La batteuse La battuzo
Pendant ce temps le chauffeur faisait le plein d’eau de la « routière »mettait le charbon dans le foyer, et d’un coup de sifflet très appuyé, appelait les 20 ouvriers restés manger chez le voisin, et qui arrivaient la fourche sur l’épaule, quelques femmes avec leur râteau, et comme des automates chacun prenait sa place coutumière, et le battage pouvait commencer. Le plus agile, d’un geste rapide et sûr, grimpait sur le faîte de la gerbière, et délicatement faisait glisser les premières gerbes sur la table d’engrenage, ou prestement était coupé la ficelle (que les plus agiles coupeurs récupéraient ; nous étions en période de crise) on faisait glisser vers l’engreneur, ouvrier spécialisé appartenant à l’entreprise, qui régulait l’entrée de la paille dans le batteur, afin d’obtenir un égrenage parfait. La paille battue et secouée de son grain, remontait par le monte paille pour être arrangée sur la grande meule : » le pailler »,5 personnes étaient sur la meule, et on retrouvait le guide, souvent le même qui avait guidé le réalisation de la gerbière ; le paysan est fier de sa récolte, et le pailler bien troussé et très bien fini, est l’ouvrage qui domine la cour de ferme. Le grain à la sortie était ensaché (1hl environ) et pesé 80 kg, car l’entrepreneur travaillait au quintal. Je me souviens d’une récolte en 1946 de 125 qx. Les greniers se trouvaient souvent a l’étage des maisons, et 3 porteurs solides , Jeunes, et surtout sérieux, étaient choisis par le patron des lieux, du fait du passage à travers les habitations (ils avaient souvent droit au café, faveur de la maîtresse de maison). Deux fois dans l’après midi, deux jeunes filles passaient avec deux verres dans une casserole d’eau, et bouteilles de rouge ou blanc, abreuver tout le personnel qui ne pouvait quitter son poste de travail. Les midi et soir un copieux repas, dans le style de ceux cités auparavant, terminaient des journées très pénibles, mais réalisées dans la bonne humeur. On ne pourrait s’imaginer aujourd’hui voir 25 travailleurs boire après leur café du soir, 2 litres de « goutte ». Dans les grandes fermes (10 pelotes) le soir on faisait le « brûlot » dans une bassine en cuivre on versait 5 à 6 l d’eau de vie, on mettait le feu, et on relevait à la louche afin de brûler une partie de l’alcool. On servait à tous les convives, les cuisinières étaient invitées, une louche dans un verre ce précieux breuvage, qui était un régal. Quelques histoires et chansons clôturaient cette fête. On rentrait vers 11 h du soir, et le lendemain à 7h 30m le sifflet de la routière se faisait entendre à 1 Km à la ronde, et le travail recommençait à la ferme suivante. D’aquét tém lou chauffur hazéouo lou plén d’aygo dé la routièro, boutayo lou carboun diguén lou foiyè, é d’un cop dé chioulét alloungat, apéraouo la vintéo d’aoubriès démourats dina entaou bézin, é qu’arribaouon la hourco sur l’éspaoulo, quaouquo hénno dabé l’arréstèt,  é coumo automatos cadun prénguéouo sa plaço habituèlo é lou battatgé poudéouo  couménça ; Lou més agilé, d’un gèsté rapidé é ségu, grimpaouo suou cap dé la garbèro, é délicatomén hazéouo ésglissa las prumèros garbos sur la taoulo d’éngrénatgé, oun rapidomén èro coupado la ficèlo(lous coupaïrés lous més adréts l’amasaouon, qu’éron én périodo dé crizo) é hazéouon ésglissa décap l’éngrénur, aoubriè spécialisat dé l’entrépréso dé battatgé, qué régulaouo l’éntrado dé  la païllo diguén lou battur, entà obténgué un désgraniatgé parfait ; La païllo batudo é ségouitido dé soun gran, rémountaouo pou mounto païllo énta èsté arrénjado sur la pièlo « lou paillè », é qué troubaouon aquiou lou guido, soubén lou mèmo quaouéouo guidat la réalizaçioun dé la garbèro ; lou paysan i fièr dé sa récolto, é lou paillè bièn troussat, é bièn aouéllat èro l’obro qué dominaouo la cour dé la fèrmo. Lou gran à la sourtido èro énsacat,(un héctilitro à pus prèt) é pèsat quaté vin kilos , émprémou qué l’éntréprénur èro pagat aou quintaou ; Qu’én brémbi én milo naou cén quaranto chés, d’uo récolto dé cén vinto cin Quintaous . Lous graès sé troubaouon soubén à l’éstatgé dé las méysous, é très pourtayrés soulidés, jouéns, é surtout sérious, èron caousits pou patroun dé la maïsoun, dou fait dou passatgé à traouès l’habitaçioun (aouèouon souvén drét aou cafè pagat pèr la patrouno) Dus cops diguén l’après méyjour duos dronlos passaouon dabé dus béyrés diguén uo cassérolo d’aygo, é bouteillos dé bin rougé ou blanc, éntà hé béoué tout lou pèrsonnèl qué nou poudéouo quitta lou posto dé trabail. Lou méyjour é lou sé un boun répas ( coumo éxpliquat én d’aoutés chapitrés) trèminaouo journados péouniblos més réalisados diguén la bouno hum . Nou pouyrém, aouéy  imagina, bézé vinto cin « batuzaïrés » béoué après lou cafè dou sé, dus litros dé »goutto ». Diguén las granos bordos (dèt pélotos) lou sé, qué hazéouon un « brûlot »diguén uo bassino dé couiré biraouon cinq à chés litros d’aygo dé bito, y boutaouoon lou houéc, é rélléouaouon à la cosso éntà brunla uo partido dé l’alcool. Qué sèrbiouon a cado batuzaîré, las couzinèros éron énbitados, uo cosso diguén lou béyré aquéro préciouso liquou ; qu’éro un régal. Quaouquos histouèros é cansous cloturaouon la hèsto. Qué réntraouon à ounzé horos dé la néy, é lou léndouma à sèt horos è méjo, lou chioulét dé la routièro sé hazéouo énténé à un kilomèstré à la roundo, et lou trabail récoumènçaouo à la bordo siguènto .