L’Insertion au Village L’Ensèrtioun aou villatgé
Les deux jeunes qu’avait amenés mon père, grands gaillards, avaient nettoyé une grande rangée de cerisiers bordés par 5 m de ronces épaisses, de part et d’autre ; la surprise, et c’est pour cette raison que je le relate  fut de trouver deux baquets à vendange de mousserons, jamais de ma vie je n’ai revu une chose pareille. A mon arrivée j’eu aussi la visite du curé du village, celui-ci m’embaucha pour la  chorale (j’y chante encore), nous avions des répétitions assez soutenues (période pascale). Ma grande surprise, le jour de Pâques fut de voir 19 jeunes filles chapeautées et belles robes devant le parvis de l’église. Les jeunes gens, quel que soient leur rang dans la société, en costume neuf, souliers neufs, et quelques chapeaux. Pâques était la cérémonie où l’on sortait les plus beaux atours. Le lundi de Pâques, foire à Mirande par excellence, tous les jeunes se retrouvaient : c’était la foire aux tourteaux. Il y avait ce jour là, 5 bals avec Orchestre. Imaginez le travail pour  rencontrer telle demoiselle !! (il n’y avait pas le portable). Le déménagement était terminé, nous avions rendus les clés, ma mère habitait avec nous, le cocon familial était reconstruit ; nous pouvions rebâtir une autre vie dans un autre village, nous étions Clermontois. Le 1er travail fut d’épandre tout ce fumier, et de labourer au plus vite pour les semis de Maïs. C’est là que furent mis à l’épreuve nos grands bœufs, avec deux autres paires de vaches en attelage, pour effectuer les labours profonds. Les préparations suivirent, et les semis s’effectuèrent.les 1ers jours de Mai. Des travaux dans la ferme se succédèrent, en premier le transport d’une grange de la borde précédente, pour couvrir et doubler l’étables existante, car pour grossir le cheptel il fallait changer la façon d’exploiter, et garder un peu plus de jeunes veaux. Quand à moi il fallait  que je garde assez de temps pour continuer mes cours par correspondance, jusqu’a la fin de l’année scolaire, et prévoir la réorientation pour 1948-1949 Comme si pour nous l’année n’avait pas été assez mouvementée, nous eûmes la surprise de voir arriver deux personnalités du monde du pétrole de St GAUDENS 31, pour nous affermer en bail longue durée 1,5 Ha de terres en bordure de route départementale (ceci correspondant à une transaction prioritaire). Il fut donc installé un déerrik américain, flambant neuf provenant du plan Marchal, pour le relèvement de l’Europe,. (écrit sur les conteneurs) Un forage à la recherche de pétrole fut donc installé, et j’eu la satisfaction de faire mes premières rentrées d’argent, car je surveillait le chantier pendant les absences de montage. Je faisais un peu de secrétariat et de téléphone. Le résultat fut qu’après deux ans de forage, et à l’époque le record d’Europe de forage battu (4200m),la sonde fut retirée,et le terrain récupéré 20 ans après. Lous dus jouéns qu’aouéouo amiat moun pay, grand gaillards,aouèn nétéjat uo grano rénjado de céridès bourdats pèr cin mèstrés d’arroumècs éspéss, de par én par ; la surprézo,é qui pèr aquéro razoun qué boun parli, qu’éstèc dé trouba dus barquéts a brégna,  dé moussarous, jamés dé ma bito n’aouéy bich uo caouso pareillo.Quan arribèy, qu’aouy tabé la visito dou curè dou bilatgé, qu’é m’émbaouchè à la choralo, (qu’y canti éncouèro),qu’aouéouon souvén répétitious(périodo de pasquos). Ma gran surpréso éstè dé bésé lou jour dé Pasquos, dèzo naou jouénos fillos, dab chapèous é béroyos péllos,  daouan l’éntrado dé la glèyzo. Lous jouénés homés, quèl qué sio lou réng diguén la souciétat, coustumés et souliès naous, et quaouqué chapèou. Pasquos èro la cérémounio oun sourtiouon tout so dé béroy. Lou dilus dé Pasquos, hèyro a Mirando émmancablo, lous jouénés si rétroubaouon : Qu’èro la hèyro dous tourtèts. Y aouéouo aquét jour cinq bals dabé Orchèstrés. Imaginat lou trabail éntà rencountra, talo démèysèlo !! (ni aouéouo pas lou pourtablé à l’époquo). Lou déjménatjomén èro tèrminat aouéouon baillats las claous, ma may èro dambé nous aous,lou nizè familial éro récounstruit ; qué poudéouon tourna basti iaouto bito, diguén iaouté villatgé, quèron Clermountoués. Lou prumè trabay éstè d’ésné tout aquét chém, é dé laoura aou més bisté énta sémoua lou milloc. Qui aquiou qué boutèn à l’ésprobo nostés gran bouéous, aydats pèr dus paréils dé bacos én attélatgé, énta éffectua lous labours prégouns. Las préparatious séguiouon, é lous sémis sé hazoun lous prumès jours dé may. Lous trabays à la fèrmo continuaouon, én prumè lou tranport d’uo granjo de la bordo précédénto,entà coubri é doubla l’éstablo èxisténto, émprémou caléouo groussi lou chèptel, et cambia la faysou d’exploita, et guarda més dé jouénés bédèts. Quand à jou,qué caléouo qu’en gardèssoy prou dé témps entà countinuà moun trabay pér courrèspoudénço,  dinco la fin dé l’annado scolèro, é prévézé l’orientatiou énta quaranto ouèyt-quaranto naou. Coumo si, énta nous aous,l’annado nèro pas éstado prou mouveméntado, qu’aoun la surprèso dé bézé arriba duos persounalitats dou moundé dou pétrolo de Sén Gaudéns 31,énta mous louga uo hèctaro é méjo dé tèrros en bourduro dé la Départoméntalo (aco,èro (anounçat, coumo un louguè prioritari).Qu’échtè douc énstallat aquiou un déérick américain, flambant naou prouvénguéouo du plan Marshal, énta la réllèouo dé l’Europo (éscriou sur lous containèrs). Un foratgé, à la résèrco dé pétrol éstè énstallat, é qu’aouy la satisfacciou dé gagna las mios prumèros réntrados d’argént, émprémou qué surbéillaoui lou chantiè péndén las absénços. Hazéoui tabé drin dé sécrétariat, é dé téléphono. Lou résultat éstè, qu’après dus ans dé fouratgé, é a l’époquo lou récord d’Europo dé fouratgé battut (Quaté milo dus cen mèstrés), la soundo éstè retirado, é lou tèrrén récupérat bin ans après.