferme plus L’entreprise agricole La fèrmo plus l’éntréprézo agricolo
Moment assez difficile pour notre famille, mais voulu et obligatoire du fait des investissement effectués : propriété Agricole et Entreprise Agricole  occupaient bien le temps, et mon frère cadet ayant passé son Certificat d’études et allais faire avec moi une deuxième année de cours par correspondance nous donnait la main, ainsi qu’un ouvrier faisant quelques journées. A la saison des labours on travaillait plus de 15 heures par jour, je me souviens de mon père venant nous ravitailler en carburant, et changer les ferrures et carrés à 1 h du matin à 10 Km de la maison. Il y avait des échéances mensuelles à respecter, en 1951 c’était 80 000 Francs mensuels de l’époque, J’étais amoureux de ma petite voisine (qui deviendra ma femme 7 ans plus tard), je puis vous assurer que nos rencontres le Dimanche étaient souvent écourtées par l’obligation d’aller faire un labour. L’aménagement du confort de la ferme suivait son cours. L’eau potable fut installé à la maison et à la ferme ; sanitaire, eau chaude et salle de douches  furent effectués en même temps, et un ami qui travaillait à l’époque, dans une entreprise de terrassements agricoles, me disait il y a quelques années  que c’était la première fois qu’il avait pris une douche à la campagne. . Fierté partagée avec ma famille. Je suis assez fier de relater ici la complicité que j’ai eue avec mon père à ce moment, il faut dire que nous avions 24 ans de différence, lui d’allure très jeune, moi très sérieux avec de grosses lunettes en écaille cachant des verres d’une forte myopie,(on nous prenait souvent pour des frères), cela avait permis souvent des introductions plus faciles. Il a été toujours le décideur, mais toujours après accord parfait sur la suite à tenir ; je le vois encore me disant : On achète, tu réalise, je suis responsable, mais tu  as des comptes à rendre, et un gros travail à effectuer. Je crois que mes 3 frères sont passés sur les tracteurs à une époque de leur jeunesse, avec quelques ouvriers journaliers pour les moments forts de l’entreprise. Mon père réservait son temps à l’exploitation, et surtout à un élevage de cochons qui avait été toujours sa passion (fils de charcutier éleveur) et je n’avais que 18ans !  L’entreprise Agricole se termina en 1958. Moumén prou diffiçilé entà nosto famillo, més boulut é aoubligatouèro dou fait dous énvèstissoméns éffèctuats :proupriétat Agricolo,é éntréprézo agricolo ocupaouon bièn lou témps,é moun fray caddèt aouéouo passat soun certificat d’éstudi é anaouo hai dab jou, uo ségoundo annado dé cours pèr courrèspoundénço, nous aydaic bièn, bab un aoubriè quaouquo journado diguén la sémano. A la sazoun dous labours traballaouon més dé quinzé horos pèr jour, qu’én brémbi dé moun pay mous véngué ravitallà én carburant, é cambia las hèrros é carrats dé las charruos, à uo horo dou maytin é à dèt kilomèstrés dé la maysoun. Y aouéouo échéénços ménsuèlos a réspècta, én milo naou cén cinquanto un, quèro quaté vin milo francs ménsuèls dé l’époquo. Quéri amourous dé la mio pétito bézio(qué benguérà la mio hénno sèt ans après) , qué vous podi asségura qué las nostos réncountros dou Diméché èron soubén raccourçidos pèr l’aoubligassiou d’ana hè un labour. L’aménatjomén du counfort dé la fèrmo séguiouo soun cours. L’aygo potablo éstè énstallado à la maysoun é à la fèrmo ; sanitaris, aygo caouto é salo dé douchos éstèn énstallats én mèmo témps, é un amic qué traballaouo à l’époquo entà uo éntréprézo dé tèrrasoméns agricolos, én dizéouo ya quaouquos annados, qu’éro lou prumè cop  qu’aouè prés uo doucho à la campagno. Fièrtat partatjado dab la famillo . Qué soy prou fièr d’é  racountài la coumplicitat qu’aouéoui dab moun pay, èn aquét moumén,qué caou dizé qué n’aouéouon qué vinto qouaté ans dé différénço, ét d’alluro rédé jouéno,é jou sérious dabé grossos lunétos qué  coubriouon béyrés qu’échcounéouon uo forto myopio,(qué mous prénguéouon pèr dus frays),aco aouéouo soubén pèrmétut introduccious més façilos. Quéro toujours éstat lou décidur, més toujours én accord parfait éntà la suito à téngué ; qué lou béy éncouèro én dizé : qué croumpan, tu qué réalizos, qué soy réspounsablé, més qu’as countés à réndé,é un gros trabail à réaliza. Qué créy qué mous très frays soun passats à uo époquo dé la suo jouénésso, dab quaouqué aoubriè journaliè as mouméns forts dé léntréprézo. Moun pay résèrvaouo soun témps à l’èxploitatiou, é surtout à un ejléouatgé dé porcs, qu’èro la suo passiou ( hill dé charcutiè élevur) é n’aouéoui qué dèzo ouéyt ans !. L’entréprézo agricolo s’arréchtèc én Milo naou cén cinquanto ouéyt.