Adolescence et orientationMon cursus scolaire Maynats é oriéntaçiou. Moun parcours  scolairo
Donc en 1944, à l’âge de 11 ans, je rentre à l’école Supérieure de Mirande. De corpulence assez faible, j’étais et de loin le plus jeune, et le plus petit de l’école qui faisait collège et lycée, mais en période de guerre, nous avions récupérés des élèves du  Nord de la France, et nous avions des lycéens de 20 ans. Notre classe de 6ième comptait une vingtaine d’élèves, et le 1er trimestre me voyait au tableau d’honneur, et félicité par le conseil des professeurs. Le second trimestre se passa un peu moins bien, car suite à un accident idiot dans la cour de l’école (non signalé) empilage d’une vingtaine de collégiens sur ma petite personne, je me relevais avec une douleur dorsale, et un mois après visite chez le docteur, il fut constaté un allongement sur deux vertèbres lombaires, suivi un mois plus tard par un rhumatisme articulaire aigu avec attaque du cœur. Mon rétablissement partiel, me permit quand même de terminer mon année scolaire avec le concours de mon institutrice primaire. En 1945 ma classe de 5ième se passa presque normalement, ma vue me causant quelques problèmes, quelques allègements au programme me furent concédés (dessin et sport). Compte tenu de mon état de santé assez fragile, il me fut conseillé de revoir le circuit long auquel je me dirigeait, et ayant consulté un conseiller d’orientation, qui me déconseilla formellement le métier de cuisinier qui m’aurait intéressé. Ma 4ième se passa donc normalement avec deux trimestres au tableau d’honneur. L’année 1946 se présente bien, mais compte tenu de ma santé délicate, l’Anglais 2ième langue est supprimé de mon programme, et tout se passe bien. L’année 1947, a ma rentrée en 3ième tout se gâte ; et je me  trouve contraient d’abandonner mes études. Mes parents m’inscrivent aux cours par correspondance dispensés par les services Agricoles du département(Mrs Cabanac, Dubosc, Gouzenne,) cours qui se passeront très bien) Ma nouvelle orientation était prise,je me destinait donc vers l’Agriculture. Mon père voyant cela, étant très à l’étroit sur sa petite ferme, cherchait à acheter plus grand, il m’amenait avec maman voir des exploitations, et je prenais à 14 ans, un intérêt au choix, à la discussion sur les différences des unes par rapport aux autres, ce qui je pense pour moi, avait été très formateur. Fin 1947 un choix est fait pour une ferme à Clermont 32300 situé à 25 Km de notre ferme,  et totalisant 31ha. Notre propriété de 13 ha, est mise en vente par l’intermédiaire d’un agent immobilier de Mirande, et vendue en 15 jours, partagée entre quatre voisins, et la maison vendue à un menuisier, le tout pour le prix de 1 100 000 Francs de l’époque. L’exploitation achetée avait coûté 1 700 000 Frs. La bonne vente de notre petite ferme s’explique par la rareté des terres dans le haut Astarac pour s’agrandir. Une anecdote qui restera gravée dans ma mémoire et devant mes yeux : l’agent immobilier avait convoqué les 4 agriculteurs et le menuisier, pour effectuer les sous seings privés, matérialisant l’achat par le versement comptant des sommes correspondantes. Je le vois encore au bout de la table mon père à côté de lui, faisant signer tour à tour chaque acheteur, et encaissant la somme adéquate ; et moi les yeux ébahis, je vis s’empiler dans une boîte à sucre 1 100 000 Frs. A l’époque le compte en banque était dans le tiroir de l’armoire. Je vois ma mère intervenant sur le lot du 4ième acheteur, et lui offrir une châtaigneraie d’une quinzaine d’ares, en reconnaissance à sa tante, pour l’avoir assistée à la naissance de ses quatre enfants,  et d’autres services rendus.  Cela m’avait marqué, et me marque encore, car le geste et sa valeur, était loin d’être négligeables. Dounc én milo naou cén quaranto quaté, a l’atgé dé ounze ans, qué réntri à l’éscolo supériuro dé Mirando. Dé corpulénço prou féblo, quèri, é dé loui, lou més pétit é lou més jouén dé l’éscolo ; qué hazéouo d’aquét témp, coulètgé é lycée ; més én périodo dé guèrro, qu’aouéouon récupérat élèvos dou nord dé la Franço, é qu’aouéouon lycéèns dé vint ans. Nosto claso dé chézièmo coumtaouo uo vintéo d’élèvos, é lou prumè trimèstré, quén troubèy aou tablèou d’aounou, é félicitat pou counséil dous proufèsous. Lou ségoun trimèstré nous passè pas ta bièn.  Suito a un accidén idiot diguén la cour dé l’éscolo (pas signalat) un émpilatgé d’uo vintéo dé coulégièns, sur la mio tétito pèrsouno, qu’én rélèouèy dab uo doulou dorsalo, é un més après la visito aou médéçi, qu’éstè counstatat un alloungomén dé duos vèrtèbros lombèros, ségit un més après pèr un rhumatismé articulari dab attaquo dou co. Un réstablisomén partièl, én pèrmétou quand mèmo dé tèrmina l’annado scolairo, dab lou concours dé la mio régénto dé l’éscolo primairo. En Milo naou cén quaranto cinq la classo dé cinquièmo és passèt prèsqué normalomén, la visto én paousè quaouqué problèmo,Quaouqué aoullètgomén aou programo (déssèn é sport) m’éstèn supprimats. Counté téngut d’uo santat drin fragilo, qué m’éstait conseillat d’abandouna lou cyclé loun, qué m’aouré éntéréssat, é après aoué counsultat un counséllè d’oriéntaçiou, quém déscounsèllè formèlomén lou mèstié dé couzinè qué m’aouré éntéréssat. La quatrièmo sé passéc dounc normalomén, dab dus trimèstrés aou tablèou d’aounou. L‘annado milo naou cén quaranto chés és présénto bien, mès, coumté téngut dé ma santat délicato, l’anglés dé ségoundo lénguo mi supprimat, é tout sé passo bièn. L’annado milo naou cén quaranto sèt, a la rentrado én troisièmo tout sé gasto é quén trobi aoubligat d’abanqouna lous éstudis. Lous paréns m’éscriouén aous cours pèr courréspoundénço dous serviçis agricolos dou départomén (Mrs Cabanac, Dubosc, Gouzenne) cours qué sé passèron fort bièn. La mio naouèro oriéntatiou èro prézo, quén destinaoui dounc décap l’agriculturo. Moun pay én aquét moumén coumpréngou quèro l’horo dé s’agrani, trop à l’éstrét sur aquéro bordo, Qué m’én amiaouo dab ma may, bézé èsploitatious,é qué prénguéoui à quatorze ans un intérêt aou chouès, a la discissiou sur la différénços dé la uos à las aoutos, ço qué pénsi qu’èro éstat rédé fourmatur éntà jou. Fin milo naou cén quaranto sèt, lou chouès èro héyt énta uo fèrmo à Clermount 32300 situado à vinto cinq kilomèstrés dé nosto bordo, é qué totalisaouo trénto uo hectaro. Nosto proupriétat dé trétzé hectaros éstè boutado à la vénto pèr l’éntèrmédiari d’un agent immobiliè dé Mirando, é vénudo én quinzé jours, partatjado éntré quouaté bésis, é un ménusé éntà la maysoun, pou prèt dé un milioun cén milo Francs  dé l’époquo.  L’exploitatiou croumpado coustè un milioun sèt cén milo Francs. La bouno vénto dé nosto pétito bordo s’échpliquo pèr la rarétat dé la tèrro diguén lou haout Astarac éntà s’agrani. Uo anècdoto qué démourérà graouado én ma mémouèro, é daouan mous oueils : l’agent immoubiliè aouéouo convoucat lous quaté agriculturs é lou ménusè, enta éffèctua lous sous séngs privats, matérialisan l’achat, é lou vèrsomén de las soumos courrespoundéntos. Qué lou béy éncouèro aou cap dé la taoulo, moun pay aou coustat d’ét, hazéouo sinna cado croumpayré, é éncaissaouo la soumo adéquato : é jou, lous oueils gran aoubèrs bézoui s’émpièla un milioun cèn milo Francs diguén uo bouèto à sucré.A l’époquo, lou coumté én banquo èro diguén lou tirouèr dé l’armari. Qué béy ma may intèrvéngué suou lot dou quatrièmo croumpayré, é l’aouffri uo castagnèro d’uo quinzénado d’aros,én récounéchénso à sa tanto dé l’aoué assistado énta la néchénso dé sous qouaté dronlés,é d’aoutés sèrvicés rénduts. Aco m’aouéouo marquat, é quém marquo éncouèro, lou gèstè é la valou , éron louy d’èsté néglijablés.