L’école L’éscolo
C’est en Octobre 1938, que je fus conduit à l’école de Manas distante d’au moins 2 Kms, je me souviens très bien des »galoches »chaussures en bois à tige de cuir montante, ressemelées en caoutchouc. Je me rappelle que quelques uns d’entre nous avaient des sabots en bois ferrés ; cela faisait du bruit sur la route, surtout en hiver avec les sols gelés. Agé de 5 ans je n’ai pas gardé souvenance de notre 1ère institutrice ; celle-ci nous quitta 2 ans après. Quand à la 2ième institutrice qui arriva en 1940, elle me conduisit jusqu’en juin 1944 à l’examen d’entrée en 6ième, passé au Lycée Salinis à Auch. J’étais le Ier élève de l’école de Manas à entrer à l’école Supérieure de Mirande à 11 ans. Cette grande dame, qui était demoiselle de 20 ans à l’époque, a marqué mon adolescence, comme le marquait en ce temps, pour la plupart des bons élèves »l’institutrice ». Elle était pourtant très sévère,  mais juste, comme l’étaient en général les instituteurs en ce temps là. Il faut reconnaître qu’en 2011 ceux-ci seraient très contestés, mais ma modeste expérience m’oblige à reconnaître  qu’ils avaient raison. Une anecdote vécue permettra de juger sur pièce la rigueur et le sérieux de »Mademoiselle »tous les  élèves à l’époque étaient couverts d’un béret ou d’un chapeau, donc il fallait se découvrir lorsqu’on saluait un passant. Cela était vérifié par les questions que posait l’institutrice aux adultes habitués à nous rencontrer ; si nous avions omis de nous découvrir, il y avait explication à la leçon de morale le lendemain. Donc il y avait sur notre parcours école maison, un berger que nous rencontrions tous les soirs sur le chemin du retour ; celui-ci était difforme, petit, vraiment oublié par la nature, et nous l’avions surnommé « Polichinelle » notre grand plaisir, quand il était assez loin était de le héler : Bonjour Polichinelle. Sa famille évidemment s’en plaignit à notre institutrice, nous n’en sûmes rien, mais un soir alors que nous recommencions notre vilain jeu, nous eûmes la désagréable surprise de voir surgir de derrière un chêne, notre institutrice qui nous amena par l’oreille, aller à genoux demander pardon au berger. Je puis vous assurer que le nom de Polichinelle ne fut jamais utilisé devant lui. Par contre ne me demandez pas aujourd’hui comment il s’appelait, je ne l’ai jamais su . Quéy én Octobré milo naou cén trénto ouéyt , qu’éstèy amiat à l’éscolo dé Manas, disténto d’aou mén dus kilomèstrés, qu’én brénbi bièn de las « socos » caousuros en bouès à tijo dé coué mountantos, résémélados en caoutchouc. Quén brénbi qué caouqué us dé nous aouus ,aouéouon ésclops dé bouès hérrats, qué hazéouon brut sur la routo, surtout en hiouèr dabé lou sol gélat. Atjat dé cinq ans n’éy pas gardat soubénénço de nosto prumèro régénto ; qué mous quittèc dus ans après. Quand à la ségoundo régénto qu’arribèc én Millo naou cént caranto ; Qué m’amièc dinco juin millo naou cént caranto couaté, à l’éxamèn d’éntrado én sizièmo, passat aou Lycée Salinis à Aouch. Quéri lou proumè élèvo dé l’éscolo dé Manas à éntrà à l’éscolo dé Mirando à l’atgé dé ounzans. Aquéro grano damo, qu’èro uo démèysèlo de bint ans à l’époquo, a marquat la mio adouléscénsoo, coumo la marquaouo én aquét témp, entà la plupart dous bouns éscouliès »la régénto ». Qu’èro pourtant rédé sévèro, més justo, coumo l’èron d’aquét témps toutés lous régénts. Qué caou récounégué quén Dus millo ounzé, sérén rédé countèstats. Més la mîo moudèsto éxpériénço m’ooubligo à récounégué qu’aouéouon razoun, Uo anècdoto biscudo pèrmétéra dé jutja sur pèço la rigou é lou sérious dé « Madémèysèlo », tous lous éslouliès à l’époquo èron coubèrts d’un bêrét ou d’un chapèou, dounc qués caléouo déscoubri énta saluda un passant. Aco èro vérifiat pèr la quèstious qué paousaouo aous adultés habituats à nous réncountrà. Sé aouéouon désbrémbat dé nous déscoubri, y aouéouo explicaçiou a la léçou dé moralo lou léndouman. Dounc y aouéouo suou nosté parcours éscolo maïsoun, un baquè qué réncountraouon cado sé, suou camin dou rétour ; Quéro difformé é pétit, réèlomén déjbrémbat dé la naturo, l’aouéouon surnoumat « Polichinèlo »nosté gran plazé quan èro prou louy, quéro dé lou crida : bonjour Polichinèlle . Lous sus paréns évidamén, qué sén plagnoun à la régénto, nat saboun pas, més un sé, alabét qué récouménçaouon nosto bèstiéso, qu’aoun la désagréablo surpréso dé bésé saouta dé darrè un cassou, nousto régénto, qué mous amièc pèr l’aouréillo ana à génous démanda pèrdou aou baquè. Qué dous podi asségura qué lou nom dé polichinèlo n’éstè jamés utilisat d’aouan ét : pèr countro noum démandét pas aouéy, coumo s’apèraouo, na guéy jamés sabut.