La Moisson Las Séguèros
Les grandes vacances arrivées, les enfants, sans contraintes des devoirs, s’adonnaient aux différents travaux de la ferme. Je me souviens en 1940, faute de marchandises du à la guerre, avoir vu faire certaines moissons à la faucheuse javeleuse.  La paille était déposée en javelles, qui étaient ensuite liées avec des liens de seigle. Je vois encore mon père  à l’ombre en plein juillet, après le repas de midi, battre le seigle pour en ôter le grain, ensuite effectuer un peu de cardage, avant la confection des liens .On partait ensuite sur le champ, après le gros soleil, et à l’aide d’un bout de bois effilé et lisse on effectuait un nœud très savant qui était retourné dans la gerbe. Cette crise passagère vécue, c’était un entrepreneur, propriétaire d’une belle moissonneuse lieuse  fauchait des passages de 2 m 40 de large, avec cette machine la moisson était vite fauchée. On faisait ensuite des gerbiers de 21 gerbes, qui restaient en place une quinzaine de jours, et permettait au grain de terminer sa maturation. Vers le 20 Juillet aidé par des voisins avec leurs chars et attelages on rentrait la récolte, une partie sous le hangar, et le reste au milieu de la cour en  confectionnant une gerbière (sorte de tourte ronde terminée en pointe et coiffée de gerbes qui permettait à la pluie de glisser) ; c’était toujours un spécialiste qui guidait depuis le bas avec une grande fourche, l’arrondi, le rétréci et la coiffe de la gerbière. En ce temps là on parlait beaucoup de « pelote » : la pelote permettait d’évaluer la récolte de l’agriculteur, elle était la mesure comparative, car de même poids et même longueur de fil, on se comparait au nombre de pelotes utilisées pour la confection des gerbes récoltées. Et le spécialiste qui guidait la gerbière, qui était le même que celui qui confectionnait le »pailler » avait besoin de cette mesure pour entamer le diamètre de la gerbière, et plus tard le nombre de » mâts » du pailler. La fierté de l’agriculteur était d’annoncer une récolte de 5 pelotes, pour laquelle il fallait un pailler de trois mâts. Vers le 10 août, c’était le grand jour du dépiquage, et les enfants du voisinage se réunissaient pour assister à cet événement annuel hors du  commun.  Je vois encore un gros bonhomme les mains noircies, sur une grosse machine crachant la fumée, avec des roues énormes à l’arrière, qui tirait une grande batteuse rouge, coiffée d’un monte paille. Le tout s’alignait au pied de la grande gerbière ; arrivait ensuite les 3 ouvriers chargés de caler, niveler, lever le  monte paille, et mettre la courroie.A suivre . Las granos bacanços arribados, lous dronlées sénsé pénsa as déoués, sé baillaouon a différénts trabails sur la bordo. Qu’én brémbi én milo naou cén caranto, faouto dé marchandisos dégudo à la guèrro, aoué bich cèrtainos récoltos hèytos à la javèluzo. La paillo èro paousado én gaouèros, qu’èron après ligados dabé ligadés én séglé. Qué béy éncouèro moun pay à l’oumpro, én plén juillét, après lou répas dé méyjour batté lou séglé éntan tira lou gran, après hai un paou dé cardatgé aouan dé hai lous liguadés. Qué partiouon après sur la pèço, après lou gran soureil, é dabé la »cailliouo » hazéouo un nouzèt coumplicat, é lou passaouo diguén la garbo. Aquéro criso passatgèro passado, qu’èro un éntréprénur, proupriétari d’uo bèro liuso dé dus mèstrés quaranto dé largé ; dat aquéro machino la séguèro èro lèou hèito. Après hazéouon « baouquès » dé vinto uo garbo, qué démouraouon uo quinzénado dé jours, qué pèrmétéouo aou gran dé tèrmina la maturatioun. Décap aou  20 juillét aydat pous bézis dabé lous cars é attélatgés, éntraouon la récolto, uo partido débat la granjo, é lou rèsto hazéouon uo garbèro aou méy dé la cour (sorto dé tourtèt round tèrminat én punto ét couhat dé garbos qué pèrmétéouon àl’aygo d’ésglissa ; quèro toujours un spécialisto qué guidaouo dénpuch bach dab uo grano hourquo, l’arroundit, lou rétréçit, é lou chapèou dé la garbèro. D’aquét témps parlaouon dé la péloto : la péloto pèrmétéouo d’évalua là récolto dou paysan, éro uo mésuro coumparativo, dé mèmo pés é mèmo loungou dé ficèlo. Qué coumparaouon lou noumbré dé pélotos utilisados à la counfèctiou dé las garbos récoultados. Et lou spécialisto qué hazéouo la garbèro, qu’èro lou mèmo qué hazéouo lou paillè, aouéouo bézoui d’aquéro mésuro, éntà éntama lou diamèstré dé la garbèro, é més tard, lou noumbré dé bigos éntaou paillè. La  fièrtat dou paysan èro d’anounça uo récolto dé cinq pélotos énta hè un paillè dé trés bigos. Décap aou dèt dé aouch , èro lou gran jour dé batèros, é lous dronlés dou bésiatgé sé réuniouon énta assita én aquét évènomén annuèl hors dou coumun. Qué bey éncouèro un gros typé las mas néros, sur uo grosso machino qu’ésqoupiouo hum néré, dambé arrodos haoutos darrè, qu’éstiraouo uo grano battuso roujo couhado d’un mounto paillo. Tout aco s’alignè aou ras dé la garbèro ; arribèn après trés aoubriès encargats dé cala, nibéla, lèoua lou mounto paillo, é bouta la courréjo.A ségui .