La Bruyère          La Brano 
Durant notre jeune âge, nos parents seuls sur la ferme, ont toujours eu un employé (homme ou femme) ma mère affectionnant les travaux de la ferme.Dans les années 40-45, la principale fumure de notre petite exploitation, était constituée par le fumier de ferme, et les engrais verts. Le problème était difficile, car la faible quantité de paille, ainsi qu’un cheptel réduit, ne donnait pas de possibilité naturelle d’augmenter les quantités de fumier.

Le haut Astarac possédait de grandes landes communales ou poussait la bruyère ; Fontrailles, Ste Dode, et les paysans avaient la possibilité tous les ans de récolter de la bruyère. Je revois mon père un dimanche après- midi, son pantalon bleu et ses grosses chaussures, préparé de petits jalons personnalisés, prendre sa bicyclette accompagné du voisin Edouard, pour se rendre à l’adjudication des parcelles de bruyère. Celles-ci contenaient également du petit ajonc bien moins intéressant, car très piquant. Au début de l’hiver on faisait une «corvée » de 3 ou 4 bons faucheurs, afin de récolter les parcelles achetées, et il fallait par la suite ramener cette récolte très spéciale, et là stocker autour de la maison pour passer l’hiver, cette litière était mélangée à la paille pour augmenter le volume du fumier. Pour aussi étonnant que cela puisse paraître, de novembre à mars la cour de ferme était transformée en usine à fumier aidé en cela par la pluviométrie de l’hiver, le fumier pompant l’eau de ruissellement et des toitures. Les feuilles bordant les prairies naturelles provenant des haies de clôture, et de la châtaigneraie étaient soigneusement ramassées,et tout cela très bien mélangé et savamment dosé journellement, permettait au mois d’avril de fumer abondamment tous les champs recevant les semis de printemps. Le parcellaire était assez petit, mais presque toujours clôturé par des haies entretenues, et les bordures de ruisseaux étaient plantés de saules,le bois fourni servait au chauffage. La confection de fagots provenant des haies en constituait une grande partie. La taille de 1,5 Ha de vignes (une partie conduite en verger) donnait également une récolte de sarments  savamment tressés, utilisés surtout en cheminée pour la cuisine.

 Péndén nousté jouén atgé, noustés paréns souls sur nosto pétito èxplouatasiou, aouèn toujours téngut un émplégat ( homé ou hénno) ma mayré qu èymaouo bien lous trabays dé la fèrmo. Diguén las annados mil naou cént quaranto -quaranto cinq, la principale chémado dé nousto pétito èxplouatasiou èro constituado pou chém,é lous éngrès verts .Lou problèmo éro difficilé, lou poc dé paillo, poc dé chèptèl, nou pèrmétéouo pas d’aouménta la quantitat dé chém.

Lou haou Astarac aouè dé granos lanos

Coumunalos oun poussaouo la brano : Fontraillo, Sénto-Douro,é lous paysans aouéouon la poussibilitat cado annado dé la récoulta .Qué rébési moun payré un diméché après meyjour, sous pantaloun blu é sas grossos caoussuros, prépara pétits bollous pèrsounalisats, é préngué sa bicycléto accounpagnat  dou bési Edouard, é ana a l’adjudicasiou dé las parcèlos dé brano. Qui aouéouo à traouès drin dé tougajos, pas trop éntéréséntos, émprémou qué piquaouon. Aou début dé l’hiouèr, qué hazéouon uo « courbado » dé trés ou couaté bounés daillayrés entà récoulta las parcèlos croumpados,é pèr la suito caléouo tourna aquéro récolto spécialo,é l’ émpièla aoutour dé la maïsoun entà passa l’hiouèr, aquéro brano èro mélanjado a la paillo énta aouménta lou volumé dou chém .Pèr tà éstounant qué pousquo parécé,dé nouvémbré à mars la cour de la bordo èro transfourmado én usino,aiydado én ta co pèr la ploujo dé l’hiouèr,lou chém poumpaouo l’aygo dé ruissèlomén, é dous téoulés. Las houéllos aoutour dous prats cajudos dous arbrés dé cloturo, é dé la castagnèro,éron amassados méticulousomén, é tout aco bièn mélanjat é bien dousat cado jour , perméouo aou més d’avriou, dé chéma  aboundamén toutos las pèsos qué récébéouon lous sémés dé printém.

Lou parcélari quèro prou pétit, més prèsqué toujours clouturat pèr sègos bien entrétengudos, é las borduros dous arrious èron plantados dé saligos, lou boués fournit sèrbiouo aou caouhatgé. La confèctiou dé hèchés proubénén dé la ségos, én constutuaouo uo gran partido.

La taillo uo hèctaro é méjo dé vio (uo partido counduito én vèrgè) baillaouon égalomén uo récolto dé chèrméns habilomén trèssats, utilisats surtout én cousino.