La Maison La Maîsoun
Elle faisait partie d’un « appareil » assez simple, architecture en L, l’habitat exposé au sud, et les dépendances fermant les vents d’ouest. Dans les dépendances se trouvait un hangar fermé, l’étable, et la loge du cheval,un peu plus loin porcherie et volière, un peu plus loin le grand hangar. Au nord se trouvait le chai. Cette disposition donnait aux intersaisons une climatologie assez douillette, à l’abri des vents dominants. Les murs étaient en  « terre pisée », de largeur respectable, parfait isolant pour la chaleur et le froid , l’inconvénient consistait à tenir les abords des murs extérieurs très  bien drainés,car la terre prend facilement l’eau. L’habitation, également typique de l’Astarac : un étage un escalier central, au bout de celui-ci la  « chambrette », elle était souvent la chambre du domestique, ou de la bonne. Quatre pièces d’égale surface (25m2) composait au rez de chaussée une cuisine salle à manger séjour,  plus une « fournière » ; cette pièce multi usage souvent en terre battue servait à la préparation du cochon, la conserve des oies et des canards, la pièce de baignoire pour les enfants ; ainsi que le coin de jeu pour ces mêmes enfants.A l’étage deux chambres spacieuses, l’une destinée aux parents et au plus jeune enfant, l’autre aux trois garçons.

 

N B  Le souci du rédacteur est tout simplement de favoriser la  diction du

Patois, qui, lui, n’a pas d’écriture : donc pas de souci de ce côté-là.

Le e n’est jamais neutre é ou è

Le ou et le ou ont la même diction

Le caractère gras donne l’intonation.

 

Notre but : Parlez Patois  

 

Qué hazéouo partido dun « apparèil » prou simplé,architecturo én L, l’habitaciou éxpousado aou sud,é las dépéndéncos barraouon lous bénts dé l’ouèst. Las dépéndéncos èron fourmados pèr uo granjo barrado, l’éstablo , é la lotjo dou chibaou, drin més louy la pourcatèro é la pouraillèro, é séparat, la grano granjo. Aou nord és troubaouo lou chaï.Aquéro dispousicioun baillaouo  aou printén é à l’aoutouno un climat douillét, à l’abrit dous bénts dominants. Lous murs èron én « tèrro pisado » dé larjou rèspèctablo, parfait isoulant enta la calou é la frét, l’incounvénién consistaouo dé bièn draina lous abords dous murs èxtériurs, émprémou qué la tèrro prén facilomén l’aygo.L’habitaciou, égalomén typico dé l’Astarac : un éstatgé un éscalè céntral, aou cap d’aquésté la »crampétto », quèro soubén la crampo  dou baylét ou dé la bono . Quouaté pèsos d’égalo surfaço

(vinto cin mèstrés carats) coumpousaouon bash uo cousino, sallo a minja séjour, plus uo « hournèro », aquéro pèso à forço usatgés,serviouo  à la préparaciou du porc, las counsèrbos dous canards é aoucos, dé bagnouèro éntas dronllés ,é égalomén dé salo dé jocs. A l’éstatgé duos granos crampos, l’uo résèrbado aous parénts, é aou darrè dronlé, l’aouto aou trèaoutés .

 

 

 

N B Lou souci dou rédactou qu’éy tout simplomén dé favorisa la dictiou dou

Patouès qui, ét, n’a pas d’escriouturo :

dounc d’aquét coustat pas dé soucis.

Lou e ni jamés nutré    é   ou  è

Lou ou é lou ou an la mèmo dictiou

Lou caractèro gras baillo l’éntounaciou .

 

Nosté but :  Parlat Patouès