On se motorise Qué mous motorisan
Mon père était à la recherche d’un tracteur assez puissant pour faire ses labours, et éventuellement l’amortir dans le voisinage. Ce fut en 1949 l’achat d’un tracteur pétrolier Minnéapolis Moline d’occasion  de 45 CV. Ce tracteur n’étant pourvus de relevage hydraulique, fut équipé de charrues à béquille BENAC. Ainsi commença ma carrière de petit entrepreneur de travaux agricoles. En mai 1950, devant  l’abondance de cultures de colza, nous achetâmes une petite moissonneuse batteuse CLIPPER (1.5m de coupe) cela était très difficile car le tracteur n’avait pas de prise indépendante. Aussi fallut-il penser a changer le tracteur, et faire avec mon père les foires expositions pour trouver le tracteur adéquat, et notre choix s’arrêta sur un Vendeuvre 55 CV Diesel a prise de force indépendante. Je dois raconter une histoire vécue et presque incroyable. Lors de la foire d’AUCH venant d’acheter ce tracteur et regardant les moissonneuses tractées 2m40 de coupe à relevage hydraulique, un Monsieur, bien mis de sa personne, nous ayant connu par différents intermédiaires s’approcha de nous et nous demanda si une machine de ce type nous intéresserait. Bien sûr qu’elle nous intéressait mais nous n’avions pas les moyens. Il nous dit : je viens d’être exproprié de terrains agricoles dans le Nord, je dois réinvestir ces sommes dans du matériel Agricole, et je vous propose cette machine que vous me paierez à tempéraments, j’ai confiance en vous deux. Imaginez notre joie, et notre surprise ; un grand Merci Mr OBLIN  de Vic Fezansac. Ainsi en 1951, équipé d’un tracteur neuf et d une mois- bat neuve, l’entreprise était créée, s’y ajouta une botteleuse automotrice (unique dans la région) à gros débit de travail. Au mois d’Août le tracteur était loué pour le battage à un Syndicat Communal. En Septembre 1951, avec la Maison BENAC nous nous attelâmes a la réalisation de charrues alternatives à Béquille. Modèle un peu renforcé pour l’entreprise (très difficile). Nous fîmes deux saisons de labours avec, mais ce matériel compliqué et délicat pour son relevage en pente, nous  étudiâmes avec René BENAC l’adaptation d’un relevage hydraulique, et à partir de ce moment nous étions parfaitement équipés pour les labours et sous- solage. Moun pay éro én résèrco d’un tractur prou puissén énta hè lous labours,é événtuèlomén l’amourti diguén lou vésinatgé. Qu’éstè én Milo naou  cén Quaranto naou, qué croumpèn un tractur pétrouliè Minnéapolis Moline dé Quaranto cinq chibaous. Aquét tractur n’èro pas équipat dé rélléouatgé hydrauliquo,éstè équipat dé charruos a béquillo BENAC. Ensi couménçait ma carrièro dé pétit éntréprénur dé trabails agricolos. En may, Milo naou cén cinquanto,daouan la quantitat dé culturos dé colza, qué croumpèn uo pétito moissonuzo batuzo CLIPPER (un, mèstré cinquanto dé coupo) , qu’èro rédé difficilé, coumo n’aouéouo pas uo prézo de forço éndépéndénto. Tabé calou pénsà a cambia lou tractur, l’annado après, dabé moun pay couménçèn dé hai las hèyros éxpousitious entà trouba lou tractur qué coumbéngousso, é nosté chouès s’arrèstèc sur un Vendeuvre cinquanto cinq chibaous Dièsèl, à prézo dé forço indépendénto. Qué baou racounta uo histouèro bichcudo, é prèsqué éncroyablo. Vénguéouon dé croumpa lou tractur, qu’échpiaouon las moissonusos batuzos tractados dé dus mèstrés quaranto dé coupo à réléouatgé hydrauliquo , un moussu, bièn métut dé sa pèrsouno, s’approcho dé nous aous, é mous démando sé uo machino d’aquét typé mous éntéréssaouo. Bièn ségu qué mous éntéréssaouo ; més n’aouéouon pas lous moyèns. Qué mous dit : Qué véngui d’èsté èxprupriat dé tèrréns Agricolos diguén lou Nord, qué déoui réènvèsti aquéros soumos én matérièl agricolo, é qué vous prépaousi aquéro machino, qué la mé paguérat à tempéraméns, qu’èy coufiénço én bouzas dus. Imaginat nosté plazé,  é nosto surprézo ; un grand merçi à Moussu OBLIN dé Vic Fezansac. Aquiou, én Milo naou cén cinquanto un quèron équipats d’un tractur naou é d’uo moissonuso battuzo naouo. L’éntréprézo éstè créado, é si ajoutèc uo boutoluzo automatiquo (unico diguén la régioun) à gros débit dé trabail. Aou més d’aouch lou tractur èro lougat entaou battatgé, a un séndicat commanaou. En sètémé milo naou cén cinquanto un, dabé la maysoun BENAC qué mous attélèn a adapta charruos alternativos à béquillo. Un modèlo rénfourçat éntà l’éntréprézo (rédé diffiçilé). Qué hazoun duos sazous dé labours, més aquét matériel, coumplicat é délicat éntaou réléouatgé én pénto, qu’étudièm dab René BENAC l’adaptaçiou d’un rélèouatgé hydrolico, é a parti d’aquèt moumén qu’éstèn parfètomén équipats énta hai lous labours é lou sous solatgé.