Réjouissances dans les années 45  Réjouissénços én las annados 45 
Quand en 1981, on écrit ces lignes, on se demande si les lecteurs que seront nos petits enfants, ne vont pas ironiser et rester sceptiques. Et donc pourtant !!!La fête locale. Elle se déroulait pour le 15 Août, et notre éveil a cet événement, se manifestait au moins un mois avant, car rares étaient les réunions familiales et festives ; il y avait le repas, et la fête au village. Les moyens de locomotion étaient assez réduits : la bicyclette et le cheval, malgré cela nous réunissions des parents distants d’une dizaine de Kms, nous étions entre 20 à 25 à table. J’ai souvenance de voir mon père atteler le cheval pour aller chercher sa mère (ma Grand-mère) ainsi que sa famille distante de 5 Kms ; La grande table était dressée, habillée de la belle nappe blanche, la belle vaisselle était sortie, et maman ce jour là, se faisait aider par une jeune nièce. Le repas débutait par le bouillon de poule lié avec du tapioca (quel régal !!) suivait la poule farcie servie avec ses légumes : carottes cornichons, suivait ensuite une viande en sauce : blanquette de veau ou autre, pour se terminer par le gros poulet de 3 Kg, cuit au four de campagne devant le feu avec braises dessus et dessous. Suivait pour le dessert la crème anglaise avec le «  masse pain » sorte de quêque rond. Les vins rouges et blancs étaient toujours de la production maison, pour les grands évènements on sortait une vieille bouteille cachetée par mon père quelques années auparavant. Le café noir était suivi par la « goutte » eau de vie blanche distillée tous les ans pendant l’hiver, quand passait le distillateur ambulant. Le bon repas que je viens que je viens de vous décrire, était à l’époque un bon repas classique, car il n’y avait pas de bon repas qui ne  comprennent les 3 viandes (lou bourit, la saouço, et lou roustit) le bouilli, la sauce, et le rôti. Par la suite, après avoir bien discuté, et fait le tour du propriétaire, visiter les animaux ( préparés spécialement pour la journée) parents, enfants, et jeunesse partaient à pied à la fête du village, distante d’un Km. Rare pour nous étaient les occasions de voir un Orchestre de 3  ou 4 musiciens jouer sur une estrade, et voir évoluer des danseurs de ( marches, javas, valses, tangos, souings) nos yeux émerveillés pensaient aux jours futurs ou, nous aussi, serions sur la piste. Le soir après un repas (un peu plus léger) la jeunesse repartait danser jusqu’à une heure avancée de la nuit. N’oubliez que le retour à la maison pour les invités se faisait à bicyclette à 2 H du m Quan én milo naou cén qouaté vin un, échcrioui aquéros lignos, quén démandi si lous lèctous qué soun nostés pétits hills, nou ban pas irounisa, é démoura éstounats. E dounc pourtant !! La hèsto patrounalo.Qu’aouéouo loc éntaou quinzé d’aouch, é la pénsado énta aquét évènomén és maniféstaouo aou mén un més aouan, raros éron las réunious familialos, é de hèstos ; y aouéouo lou répas, é la hèsto aou bilatgé . Lous moyèns dé locoumouçioun éron réduits, la bicycléto é lou chibaou, malgré aco  réuniouon paréns de uo dètzéo de Kms,quèron dé vin à vinto cinq à taoulo. Qu’én brénbi d’aoué bich moun pay attéla lou chibaou énta ana coillé sa may(ma gran

May)é touto la famillo dichténto dé cinq Kms. La gran taoulo èro dréssado, habillado d’uo béroyo nappo blanco, la poulido bachèro èro sourtido, é ma may énta aquét jour, és hazéouo aiyda pèr uo néboudo. Lou répas débutaouo pou boulloun dé garïo,ligat dé tapioca(quin régal)séguiouo la garïo farçido, serbido dabé sous légumés : carrotos cournichous, après uo biando én saouço (blanquéto dé bédèt) ou aouto, éntà tèrmina pèr un gros poullastré dé très Kilos, couéyt aou hour dé campagno daouan lou houéc, dab brazos déssus é débat . Séguiouo éntaou déssèrt la crèmo anglézo dambé lou masse pain, sorto dé tourto roundo. Lou vin rougé é blanc èron toujours dé la prouductioun dé la bordo, éntaous grans évènoméns, qué sourtiouon la bieillo bouteillo cachétado quaouquos annados aouan. Un boun cafè néré accoumpagnat dé la » goutto » aygo dé bito blanco distillado cado nado péndén l’hiouèr, quan passaouo lou distillatur émbulan. Lou boun répas qué béngui dé bous déscrioué, èro à l’époquo un répas dé hèsto classiqué ; n’y aouéouo pas répas normal qué nou coumpréngousso lous très plats( lou bourrit, la saouço, é lou roustit)

Pèr la suito,après aoué bièn discutat, é hè lou tour dou proupriétari, visità lou béstia

(préparat spécialomén éntà la journado) paréns dronlés, et jouénésso partiouon a la hèsto disténto dé un Kilomèstré. Raré énta nous aous drounléts, mous èro baillat l’aoucasioun dé bésé un Orquèstré dé très ou qouaté musicièns jouga sur uo èstrado é bézé évolua dansayrés aou soun dé( marchos, javas, tangos é souing) lous oueils bièn aoubèrts pénsaouon aous jours prochains, oun nouzaous tabén sérion sur la pisto. Lou sé, après un répas un paou més léoujè, la jouénésso tournaouo parti dansa dinco uo horo aouançado dé la néyt. Rapélat bous, qué lou rétour à la maïsoun éntaous énvitats sé hazéouo én vélo, à duos horos dou maïtin .