L’accueil à Clermont L’Accuil à Clermount
Celui-ci fut exceptionnel, en principe ce sont les arrivants qui vont à la rencontre des voisins : chez nous ce ne fut pas le cas, ceux-ci vinrent nous rendre visite dans les deux jours qui suivirent, deux étaient de jeunes garçons libérés de leur service militaire, et le troisième un grand gaillard de 47 ans prêt à rendre service. Cela nous toucha beaucoup, l’ouverture des gens par rapport au Haut Astarac était évidente. Ma mère, dernière à quitter sa maison natale, ne pus les apprécier que deux mois plus tard. J’eus le plaisir de faire la connaissance de mes jeunes voisins le Dimanche au village, ou nous nous réunissions l’après midi. A 15 ans les présentations et la connaissance sont vite faits. J’eus même droit un Dimanche 15 jours après, à un petit bal de 5 à 6 jeunes couples, dansant dans un grenier au son d’un accordéon. L’entrée était faite, j’étais adopté. Les jours passèrent, mon père faisant la navette avec sa voiture,réglant les problèmes du déménagement, tout en effectuant avec des ouvriers qu’il amenait du Haut Astarac, des travaux lourds, notamment la coupe de 6 arbres séculaires et dangereux, car très vieux, risquant de perdre des branches. Ceux-ci débités donnèrent aux deux bûcherons que nous étions, du travail pour la fente et la préparation au bûcher pour la vente. (90 m3) Au préalable mon père nous avait fendu les gros troncs avec du » chlorate » (aujourd’hui interdit a la vente et pour cause), assez prudent il se débrouillait très bien a effectuer ces mélanges savants ; cependant sur une souche qui n’avait pas éclaté, le lendemain il recommença une charge à côté, avant de charger la nouvelle, celle de la veille éclata, et lui emporta les mains sans blessures profondes. Je le vois encore conduisant sa voiture, avec des pansements épais (qui ne serait passer inaperçu par les policiers aujourd’hui, c’était il y a 60 ans). Il fut quand même handicapé pendant 40 jours. Une de mes grandes surprises fut également de découvrir l’électricité, j’en avais connu les avantages à l’école supérieure, mais à la maison c’était la lampe à carbure dans l’habitation, et la lampe à pétrole dans l’étable et à l’extérieur. Ce fut je pense un élément qui fut déterminant pour la vente ; a Bastanous l’électricité fut installée en 1950. Un des premiers investissement de mon père fut d’acheter un poste de radio, a notre grand plaisir (et au sien aussi). Un autre grand travail fut de débroussailler autour de la maison, et des champs environnants.  Je vois encore l’ouvrier Espagnol du voisin, grand chasseur, dire à mon père interloqué : « et les lapins !! », Ils n’avaient pas tous les deux le même souci. Aquésté, éstè éxceptionnèl, en préncipi lous arribants ban a la réncountro dous bézis. A nousto n’éstè pas lou cas, soun érés qué véngoun réndé visito diguén lous dus jours qué séguichcoun, dus, èron drounlats libérats dou servici militari,é lou troisièmo, un grand gaillard dé quaranto sèt ans,prèch à réndé servici.Aco mous touquè rédé, l’aoubèrturo dou moundé dé l’Astarac èro évidénto. Ma may, darrèro à quita sa maysoun natalo, no lous poudou apprécia qué dus més, més tard. Quaouy lou plazé dé hè la counéchénço dous jouénés bézis, lou diméché aou bilatgé, oun mous réuniouon l’après meyjour.A quinzé ans las présentacious, é hè counéchénço éstè.lèou hèyt. Quaouy mèmo drét un diméché 15 jours après, a un pétit bal dé cinq ou chés jouénés couplés, a dansa diguén un graè aou soun dé l’accordéon. L’éntrado èro hèyto,quèri adouptat. Lous jours passèn, moun pay hazéouo la naouéto dab la voituro, règla lous  problèmos dou déjménatjomén, éntout éffèctua dab aoubriès vénguts dou Haout Astarac, quaouqué trabail lourds noutamén la coupo dé chés arbrés sécularis é dangérous, rédé bieils, risquaouon dé pèrdé brancos sécos. Aquéstés débitats, baillèron trabail aou dus bouscassès quèron nous aous, trabail enta chéné,é la préparaciou dou bouès enta la vénto. (quaté vin dèt mèstrés cubés) Aouan moun pay mous aouéouo chasclat las culos dabé « chlorato » (Aouéy, éntèrdit à la vénto, é pèr caouzo), prou prudén qués déjbroullaouo rédé bièn énta hè aqués mélangés élabourats ; énfin sur uo culo qué naouè pas ésclatat la bèillo, lou léndouman qué récoumén un traou aou coustat, é aouan dé lou carga, lou dé la bèillo pétèc, qu’aou las mas émpourtados, més sénsé blèssuros trop gravos. Qué lou béy éncouèro, coundui la voituro, dabé pénsoméns éspés ( qué nou sérén passats inappèrçuts à la pouliço aouéy, més quèro ya soisante ans) qué démourè quand mèmo héndicapat péndén quaranto jours Uo dé la més grano surpréso éstè dé déscoubri l’élèctricirtat, n’aouèy counégut lous aouantatgés à l’éscolo supériuro, més à nousto, quèro éncouèro la lampo a carburo diguén la maysoun, é la lampo à pétrolo à l’éstablo, é pèr déhoro.  Qu’éstè, qué pénsi, un élémén dérèrminan entà la vénto. A Bastanous la lut éstè paousado én milo naou cén cinquanto. Un prumé énvèstissomén dé moun pay éstèc dé croumpa un posto dé radio, aou nosté gran plazé ( é aou soun tabén).Yaouté gran trabail counsistèc dé désbrousailla aoutour dé la maysoun,é dé las pèços aoutour. Qué béy éncouèro laoubriè éspagnol dou bézin, lous ouéils gran aoubèrts, dizé a moun pay tout éstounat : é lous lapis !!. N’aouéouon pas tout dus, lou mèmo souçi