Changement de Canton Chanjomén dé cantoun
Depuis ce jour j’avais compris que l’aîné de la famille serait Agriculteur, et que mes études par correspondance seraient dirigées vers mon futur métier. La propriété étant disponible pour les cultures de printemps, l’hiver fut consacré aux démarches de déménagement,et de préparation aux cultures de Maïs à Clermont. Le déménageur était un entrepreneur très dynamique de Trie, équipé de camions GMC ; car au mois de Mars, 26 camions de fumier furent apportés sur la ferme pour fumer les terres à Maïs (cela avait étonné et fait jaser les gens de la commune d’accueil) car ces boulbènes en avaient vraiment besoin. Le chargement et déchargement étaient fait à la fourche par 6 hommes  Mon père à l’époque avait droit à un prisonnier de guerre loué par un service régional, c’était souvent de braves paysans d’une quarantaine d’années ; le dernier un peu plus jeune avait 30 ans. Je me vois encore arrivant en éclaireur avec cet Allemand, amenés par mon père avec sa C4, le jour des Cendres en 1948 (10 Février) Notre 1er travail fut de piquer, pelleter, faire des tas de terre et d’herbes recouvrant la cour sur 15 cm. Nous découvrîmes un cour parfaitement dallée et uniforme : mais il y en avait 400 m² !! A partir de ce jour nous fûmes les deux premiers, habitant la commune, car le destin ou le désir de mon père, fit que ni l’un ni l’autre ne sommes revenus à Bastanous 32140 pendant le déménagement. Celui-ci se déroula pendant deux mois, beaucoup de bétail et matériel furent amenés par la route.Quelques souvenirs reviennent à mon esprit : mon père avait acheté une paire de bœufs de travail très beaux pour le prix énorme de 420 000 Francs, indispensables pour les labours profonds qu’il voulait faire au printemps. Le maquignon lui conduisit à mi chemin, et je vois encore mon frère Germain (aujourd’hui décédé) âgé de 12 ans prendre ces bœufs, et les conduire sur 12 Km, fièrement à Clermont. Je vois aussi mes frères Pierrot et jean louis (âgés de 11 et 10 ans) conduisant sur 20 Km une paire de vaches tirant une « crémère » légère, accompagnés par une petite voisine de 5 ans, et ne voulant pas qu’on la voie en traversant le village, (déjà machos) la mirent dans une cache aménagée sous le siège. Démpuch aquét jour qu’aouèy coumprés qué l’aiynat dé la famillo sé agricultur,é qué més éstudis pèr courrèspoundénço sérén diridjats décap aou  mén futur méstié ; La proupriétat èro dispouniblo éntà las culturos dou printéms, l’hiouèr éstè counsacrat a las démarchos dou déjménatjomén, é à la préparaçiou énta hai lou milloc à Clermount . Lou déjménatjur èro un éntréprénur rédé dynamiquo dé Trio, équipat de camious GMC, é aou més dé mars, vinto chés camious dé chém livrats à la fèrmo, enta chéma las tèrros à milloc. (aco aouéouo éstounat, é haiy parla lous bézis), émprémou aquéros boubéos n’aouéouon réèlomén bézouy. Lou cargomén é déscargomén éro hèyt a la hourco pèr chés homés. Moun pay, à l’époquo aouè drét à un prosouniè de guèrro,lougat pèr un serviçi  régiounal,quèro souvén dé brabés paysans d’uo quarantéo d’ans ; lou darré un paou més jouén aoué trénte ans. Qu’én béy éncouèro arriba én éclairur dab aquét alléman, amiats pèr moun pay dab sa C4, lou jour dé las Céndrés én milo naou cén quaranto houyét. (dét dé héouérè) Nosté prumé trabail éstè dé piqua,paloua, é hai pièlos dé tèrro é dé gèrbo qué récoubriouo la cour sur quinzé céntimèstrés. Qué déchcoubrichcoun uo cour parfaitomén dalado,més qué n’y aouéouo cuaté cén mèstrés carrats. A parti d’aquét jour qu’échtèn lous dus prumès à habita la coumuno,qué sio lou destain ou l’éydéo dé moun pay,ni lun ni l’aouté nou tournèn à Bastanous 32140 péndén lou déjménatjomén. Aquésté duréc dus més, rédé béstia é matérièl éstèn amiats pèr la routo. Quaouqué soubénirs én tournon à l’ésprit : Mon pay aouéouo croumpat un pareil dé bouéous dé trabail supèrbés, pou prèt énormé dé qouaté cén vin milo francs ,indispénsablés éntaous labours prégouns qué bouléouo hai aou printéms. Lou maquignoun lac amièc à méy camin, é qué béy encouèro moun fray Germain (aoué disparut) atjat dé douze ans, préngué lou pareil, é lous amia sur doutzé kilomèstrés, fièromén à Clermount. Qué béy tabé mous frays pièrrot é jean louis (atjats dé ounzé é dèt zans ,amia sur vin kilomèstrés , un pareil dé bacos atélados a uo « crémèro » léougèro, accoumpagnats  pèr uo pétito bézio dé cinq ans, é nou bouléouon pas qué la bézoussén, én traouèssa lou villatgé (déjà machos), la boutèn diguén un coffré débat lou siètjé.