Notre institutrice   Nousto régénto 
Je me rappelle aussi sa méthode pour obliger un élève à dénoncer une faute commise, et non avouée. Nous étions mis à genoux devant le bureau les bras en l’air, un gros livre sur les mains, et pratiquement dans les 5 minutes, le coupable était retrouvé. Longtemps j’ai trouvé cette méthode assez dure : nous n’en sommes pas infirme ; cette méthode nous responsabilisait, car les règlements de compte après la punition, se faisaient dans la cour de récréation, et le responsable en était doublement puni. L’hiver, le matin, nous avions droit à la corvée du poêle ; chacun a notre tour, pour les grands garçons nous devions allumer celui-ci. Le bois était entassé dans le préau, mais chaque élève avait ses astuces et ramenait son petit bois de la maison, tout préparé ( bûchettes et petites brindilles formant un petit fagot), facilitaient le démarrage. Certains, un jour avaient utilisés des moyens plus rapides « mais connus » que je ne dévoilerais pas ici, car périlleux, et en effet ils faillirent provoquer un incendie (n’est ce pas André). Les grandes élèves étaient chargées du balayage le soir aidées par une petite pour faire la poussière. Nous étions une bonne dizaine d’élèves sur la vingtaine que comprenait l’école, à ne pas rentrer manger le midi à la maison. C’était donc le traditionnel, pain jambon, pain saucisson, pain boudin, pain fromage, fruit, plus la bouteille d’eau teintée de vin. C’est à l’initiative de l’institutrice en 1941, que les élèves cuisinèrent leur 1ère soupe. 

N B Remerciements à Laurent que j’ai rencontré à Bastanous, 32170 lors d’une présentation de l’église, qui m’a fait connaître par la suite, l’Association Nosauts dé Bigorra, a Arnaud qui m’a aidé à monté mon blog, et à Fabrice et ses collaborateurs de m’avoir accueilli dans leurs locaux à Bouilh Péreuilh. 65350.

 

Quén brémbi tabé dé la suo méthodo én aoubliga un élèvo à dénounça uo faouto héyto, é pas avouado. Quèron boutat à génous daouan lou burèou,lous bras én l’ayré,un gros libé sur las mas, é diguén las cin minutos lou coupablé èro troubat . Lountém qu’èy troubat aquéro méthodo drin duro : nou ném pas bénguts énfirmés ; aquéro méthodo nous rèspounbilisaouo, émprémou lous règloméns dé countés après la punitioun sé hazèouon diguén la cour dé récréatioun, é lou réspounsablé qué n’èro doublomén punit. L’hiouèr, lou maïtin, haouéouon drét à la courbado dou pouèlo, cadun à nosté tour éntas granés dronlés , qué déouéouon aluga aquésté. Lou bouès èro éntassat diguén lou préau, més cado dronlé aouéouo sas astuços, é qué ramiaouo soun pétit bouès dé la maysoun, tout préparat(busquétos et pétitos brancos fourmaouon un pétit hèch) facilitaouo lou déjmaratgé. Cèrtains, un jour aouéouon utilisat moyèns més rapidés (més counéguts) qué nous dévouèlérèy pas açi, car dangérous, é én  éffèt qué pénsèn prouvouqua uo incéndio.(èt brémbo André). Las granos dronlos èron cargados dou ménatgé lou sé, aydados pèr las pétitos éntà hè la poussièro. Quèron uo bouno dètzéo d’élèvos sur la vintéo qué coupréngéouo l’éscolo, a nou pas tourna à la maysoun à méyjour. Quèro douc lou tradiçiounèl,Pan jamboun, Pan saoucissot, Pan tripo néro,Pan froumatgé,Fruto,plus la pétito boutéillo d’aygo tintado dé vi rougé.

Quéy a l’intiativo dé la régénto én milo naou cén quaranto un, qué lous élèvos couzinèron la prumèro soupo.

 

N B        Rémèrcieméns à Laurent qué réncountrèy à Bastanous, 32170 éntà uo prézéntasiou de la glèyzo, quén hascou counégué pèr la suito l’asoussiaçiou Nousauts dé Bigorra, à Arnaud, qué m’a aydat à mounta lou blog, et a Fabrice é sous collabouraturs, dé m’aoué émbitat diguén sous burèous à

Bouilh Péreuilh 65350.