Le tue cochon (suite) Lou pélo porc
A l’aide d’un grand linge blanc tout propre sorti de l’armoire, le ventre était récupéré et déposé sur une grande table à tréteaux. Le charcutier défaisait alors le gros intestin et l’intestin grêle, mettait dans des bassines foie et poumons. Le gros intestin était lavé par les voisins, et quand nous étions assez grands, nous avions droit à verser  l’eau avec une  cafetière dans les boyaux. L’eau tiède avait été préparée par une seconde chauffe. Le charcutier s’occupait de l’intestin grêle, car il fallait délicatement le nettoyer afin de le réutiliser pour faire boudin, saucisse, et saucisson. Là s’arrêtait pratiquement le travail des hommes, car les dames, l’après midi préparaient les boyaux et tripes, cuisaient celles-ci et préparaient le boudin. Il était midi, et tout ce monde se mettait à table tout joyeux, ou était servi un copieux repas bien arrosé, suivi du café et d’un pousse café. Le tue cochon était une fête très conviviale ou on passait la journée ensemble, mais à l’époque convivialité n’était pas synonyme  de passiveté, aussil’après midi tous ces hommes  partaient ensemble travailler, pendant que les dames s’occupaient  en cuisine. Les travaux pouvaient être variés selon le retard de l’agriculteur : couper du bois, tailler la vigne, faucher la bruyère, faire de la motte de terre. etc. Le soir venu c’était le grand repas, ou poule farcie, boudin grillé, et poulets rôtis n’avaient qu’a bien se tenir ; il n’était pas rare de se retrouver une quinzaine de personnes à table, beignets merveilles, et crème anglaise à l’époque étaient très bien supportés. Après le café commençaient les parties de cartes, et les enfants appréciaient beaucoup les jurons, les gestes éperdus, les mimiques de tout ce grand monde ; mais hélas pour nous tout avait une fin et il fallait se coucher car le lendemain il y avait école, alors que les joueurs continuaient une bonne partie de la nuit, le tout agrémenté de quelques verres de blanc(de la barrique du coin) La découpe, et la préparation du cochon se faisait le surlendemain, afin que la viande soit bien ressuyée et surtout refroidie par le gel ; c’est le charcutier, la maîtresse de maison, et une voisine qui se chargeaient de ce travail, mon père s’occupait d’arranger les barreaux de saucisse et saucissons. Les jambons et ventrêches étaient placés dans le sel, selon des recettes très secrètes, et ensuite pendus dans des séchoirs, en attendant leur consommation. Ainsi se terminait cette fête traditionnelle du tue cochon. Dad un gran lingé blanc, tout propé sourtit dé l’armari, lou vénté èro récupérat é paousat sur uo grano taoulo à trétèous. Lou charcutiè déshazéouo lou gros éntèstin  é lou pétit éntèstin, boutaouo lou hitgé é lous paoumous diguén bassinos . Las grossos tripos èron laouados pous bésis, é quan nouzaous èron prou grans, èron autorisats à bira l’aygo douço dab uo cafétièro diguén las tripos . l’aygo douço èro préparado pèr uo ségoundo caouto. Lou charcutiè s’ocupaouo dé las pétitos tripos, émprémou qué las caléouo nétéja délicatomén, énta las utilisa après énta hè lou boudin la saousiço é lou saouçiçot . Aquiou s’arèstaouo pratiquomén lou trabail dous homès, é las hémnos l’après méyjour préparaouon budèts é tripos, héouon cosé aquéstos, é préparaouon lou boudin. A meyjour tout aquét moundé sé boutayon  à taoulo, touts éjmérits, oun èro servit un boun répas bièn arouzat, ségit dou cafè é dou pousso cafè . Lou pélo porc èro uo hèsto convivialo oun passaouon la journado énsémblé ; més à l’époquo counvivialitat nou blouléouo pas disé déjbagats, tabé l’après méyjour toutés lous homés partiouon trabailla énsémblé, péndén qué las hénnos s’ocupaouon én cousino. Lous trabails poudéouon varia, séloun lou rétar dou patroun ; coupa légno, tailla la bigno, dailla la brano, hai mottos dé tèrro etc . Lou sé béngut, èro lou gran répas, oun gario farçido, boudin grillat, é poulét roustit n’aouèouon qu’a bièn sé téngué . N’èro pas raré qué mous troubèssén uo, quizénado dé pèrsounos à taoulo,  é  bégnéts, mèrvèllos,et crèmo anglézo, à l’époquo èron bien suppourtats . Après lou cafè couménçaouon las partidos dé cartos, é lous drounléts qu’èron, appréçiaouon bièn lous jurous, lous gran gèstés, las mimiquos dé tout aquét gran moundé, més enta nousaous tout aouéouo uo fin, é mous caléouo coucha, lou léndouman y aouéouo éscolo, é lous jougayrés countinuaouon uo gran partido dé la néyt. Tout aco agréméntat pèr caouqués béyré dé blanc (dé la barriquo dou couén)La découpo, é la préparaçiou dou porc sé hazéouo lou surléndouman, éntà qué la viando sio bièn réchugado, é surtout réfrédiado pèr la tourrado. Qu’éro lou charcutiè, la patrouno, é uo bézio qu’èron éncargats d’aquét trabail, moun pay s’occupaouo d’arénja lous barrots dé saoucisso é saoucissots . Lous jambous é la véntrésco èron plaçats diguén la saou, séloun récètos rédé sécrétos, et après pénjados diguén lou séchouèr, én atténdan la counsoumaçiou. Aquiou sé tèrminaouo la hèsto tradiciounèlo dou pélo porc.