La Cantine.  La Cantino 
Chacun apportant à tour de rôle, et en fonction d’un planning discuté, et élaborer tous les ingrédients nécessaires à un repas copieux et très nourrissants. C’était déjà les prémices de la cantine. Déjà en 1940, cette même institutrice, afin d’améliorer nos repas froids, avait contacter nos parents, afin de nous équiper de gamelles, et dans ces époques troubles, nous étions déjà de petits soldats prenant nos repas chauds à la gamelle. L’astuce consistait à placer une lourde plaque sur le poêle, et a mettre nos gamelles dessus. Peut-être serez vous tenter de penser que ces travaux un peu lourds pour des élèves d’école primaire étaient démesurés ; il faut savoir qu’a l’époque les effectifs étaient conduits jusqu’au Certificat d’études, c’est-à-dire jusqu’à 15 ans pour les redoublants.Un autre problème majeur de l’école était la lumière, seule une lampe à pétrole (achetée par l’institutrice) éclairait l’hiver les matinées brumeuses. Les astuces utilisées étaient d’adapter la journée en fonction de la clarté naturelle : morale, instruction  civique , leçons aux heures sombres ; dictée rédaction, dessin écriture aux heures claires. Ce n’est qu’en 1950 que la nouvelle école fut électrifiée ; c’est donc avec un petit pincement au cœur pour notre fratrie, que notre vieille école primaire ne fut jamais électrifiée. La 1ère langue de notre tendre enfance était le patois, le grand souci de nos parents,à l’aube de nos 4 ans était de nous familiariser avec le Français, obligatoire à l’école. J’avais la chance d’avoir une grand-mère mariée avec un militaire, qui passait toutes ses vacances à la maison, et ne me parlait que le français (étant habituée avec son mari) donc un avantage pour moi non négligeable. Ce qui peut, peut être expliquer mon goût très précoce à la lecture (qu’elle qu’elle soit) Je ne peux m’empêcher de raconter une histoire vécue en 1942 ; l’école avait un grand tableau mural  noir , ou l’on pouvait travailler à 2 élèves. L’institutrice avait donc placé de part et d’autre, un garçon et une fille à l’accomplissement d’un petit problème. Le garçon (Emile) un peu plus rapide arrivait à son terme,  sa petite voisine (Yvette) voulant le contrer, lui éffaça une partie de la solution : énervé et mécontent, il appela la maîtresse et lui dit

« ouai ouai qué m’at d’éffaço » ce qui signifie : voie  voie elle me l’efface !!

L’école pour nous c’était la période de la guerre, avec l’envoie des couleurs le lundi matin. Le ramassage des doryphores aux heures de plein air, les colis aux prisonniers de guerre, les théâtres organisés pour collecter de l’argent au profit de nos prisonniers, papa de nos petites copines d’école. Tout ceci, encore une fois organisé par notre talentueuse et dévouée institutrice.. Un souvenir émouvant également ; les circonstances ont voulu que je vive l’armistice 1945 dans notre école primaire. J’étais en 6ième, à l’école supérieure de Mirande, et étant gravement malade en Avril, mon institutrice dévouée (encore une fois) accepta de me faire terminer ma classe à l’école de Manas « Ah ces guerres puniques !! ». Donc le 8 Mai à 9 heures du matin le carillonneur (Noêl) sonne les cloches à la volée, et je vois encore sa confusion quant l’institutrice lui apprend que  l’armistice n’est pas encore signé.

Nous eûmes droit à 11 h a un 2ième et authentique carillon, et je garde un souvenir très ému de voir notre maîtresse

nous rassembler contre le mur Nord du préau, et nous faire chanter une vibrante Marseillaise C’est bien plus tard que l’on comprend la portée de ces moments forts  et qu’on en apprécie les initiatives.

Cadun apourtaouo à tour dé rolé, é én founsioun d’un planing discutat é élabourat, toutés lous ingrédiéns nécéssaris à un repas coupious é bièn néourissén.Quèro déjà lous débuts dé la cantino. Déjà én milo naou cén quaranto, aquéro, mèmo régénto, énta améliora nostés répas fréts, aouéouo countactat lous paréns énta qué mous équipèssén des gamèlos, é én aquéros époquos troublos, quéron déjà de pétits souldats qué prénguéouon nosté répas caou, à la gamèlo. L’astuso counsistaouo a plaça uo lourdo plaquo suou pouèlo, é a bouta las gamèlos déssus . Bélèou sérét tentats a pénsa qu’aquét trabail èro un paou lourd énta élèvos d’éscolo primèro quèro hors dé normos ; qué caou sabé qu’a l’époquo l’éffèctif quèro counduit dinco aou certificat d’éstudi, cèt a disé dinco quinzé ans éntaous rédoublants. Iaouté problèmo majur dé l’éscolo quèro la lut, soulo uo lampo à pétrol (croumpado pèr la régénto)

ésclaïraouo l’hiouèr las maïtiados brumousos. Las astuços utilisados éron d’adapta la journado én founctioun dé la clartat naturèlo : moralo, instrucçioun civiquo léçous à las horos soumbros, dictado rédacçioun, déssèn éscriouturo à la horos claros. Ni, quén milo naou cén cinquanto, qué la naouèro éscolo éstè élèctrifiado . Qu’éy doun dab un pétit pinçomén aou co énta nosto fratrio, qué nosto bièillo éscolo n’y jamés éstado électrifiado. La prumèro léngo dé nosté jouén atgé quèro lou patouès, lou gran souçi dé nostés paréns aou moumén de nostés couaté ans, èro dé mous familiarisa dambé lou françés, aoubligatouèro à l’éscolo. Qu’aouéoui la chanço d’aoué uo grand may maridado dab un militari, qué passaouo toutos las bacanços à la maysoun, é noum parlaouo qué françés ( habituado dab soun homé) dounc un aouantatgé én ta jou, noun négligeablé. So qué pot echpliqua moun atirénço éntà la lècturo ( quèlo qué sïo ) Noum podi pas émpècha dé vous racounta uo histouèro biscudo én milo naou cén quaranto dus . L’éscolo aouéouo un gran tablèou néré, oun poudéouon trabaillà a dus élèvos. La régénto aouéouo dounc plaçat dé part én part, un dronlé é uo dronlo à l’acoumplisomén d’un pétit problèmo. Lou dronlé(Emile) un paou més rapidé aouéouo prèsqué finit, sa pétito bézio (Yvette ) qué bouléouo arriba, l’éffacèc uo partido dé la souluçioun : énèrvat é pas countén, qu’apérèc la régénto é lou digout : «  ouai ouai, qué mat d’éffaço !! «  L’éscolo énta nouzaous, qu’éro la périodo dé la guèrro, dabé la mountado dou drapèou lou dilus maïtin, L’amassatgé dous doryforos péndén las horos dé plén ré, lous colis aous prisouniès dé la guèrro, lous théâtrés organisats éntà coulècta argén aou proufit dé nostés prisouniès, papa dé nostos copinos d’éscolo. Tout aço organisat un cop dé més pèr nosto taléntuouso é dévouado régénto. Un soubénir émouvén  égalomén ; las circounténços an voulut qué biscoussi l’armistiço milo naou cén quaranto cin, à nosto éscolo primèro dé Manas. Qu’èri én sixièmo, à l’éscolo dé Mirando, é qu’éstèy bièn malaou én Abriou Nosto régénto dévouado (un cop dé més ) acceptè d’én hè terminà ma classo  à Manas ( ah aquéros guèrros punicos !!) . Dounc lou ouéyt dé May à naou horos dou maïtin lou campanè (Noêl) souno las campanos à la boulado, é qué béy éncououèro sa counfusioun quand la régénto lou digout qué l’armistiço nèro pas éncouèro signado. Qu’aououn drét à ounzé horos à la ségoundo é officièlo sounério, é qué gardi un souvénir émut dé bézé nosto régénto nous réssémblà aou nord dou préau, é dé nous hè canta uo vibrénto Marseillèso. Qui bièn més tard qué coumprénguén la pourtado d’aqués mouméns forts, é quén appréçion las initiativos .