La vie d’un écolier dans les années 40 La bito d’un éscouliè én las annados 40 
Nous n’avons pas été plus malheureux que les élèves d’aujourd’hui, mais notre vie était bien remplie, et les enfants participaient aux travaux de la ferme, toujours quand même en fonction de leurs aptitudes, mais vous en conviendrez par la  suite , à la limite de celles-ci. A 7 ans, il n’était pas rare de voir un écolier, au printemps, à la sortie de l’école, garder les cochons, (le troupeau était constitué de 3 ou 4 truies nourrices) que l’on conduisait au champ de trèfle souvent distant de 3 à 400 m.A 10 ans les jeudis et dimanches, et vacances,  c’étaient les vaches qui nous étaient confiées (  un  troupeau de 6 à 8 vaches) que nous conduisions par la route parfois sur 1000 ou 1500 m . Les voitures ne nous gênaient pas, mais il y avait quand même quelques pièges à éviter ; le croisement de deux troupeaux, il était toujours prudent de connaître les horaires de départ et de retour des troupeaux voisins, et de s’organiser en conséquence.

Il y avait aussi la garde des troupeaux d’oies (une cinquantaine) que l’on conduisait glaner après la moisson. Pendant les grandes vacances, nous partions avec mes jeunes frères, chacun avec son troupeau, et il nous arrivait même de nous rencontrer avec d’autres jeunes gardiens, et de jouer ensemble. Il arrivait que des troupeaux se mélangeaient, mais malgré notre jeune âge (6 à 12 ans) nous réglions nos problèmes comme des grands. Il n’était pas rare que l’on nous confie les courses j’ai souvenance, qu’a partir de 5 ans, harnaché d’une musette, et d’une note rédigée par ma mère, on m’envoyait chercher les provisions «  à la Clémente »

épicerie distante d’au moins 2 Kms.

Egalement à l’âge de 8 ans avec un sac en bandoulière, aller chercher un gros pain de 5 Kg, à la boulangerie distante de 3 Kms. Les distances à pied ne nous effrayaient pas ; je me souviens que les jeudi et dimanche, quand j’étais invité, d’avoir été joué à Trie 65220 , distant de 5 Kms,et cela à l’âge de 8 ans . Il est impensable d’imaginer cela aujourd’hui , car il n’y avait ni foule ni engins sur les routes.

 

Nèm pas éstats més malérous qué lous élèvos daouéy, més nosto bito èro bièn occupado, é lous dronlés participaouon aous trabays dé la bordo, toustém quan mèmo én founcioun dé las suos aptitudos, més qu’én coumpréguérat à la limito d’aquéstos. A sèt ans, nèro pas raré dé bésé un éscouliè aou printéms, a la sourtido dé l’éscolo, gaïta lous porcs ( lou troupèt èro counstituat dé très ou qouaté troujos néourrisos )  qu’amiaouon a la pèso dé trèflo, soubén disténto dé très à cuaté cén mèstrés. A dèt ans lou ditjaous é lou diméché, é las bacansos, quéro las vacos qué mous counfiaouon  ( un troupèt dé chés à ouéyt bacos) qu’amiaouon pèr la routo, sur Milo ou quinzé cén mèstrés. Las voituros nou mous gènaouon pas, més y aouéouo  can mèmo caouqué piètgé a éjbita ; lou croutsomén dé dus troupèts, quèro toustém prudén dé counégué las horos dé départ é dou rétour dou troupèt dous bésis, é dé s’organisa én counséquénso. Y aouéouo tabé la gaïto dous troupèts d’aoucos ( uo cinquantéo ) q’amiaouon arréstourà après las séguèros. Péndén las granos bacansos qué partiouon dabé lous miés jouénés frays, cadun dan soun troupèt, é mous arribaouo mêmo de mous rencountrà dambé d’aoutés bésis, éntà jouga énsémblé. Qu’arribaouo qué lous troupèts sé mèlanjaouon, més malgrè nosté jouén atgé ( chés à doutzans ) qué règlaouon lous problèmos coumo grans.Nèro pas raré qué mous counfièsson las coumissious, qu’én brémbi, qu’a parti dé cinq ans, équipat duo muséto, é duo noto préparado pèr ma may, qué m’embouyaouon coillé las prouvisious «  a la clémanto » épicério disténto d’aou mén dus kilomèstrés. Egalomén a l’atgé dé ouéyt ans dab un sac én bandoulièro, ana coillé un gros pan dé cinq kilos à la boulangério disténto dé trés kilomèstrés. Las disténsos à pè, nou mous hèzéouon pas poou ; qu’én brémbi qué lou ditjaous é lou diméché, quan èri émbitat, d’ana jouga à Trio 65220,

distén dé cinq kilomèstrés, é aco à l’atgé dé houéyt ans. Qui émpénsablé d’imagina aco aouéy, car n’y aouéouo ni moundé ni engèns sur las routos .