Le tue cochon Lou pélo porc
Comme relaté en début de récit, l’autoconsommation était de rigueur dans ces années là, et comme la famille était nombreuse il était normal de tuer deux cochons . Si aujourd’hui on voyait abattre de telles bêtes on serait surpris, je me souviens d’avoir vu sacrifier une bête de 300 Kg. Cette journée du pèle porc était très rituelle, et constituait pour les enfants, mais aussi pour les adultes une journée festive. Et je me souviens que nos parents essayaient de faire coïncider cet évènement avec un jeudi, jour de vacance. Je me souviens que déjà la veille mon père mettait de l’ordre dans la cour, balayait l’auvent du hangar ou devait avoir lieu le sacrifice, nettoyait la loge du cochon et mettait de la paille propre pour sa  dernière nuit. De son côté maman préparait la grande table, légumes et volailles pour le repas du lendemain, aidée en cela par une ou deux voisines . Le jour J, mon père levé tôt allumait le feu à la »fournière » remplissait la grande chaudière en fonte de 60 litres qu’il fallait porter à ébullition, vers 8 h arrivait le charcutier avec sa musette de couteaux et affiloirs, ainsi que 3 ou 4 voisins. Apres avoir pris un bon café suivi de la goutte, tout ce monde sortait, bras de chemise retroussée, plaçait la « mey »grande baignoire en bois, évasée de 50 cm de hauteur et de 1,80 m de longueur, a l’envers, et se dirigeait vers la loge du cochon. Seul rentrait dans la loge mon père, reconnu par l’animal, et le charcutier. La bête était entravée par les pattes, et prise par le nez, à l’aide d’une corde spéciale ; ce n’est qu’a ce moments là que rentrait le renfort, pour conduire l’animal jusqu’à la mey, il était tenu couché sur celle-ci, et le charcutier d’un maître coup de coutelas dans la gorge, faisait jaillir le sang dans une  grande bassine émaillée rouge que tenait ma grand-mère, qui remuait celui, -ci pour le défibrer afin qu’il soit prêt plus tard, pour faire le boudin. Nous étions tenus un peu à l’écart, pour cet acte un peu barbare. Mais à partir de ce moment commençait notre divertissement : la mey était retournée, remplie à moitié d’eau à 80 °, 3 chaînes étaient placées, également réparties sur le fond de la baignoire, et le cochon était installé dans son bain. Moment très délicat, car il fallait très vite racler la couenne de l’animal tant que l’eau était en température, et raclettes et va et viens de chaînes n’étaient pas de trop pour obtenir une bête très propre, dépourvue de tout son poil. Le préposé aux onglons avec une tenaille, d’un geste très technique arrachait ceux-ci très proprement. Le charcutier, d’un coup de couteau très précis dégageait les tendons des pattes arrière, et y enfilait un manchon de bois qui écartelait les pattes arrière de l’animal, et permettait de le pendre à une poutre, à l’aide d’un palan. Une dernière toilette à l’eau fraîche, suivie d’un rasage, et la bête était fendue de tout son long, sur le ventre.A suivre . Coumo racountat aou début dou récit, l’autocounsoumaçiou èro dé rigou én aquéros annados, é coumo la famillo èro noumbrouso, èro normal dé tua dus porcs. Si aouéy bézéouon tua bèstios ataou, sérén surprés, qu’én brémbi d’aoué bich sacrifia un porc dé très cén kilos. Aquéro journado dou pélo porc éro rituèlo, é constituaouo éntas dronlés uo journado dé hèsto . Qu’én brémbi qué lous paréns assajaouon  dé hè couénçida aquét évènomén dabé un ditjaous, jour dé bacanços . La bèillo, moun pay boutaouo ordé diguén la cour, baléjaouo l’aoubén dé la granjo oun déouéouon hè lou sacrificé, nétéjaouo la lotjo dou porc é boutaouo paillo propo én la suo darèro néyt. Dé soun coustat ma may préparaouo la grano taoulo, lous légumés é la poraillo éntaou répas dou léndouman, aydado éntaco pèr uo ou duos bézios.  Lou jour J moun pay léouat dé douro alugaouo lou houéc à la« hournèro »crampo spécialo aou laouatgé é gran cousinatgé, pléaouo la grano caoutèro én founto dé soixanto litros, qué caléouo amia aou bourrit. Enta ouéyt houros arribaouo lou charcutiè dab sa muséto dé coutèts é affilouèrs, é très ou quouaté bézis. Après un boun cafè séguit dé la goutto, tout aquét moundé, bras dé camizo rétroussado, plaçaouon la «  mey » (grano bagnèro én bouès ébasado dé cinquanto céntimèstrés dé haoutou, é dé un mèstré quaté vin dé loung,)à l’émbès, é anaouon décap la lotjo dou porc. Soul moun pay éntraouo diguén la lotjo, recounégut pèr l’anomaou, ségiouo lou charcutiè. La bèstio èro drabado pèr las patos, é prézo pou nas, dab uo cordo spécialo : »lou torcho nas », sulomén aquiou aribaouo lou renfort éntà amia l’animaou dinco la méy, èro téngut couchat suou déssus, é lou charcutiè d’un maistré cop dé coutèro diguén la gorjo, hazéouo chistra la sang diguén uo grano bassino émaillado roujo qué téngéouo ma grand may, é qué rémudaouo entà désfibra éntaou prépara à hè lou boudin un paou més tard .èron ténguts un paou à l’éscart, en aquét acté un paou sanguinari, més a parti d’aquét moumén couménçaouo nousté divèrtisomén, la mèy èro boutado à l’éndrét, pléado a mèytat d’aygo à qouaté vint dégrès, très chainos éron plaçados, égalomén répartidos aou houn dé la mey, é lou porc èro énstallat diguén soun baï. Moumén délicat, car qué caléouo hè bisté, rascla la coudéno dé l’animaou tan qué l’aygo èro én températuro, é rasclétos é chainos én ana é tourna n’èron pas dé trop énta obténgué uo bèstio bièn propo, désparado dé tout soun péou. Lou spéçialisto dous oungléts dambé uos éstiallos, d’un gèsté aproupriat, lous arringaouo propromén . Lou charcutiè d’un cop dé coutèt ajustat,désgatjaouo lous tendous dé las pattos dé darrè, é y énfilaouo un camaou dé bouès qu’éscartaouo las pattos, é pèrmétéouo dou pénja én un tiran.. uo darrèro toualèto a l’aygo frésco, séguido d’un rasatgé,é la bèstio èro chénudo dé tout soun loung suou vénté.A ségui .